Prison à vie pour 4 Palestiniens condamnés pour le meurtre d’Israéliens
Rechercher

Prison à vie pour 4 Palestiniens condamnés pour le meurtre d’Israéliens

Eitam et Naama Henkin avaient été tués le 1er octobre dernier sous les yeux de leurs enfants par une cellule du Hamas

Des milliers de personnes pendant les funérailles de Naama et Eitam Henkin, à Jérusalem, le 2 octobre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des milliers de personnes pendant les funérailles de Naama et Eitam Henkin, à Jérusalem, le 2 octobre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Quatre Palestiniens ont été condamnés mercredi à la prison à vie pour le meurtre en octobre 2015 d’un couple d’Israéliens qui circulaient en voiture avec ses enfants en Cisjordanie, a annoncé l’armée.

Un tribunal militaire a condamné « à deux peines de prison à vie et à trente ans de prison chacun des quatre Palestiniens membres d’une cellule du Hamas responsables de l’attaque ayant tué Eitam et Naama Henkin sous les yeux de leurs enfants », selon un communiqué de l’armée.

Eitam et Naama Henkin, un couple de l’implantation de Neriah, avaient été tués le 1er octobre 2015.

Alors qu’ils rentraient en voiture d’une réunion d’étudiants en religion avec leurs quatre enfants, ils avaient été tués par balles par des individus à bord d’une voiture entre les implantations d’Itamar et Elon Moreh, avaient indiqué à l’époque les autorités israéliennes.

Naama et Eitam Henkin, assassinés dans une attaque à main armée en Cisjordanie le 1er octobre 2015. (Crédit : autorisation)
Naama et Eitam Henkin, assassinés dans une attaque à main armée en Cisjordanie le 1er octobre 2015. (Crédit : autorisation)

Les assaillants ont été identifiés comme Yahya Haj Hamed, qui a mené la fusillade en elle-même, Amjad Aliwi, Karam Razek, qui a été blessé par un des membres de la cellule pendant l’attaque, et Samir Koussa, le conducteur de la voiture, qui a également été lié à une précédente attaque terroriste.

Au moment des arrestations, le Shin Bet avait identifié Amjad Aliwi comme le dirigeant de la cellule. Membre du Hamas de Naplouse qui a déjà fait de la prison, il aurait recruté les autres membres de la cellule, leur aurait dit comment mené l’attaque et leur a fourni des armes.

Selon l’armée, ils avaient prévu de kidnapper le couple, mais lorsque leur tentative a échoué, ils les ont tués.

Trois des quatre Palestiniens condamnés étaient également impliqués dans deux autres attaques précédentes contre des Israéliens qui avaient fait un blessé léger, selon la même source.

L’attaque du 1er octobre avait marqué le lancement d’une vague de terrorisme palestinien et de violence qui a coûté la vie à 33 Israéliens et quatre ressortissants étrangers.

Environ 200 Palestiniens ont également été tués – les deux tiers pendant qu’ils attaquaient des Israéliens, et les autres pendant des affrontements avec les troupes, selon l’armée israélienne.

Quelques jours après l’attaque du 1er octobre, qui avait choqué la société israélienne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait annoncé une série de mesures contre les auteurs d’attentats, notamment l’accélération des démolitions de leurs maisons.

Le niveau supérieur d'une maison après la démolition par l'armée israélienne. Illustration. (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)
Le niveau supérieur d’une maison après la démolition par l’armée israélienne. Illustration. (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

Les détracteurs de cette mesure la dénoncent comme relevant du châtiment collectif affectant les familles qui se retrouvent à la rue. Le gouvernement israélien défend lui l’effet dissuasif de ces démolitions sur ceux qui seraient tentés de passer à l’acte.

Les maisons des quatre Palestiniens condamnés mercredi avaient été détruites en novembre.

Le mois dernier, les forces israéliennes avaient démoli à Naplouse, en Cisjordanie, la maison de Zeid Amr.

Selon l’armée, cet homme avait été accusé d’avoir repéré les lieux de l’attaque contre les Henkin et s’être assuré que la route était libre pour le commando.

Zeid Amr et deux autres Palestiniens accusés d’être impliqués dans l’attaque sont toujours en attente de leur verdict.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...