Pour ancrer le soutien juif aux Démocrates, Biden éreinte la politique de Trump
Rechercher
Analyse

Pour ancrer le soutien juif aux Démocrates, Biden éreinte la politique de Trump

Selon le candidat à la présidentielle, le président s'est trompé sur l'Iran, la Syrie et la solution à deux Etats ; la campagne promeut collectes de fonds et initiatives au Congrès

Ron Kampeas
Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden, deuxième à gauche, et son épouse Jill Biden, à gauche, avec la candidate à la vice-présidence Kamala Harris, 2è à droite, et son mari Doug Emhoff, au quatrième jour de la Convention nationale démocrate à Wilmington, dans le Delaware, le 20 août 2020 (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)
Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden, deuxième à gauche, et son épouse Jill Biden, à gauche, avec la candidate à la vice-présidence Kamala Harris, 2è à droite, et son mari Doug Emhoff, au quatrième jour de la Convention nationale démocrate à Wilmington, dans le Delaware, le 20 août 2020 (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)

JTA — Lors d’une campagne virtuelle de collecte de fonds organisée par J-Street, le groupe libéral juif dont les activités se consacrent au Moyen-Orient, Joe Biden a déclaré que le président américain Donald Trump avait nui à Israël parce qu’il avait mis en place une politique étrangère marquée par l’irresponsabilité.

« Trump a mis Israël en danger en faisant exploser l’accord sur le nucléaire conclu avec l’Iran et en ne le remplaçant par rien d’autre », a déclaré Biden jeudi, soit vingt-quatre heures avant l’annonce par l’administration Trump de la négociation d’un accord de paix entre Israël et Bahreïn.

« Il a permis aux ennemis jurés d’Israël de s’installer en Syrie – avec un vide dangereux au niveau du pouvoir. Il a sapé la stabilité de l’autodétermination pour les Palestiniens, ôtant toute chance, en cela, à une solution viable à deux Etats », a-t-il ajouté.

Jeudi également, le Jewish Insider a rapporté que Haim Saban, milliardaire israélo-américain ayant fait fortune dans l’industrie du loisir – une personnalité pro-israélienne, qui dit se situer au centre-droit de l’échiquier politique – organisait une collecte de fonds pour Biden à 500 000 dollars minimum le billet.

Saban, qui avait soutenu Hillary Clinton en 2016, s’était tenu à l’écart de la présidentielle jusqu’à présent. Il avait fait savoir, dans le passé, qu’il romprait avec le parti si les Démocrates devaient désigner Bernie Sanders, sénateur du Vermont, comme candidat à la présidentielle. Sanders s’est distingué par ses critiques de l’Etat juif et a évoqué la possibilité de retenir les aides américaines versées à Jérusalem.

Ces deux collectes de fonds signalent que Biden est en train de consolider son soutien à gauche et au centre, dans les milieux pro-israéliens, alors même que la campagne qui désignera le nouvel occupant de la Maison Blanche entre dans ses six dernières semaines.

Trump s’est construit un bloc formidable de soutien parmi la droite pro-israélienne – qui applaudit un grand nombre de ses initiatives prises au Moyen-Orient, comme cela a été le cas du transfert de l’ambassade à Jérusalem et de la coupure des aides versées aux Palestiniens. Il espère dorénavant séduire les électeurs juifs centristes pro-israéliens qui accordent normalement leur vote aux Démocrates.

Le président américain Donald Trump prend la parole lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche à Washington, le 10 septembre 2020. (Crédit : AP Photo / Susan Walsh)

Trump a donné à ses soutiens pro-israéliens une autre raison de se réjouir dans la journée de vendredi en annonçant que son administration avait négocié la normalisation des liens entre Bahreïn et l’Etat juif. Cette nouvelle survient moins d’un mois après l’accord historique conclu entre Israël et les Emirats arabes unis, qui ont convenu d’instaurer des relations diplomatiques officielles entre leurs deux pays.

Les collectes de J-Street et de Saban soulignent l’intensité des efforts livrés par les Démocrates pour conserver le soutien d’une majorité écrasante d’électeurs juifs.

Jeudi dernier, dix Démocrates de la Chambre des représentants américaine – Juifs pour la moitié d’entre eux – ont écrit une lettre à Trump s’opposant à la proposition de Jared Kushner de vendre aux Emirats arabes unis un avion furtif de combat de pointe. Israël est défavorable à la vente de ces F-35 qui armeraient lourdement les EAU, et les Démocrates espèrent utiliser ce dossier pour contrer le narratif pro-israélien de Trump.

Pour sa part, Douglas Emhoff, époux juif de la colistière de Biden, Kamala Harris, fait actuellement activement campagne auprès du public juif.

Jeudi, il a pris part à un débat à Aventura, en Floride, aux côtés de six rabbins. Biden, a-t-il déclaré à ce moment-là, est « une bonne chose pour Israël » et « il serait un président fidèle aux valeurs » qui sont aussi revendiquées par les Juifs américains – notamment la tolérance.

À la fin du panel, Emhoff a sollicité des conseils auprès des rabbins.

« Je voudrais des conseils alors que je m’embarque dans ce voyage des 54 derniers jours avant les élections », a-t-il dit.

Un rabbin, qui n’a pas été identifié, lui a répondu : « Soyez sain, veillez à votre sécurité et tentez de nous amener une Amérique saine sur les plans moral, physique et spirituel. »

Emhoff n’a cessé, au cours de ses interventions, de mettre l’accent sur une thématique centrale de la campagne de Biden – selon laquelle Trump a approuvé et encouragé les extrémistes de droite. Trump a parfois dénoncé les suprématistes blancs et les antisémites, mais il a également rechigné à dénoncer ses soutiens d’extrême-droite – refusant récemment de condamner ouvertement le mouvement QAnon, qui soutient toute une série de théories du complot désignant Trump comme un sauveur.

Emhoff aura également fait des apparitions virtuelles lors d’événements organisés en direction des électeurs juifs, notamment dans les Etats – déterminants pour le vote – de Pennsylvanie, de Floride et d’Ohio.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...