Quand « Grey’s Anatomy » sauve la vie d’une femme
Rechercher

Quand « Grey’s Anatomy » sauve la vie d’une femme

Un épisode de la série médicale a poussé Sarit Fishbaine à demander un second avis au sujet d’une boule dans le sein

Une scène de "Tous coupables" (épisode 5, saison 3) de la série télévisée "Grey 's Anatomy" (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Une scène de "Tous coupables" (épisode 5, saison 3) de la série télévisée "Grey 's Anatomy" (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Sarit Fishbaine, une directrice de marketing de Kvutzat Yavne, dans le sud d’Israël, n’avait aucun soupçon particulier quand elle a pris un rendez-vous pour un examen de routine du sein.

Le spécialiste l’a renvoyée chez elle en lui affirmant que son bilan de santé était parfait. Mais quand Fishbaine a regardé un épisode de la série télévisée « Grey’s Anatomy », six mois plus tard – le cinquième épisode de la troisième saison, pour être précis – elle a eu le sentiment que l’intrigue était un message qui lui était destiné. Le lendemain, elle a appelé un autre spécialiste pour avoir un deuxième avis.

Ce deuxième avis lui a sauvé la vie.

« Dans l’épisode, une jeune maman arrive à l’hôpital de Seattle Grace pour une mastectomie après que son cancer du sein a été pris pour du lait qui se collectait dans son sein », a déclaré Fishbaine sur Yahoo Parenting.

« Je n’arrivais pas à m’endormir cette nuit – j’avais l’impression que c’était comme un immense panneau d’avertissement. J’avais arrêté l’allaitement quelques mois avant et mon tissu mammaire s’était assoupli, mais il y avait avec certitude – j’avais une bosse dans mon sein gauche. »

Elle a pris un rendez-vous avec un autre spécialiste du sein le lendemain. « Je devais attendre trois semaines pour voir le médecin et je ne voulais pas inquiéter mon mari, alors je lui ai dit que je passais un examen de routine », raconte-t-elle.

Après avoir examiné Fishbaine, le deuxième spécialiste l’a envoyé faire « une mammographie et une biopsie d’urgence », qui a montré qu’elle avait un cancer du sein au stade III qui s’était propagé aux ganglions lymphatiques.

Après avoir subi une chimiothérapie, une radiothérapie et une mastectomie complète de son sein gauche, Fishbaine s’est débarrassée de son cancer. Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

Shonda Rhimes, la créatrice de « Grey’s Anatomy », a lu l’histoire de Fishbaine sur Yahoo et l’a partagée sur sa propre page Facebook avec un seul mot en commentaire : « Encourageant ». Le message de Rhimes a reçu plus de 4 000 « j’aime » et a été partagé plus de 400 fois.

Humbling…

Posted by Shonda Rhimes on Friday, 15 May 2015

Fishbaine a raconté son histoire sur sa propre page Facebook dimanche.

« La télévision n’est pas éducative. La télévision pourrit nos cerveaux. Regarder la télévision est une perte totale de temps », écrit-elle sèchement en guise d’introduction, citant les accusations souvent répétées contre ce média.

Après avoir raconté la façon dont l’épisode de la série télévisée lui a sauvé la vie et comment Rhimes a partagé son histoire sur Facebook, elle a fini son message avec, « ceci est ce qui peut arriver lorsque vous aimez regarder la télévision. Alors rappelez-vous – la télévision n’est pas éducative ».

המקום – אוניברסיטה ידועה בירושלים.הקורס – התנהגות ארגונית.המרצה – ד »ר סידני אנגלברג. הארוע – בנה התינוק של אחת הסטודנ…

Posted by Sarit Fishbaine on Sunday, 10 May 2015

Il semble que l’exposition positive dans les médias de la famille de Fishbaine est chose commune.

Son père, le professeur Sydney Engelberg, qui enseigne à l’université hébraïque de Jérusalem, a lui aussi eu son moment de gloire au début du mois quand il a pris dans ses bras un bébé qui pleurait pendant un de ses cours et a poursuivi son cours en le tenant dans ses bras. « Ceci est ce que je appelle une excellente leçon de comportement organisationnel » (le sujet du cours qu’enseignait Engelberg, père de quatre enfants et grand-père de cinq petits-enfants, ce jour-là). Fishbaine, extrêmement fière, avait alors écrit sur sa page Facebook : « Papa, tu es le meilleur ! ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...