Pour Paxton la dérive ‘ploutocratique’ de Trump est inquiétante pour les plus pauvres
Rechercher

Pour Paxton la dérive ‘ploutocratique’ de Trump est inquiétante pour les plus pauvres

Plutôt que de faire du nouveau président américain, un nouveau "fasciste", l'historien Paxton le pense plutôt en simple ploutocrate désireux d'accroître ses richesses

L'historien Robert Paxton présente, à l'occasion de sa réédition, son ouvrage "Vichy et les Juifs" au mémorial de la Shoah, à Paris, le 19 juin 2016. (Crédit : Arthur Lancry)
L'historien Robert Paxton présente, à l'occasion de sa réédition, son ouvrage "Vichy et les Juifs" au mémorial de la Shoah, à Paris, le 19 juin 2016. (Crédit : Arthur Lancry)

Robert O. Paxton, historien spécialiste de la France de Vichy, dans une tribune publiée dans Le Monde, disserte sur la différence entre dictature et fascisme en s’interrogeant sur lequel convient le mieux au président américain nouvellement élu.

« La tentation est forte de qualifier de ‘fasciste’ le nouveau président américain », avance Paxton. Il évoque « sa hargne », ses méthodes, ses « arrivées théâtrales en avion (stratégie électorale inventée par Hitler) », la stigmatisation de l’étranger devenue systématique , le mépris des règles juridiques et la « caution implicite à la violence à l’encontre de ses opposants ».

Mais, selon l’historien il faut résister, bien que cela soit « tentant » de le qualifier de fasciste, ce qui suppose une idéologie à laquelle on se réfère et que l’on veut imposer. Il entre avec plus d’exactitude dans la catégorie de « ploutocrate ».

Le ploutocrate est ce dirigeant qui est parvenu au pouvoir grâce à l’accumulation de richesses, et qui, grâce aux nouveaux pouvoirs qui lui sont conférés, entend conserver, voire accroître cette richesse.

Et en effet pour Paxton, l’objectif central de Trump et de la majorité républicaine du Congrès est « le démantèlement de la législation américaine qui assure la protection des travailleurs et de l’environnement », deux domaines dont les réglementations sont autant d’obstacles pour qui souhaite accroître son capital.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...