Pompeo pourrait être le premier secrétaire d’Etat à visiter une implantation
Rechercher

Pompeo pourrait être le premier secrétaire d’Etat à visiter une implantation

Le voyage en Israël du diplomate américain comprendrait un arrêt au vignoble de Psagot, ainsi que sur le plateau du Golan ; Washington se refuse à commenter l'information

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo s'exprime lors d'une conférence de presse au Département d'État à Washington, le 20 mai 2020. (Nicholas Kamm/Pool/AFP)
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo s'exprime lors d'une conférence de presse au Département d'État à Washington, le 20 mai 2020. (Nicholas Kamm/Pool/AFP)

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo prévoirait de visiter un domaine viticole de Cisjordanie ainsi que le plateau du Golan contesté au cours d’une visite en Israël la semaine prochaine, selon des informations parues jeudi.

Si ces informations sont correctes, Pompeo sera alors le tout premier secrétaire d’Etat américain à se rendre sur de tels sites au cours d’un voyage officiel au sein de l’Etat juif.

Le site d’information Walla a le premier fait état du programme de Pompeo, citant sous couvert d’anonymat des responsables de Washington proches de l’organisation de cette visite à Jérusalem. Un article du journaliste Barak Ravid a ensuite été publié en anglais sur le site Axios, avant d’être repris par Haaretz qui a cité des « sources proches des détails de l’organisation » du voyage.

Pompeo prévoirait ainsi de visiter le vignoble de Psagot, situé dans l’implantation éponyme en Cisjordanie, près de Ramallah. Des responsables de l’ambassade américaine en Israël et les services secrets américains seraient en train de préparer ce déplacement.

Le département d’Etat américain a refusé une demande de commentaire soumise par le Times of Israël.

Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a critiqué vendredi cette visite, estimant qu’il s’agissait d’un « dangereux précédent ».

Cette visite est une façon de « légitimer les colonies » et crée « un dangereux précédent qui viole le droit international », a déclaré Mohammed Shtayyeh à l’occasion de la visite à Ramallah de la ministre bulgare des Affaires étrangères, Ekaterina Zaharieva.

Critiquer Israël et « le tenir responsable des souffrances persistantes de notre peuple ne relèvent pas de ‘l’antisémitisme’ mais est une façon de défendre les valeurs de justice, de liberté et de droit à l’autodétermination », a-t-il ajouté, selon l’agence de presse officielle palestinienne Wafa.

Des employés israéliens inspectent des fûts de vin dans le domaine viticole de Psagot en Cisjordanie, le 11 février 2014. (AP Photo/Dan Balilty)

Cette visite américaine survient un an très exactement après l’annonce par Pompeo que les Etats-Unis ne considéraient pas comme illégales les implantations juives, bouleversant la politique mise en place depuis longtemps aux Etats-Unis concernant les communautés israéliennes de Cisjordanie.

Le domaine viticole de Psagot avait donné le nom de Pompeo à une de ses cuvées pour remercier ce dernier de cette initiative, émettant un communiqué affirmant que le haut-responsable américain avait reconnu « le droit des Juifs à l’autodétermination dans leur foyer historique ».

La cave avait été au centre d’une controverse, l’année dernière, après avoir contesté – en vain – une décision européenne d’étiqueter tous les produits provenant des implantations.

L’année dernière, Pompeo s’était rendu au mur Occidental accompagné par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, devenant le premier secrétaire d’Etat américain à se rendre dans la Vieille Ville disputée en compagnie d’un officiel israélien de haut-rang.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo (à gauche) au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 mars 2019. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

L’un des principaux investisseurs finançant le domaine viticole de Psagot est l’homme d’affaires Simon Falic, qui vit à Miami. Il est un donateur majeur du parti républicain et du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Pompeo arrivera mercredi au sein de l’Etat juif et rencontrera probablement Netanyahu, le ministre de la Défense Benny Gantz, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et le chef du Mossad Yossi Cohen, selon Walla.

Ce voyage en Israël de Pompeo entre dans le cadre d’une visite de sept pays alliés des Etats-Unis qui ont tous félicité le président élu Joe Biden, malgré le refus de Trump de reconnaître sa défaite au cours des élections présidentielles de la semaine dernière.

Pompeo soutient Trump dans son refus mais Netanyahu a félicité Biden, qui connaît le haut-responsable américain depuis de nombreuses années.

Pompeo a expliqué, mardi, qu’il s’envolerait vendredi pour Paris, puis qu’il partirait à Istanbul et dans l’ancienne république soviétique de Géorgie avant d’aller à Jérusalem et dans les Etats du Golfe – l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Qatar.

Ce déplacement sera l’occasion d’évoquer les « efforts historiques » de Trump « visant à forger la paix et la coopération à travers tout le Moyen-Orient », a déclaré Pompeo aux journalistes.

Il devrait discuter d’un renforcement des pressions exercées sur l’Iran dans les deux mois qui précéderont le départ de l’administration Trump, qui s’était retirée en 2018 d’un accord international sur le nucléaire conclu avec Téhéran, réimposant à la place des sanctions unilatérales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...