Rechercher

Projet ferroviaire et nouvel acte de séduction israélien vers les pays arabes

Le ministre des Transports Yisrael Katz présentera lors d'une conférence qui s'est ouverte mardi à Oman un projet de liaison ferroviaire entre l'Arabie Saoudite et Haïfa

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre des Transports et de l'Information Yisrael Katz inaugurent le train à grande vitesse entre Jérusalem et l'aéroport Ben Gurion le 20 septembre 2018. (Amos Ben-Gershom / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre des Transports et de l'Information Yisrael Katz inaugurent le train à grande vitesse entre Jérusalem et l'aéroport Ben Gurion le 20 septembre 2018. (Amos Ben-Gershom / GPO)

Un ministre israélien présentera mercredi à Oman un projet de ligne ferroviaire reliant son pays et la Méditerranée aux pays du Golfe dont l’Arabie saoudite, ont indiqué ses services mardi, nouvelle illustration de l’offensive de charme israélienne en direction des pays arabes.

Le ministre des Transports et des Renseignements Yisrael Katz interviendra lors d’une conférence de l’Union internationale des transports routiers (IRU) qui s’est ouverte mardi à Oman, malgré l’absence de relations diplomatiques entre son pays et ce sultanat du Golfe.

Il s’agit du dernier épisode des efforts israéliens pour capitaliser sur les réalités régionales du moment, à commencer par la perception commune d’une menace iranienne, et pour surmonter des décennies d’hostilité arabe à l’encontre de l’Etat hébreu.

Le ministre israélien exposera son plan de « voie de la paix régionale » qui, selon les médias de son pays, permettrait par exemple à l’Arabie Saoudite d’avoir un accès direct à la Méditerranée par le train. La ligne partirait de Haïfa, le plus important port israélien, passerait par la Jordanie, puis emprunterait des lignes existantes vers le Golfe.

La visite de M. Katz est « historique car elle permettra de renforcer les relations entre Israël et les pays du Golfe », a dit le ministère dans un communiqué. Une « normalisation » est possible, dit le ministre cité dans le communiqué.

M. Katz avait rapporté le mois dernier avoir présenté son projet à la chancelière allemande Angela Merkel lors de rencontres gouvernementales. Le gouvernement allemand considère avec intérêt une participation allemande à l’initiative, avait-il dit.

Le déplacement de M. Katz intervient moins de deux semaines après celui du Premier ministre Benjamin Netanyahu, reçu à Oman par le sultan Qabous, une première depuis plus de vingt ans.

Dans la foulée, les ministres israéliens de la Culture et des Sports Miri Regev et des Communications Ayoub Kara se sont rendus aux Emirats arabes unis.

Miri Regev, au centre, visite la grande mosquée Sheikh Zayed à Abou Dhabi avec des responsables émiratis, le 29 octobre 2018 (Crédit : Chen Kedem Maktoubi)

Les pays arabes ont historiquement fait du règlement de la question palestinienne la condition d’une normalisation avec Israël. Mais M. Netanyahu et des membres de l’administration Trump défendent une approche inversée dans laquelle ce serait une normalisation avec les pays arabes qui favoriserait la paix avec les Palestiniens.

L’administration Trump, proche alliée du gouvernement Netanyahu, œuvre ainsi à un rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite, en même temps qu’elle dit préparer une initiative de paix entre Israéliens et Palestiniens.

L’envoyé des Etats-Unis pour le Moyen Orient Jason Greenblatt, a salué la visite de M. Katz à Oman. « Ces efforts soutiennent les nôtres », a-t-il tweeté.

Ayoub Kara à Dubaï, le 30 octobre 2018 (Crédit : STRINGER / AFP)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...