Raid aérien d’Israël sur des « cibles terroristes » du Hamas dans le nord de Gaza
Rechercher

Raid aérien d’Israël sur des « cibles terroristes » du Hamas dans le nord de Gaza

L'armée indique qu'une base militaire et une usine d'armement ont été détruites en réponse aux coups de feu tirés depuis Gaza qui ont touché des maisons israéliennes à Sderot

Une photo prise à partir de la frontière sud d'Israël avec la bande de Gaza montre des fusées éclairantes israéliennes au dessus de l'enclave côtière palestinienne, le 7 juillet 2014 (Crédit photo: Jack Guez / AFP)
Une photo prise à partir de la frontière sud d'Israël avec la bande de Gaza montre des fusées éclairantes israéliennes au dessus de l'enclave côtière palestinienne, le 7 juillet 2014 (Crédit photo: Jack Guez / AFP)

Israël a effectué une série de frappes aériennes sur des « cibles terroristes » du Hamas dans le nord de la bande de Gaza pendant la nuit de mercredi à jeudi, a indiqué l’armée israélienne, en réponse aux tirs de mitrailleuses qui ont frappé plusieurs maisons dans la ville israélienne de Sderot, apparemment tirés depuis l’autre côté de la frontière.

Selon un communiqué de l’armée, les « cibles terroristes appartenant au Hamas » comprenaient quatre sites sur une base militaire du Hamas et trois dans une usine d’armement.

Les frappes ont eu lieu en réponse à trois échanges transfrontaliers distincts plus tôt mercredi, dont des coups de feu qui auraient été tirés depuis Gaza et qui ont touché des immeubles résidentiels à Sderot, causant des dégâts mais pas de blessés, a déclaré l’armée.

Selon la municipalité de Sderot, les tirs visaient un avion de l’armée qui volait à basse altitude, et les balles ont touché les maisons en retombant sur terre.

« Tout récemment, des coups de feu ont été tirés sur un avion [de l’armée israélienne]. Les balles ont atteint un certain nombre de maisons à Sderot », a déclaré la municipalité dans un communiqué.

Plus tôt, des coups de feu ont été tirés sur des soldats israéliens stationnés à la frontière, selon l’armée. Aucun blessé n’a été signalé.

En riposte, un char de l’armée israélienne a tiré sur une position militaire du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, a indiqué Tsahal.

Quelques heures après que les tirs de mitrailleuses ont touché les maisons de Sderot, les soldats israéliens à la frontière ont de nouveau été attaqués, cette fois au sud de Gaza, a déclaré l’armée.

En réponse, un char israélien a détruit deux postes d’observation du Hamas dans le sud de Gaza, selon l’armée.

Les balles qui ont touché Sderot, une ville du sud d’Israël qui a fréquemment été le théâtre d’attaques à la roquette au cours des 20 dernières années, étaient des balles de gros calibre tirées à partir d’une mitrailleuse lourde par des membres d’un groupe terroriste à Gaza, a indiqué l’armée israélienne.

L’armée n’a pas indiqué pour l’instant si l’avion a également été touché lors de l’attaque par balles.

« L’armée considère qu’il s’agit d’un événement grave et tient le Hamas responsable de tout ce qui se passe dans la bande de Gaza », a déclaré l’armée.

L’une des balles a brisé une fenêtre. D’autres se sont écrasées sur les façades extérieures, selon les photos des maisons postées sur les réseaux sociaux.

L’une des maisons touchées est celle de l’ancien maire Sderot, Eli Moyal, qui a dit au site d’information Ynet qu’il a entendu un « bruit terrible » et quand il a couru à l’extérieur pour voir ce qui s’était passé, il a trouvé des fragments de balles.

La police a été appelée sur les lieux et a bouclé les zones autour des maisons qui ont été touchées tandis que les enquêteurs de la police scientifique étaient appelés.

L’armée a annoncé qu’elle ouvrait une enquête afin de déterminer l’origine des coups de feu.

Les deux fusillades font suite à deux jours d’affrontements le long de la frontière de Gaza.

Lundi, plus de 40 000 Palestiniens ont pris part à des émeutes violentes « sans précédent » le long de la barrière de sécurité, dans lesquelles on compte au moins une fusillade avec les soldats israéliens, ainsi que des tentatives d’infiltration en territoire israélien et de pose d’engins explosifs artisanaux le long de la frontière, a indiqué l’armée.

Mardi, environ 4 000 personnes ont manifesté le long de la frontière, jetant des pierres et des cocktails Molotov sur les soldats israéliens de l’autre côté de la barrière.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré que 62 personnes ont été tuées lors des manifestations de lundi et mardi, dont 53 ont par la suite été identifiées comme étant des membres du Hamas ou du Jihad islamique palestinien.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...