Raissi promet aux chefs terroristes palestiniens de soutenir leur cause
Rechercher

Raissi promet aux chefs terroristes palestiniens de soutenir leur cause

Dans des rencontres avec les leaders terroristes du Hamas, du Jihad islamique et du FPLP, le nouveau président iranien a salué la "victoire" contre Israël au mois de mai

Le leader du Hamas Ismail Haniyeh, à gauche, salue le nouveau président iranien Ebrahim Raissi ) son bureau de Téhéran, le 6 août 2021. (Capture d'écran/YouTube)
Le leader du Hamas Ismail Haniyeh, à gauche, salue le nouveau président iranien Ebrahim Raissi ) son bureau de Téhéran, le 6 août 2021. (Capture d'écran/YouTube)

Le tout nouveau président iranien Ebrahim Raissi a rencontré les responsables de plusieurs groupes terroristes palestiniens au cours de sa toute première journée à son nouveau poste, vendredi, utilisant cette opportunité pour prêter allégeance à leur cause.

« La question de la Palestine est et elle sera toujours le problème numéro un du monde arabe », a déclaré Raissi au dirigeant du Hamas, Ismail Haniyeh, selon le site d’information officiel de l’Iran, Fars. « Nous n’avons jamais eu de doute à ce sujet et nous n’en aurons jamais ».

Dans une rencontre distincte avec le secrétaire-général du Jihad islamique palestinien, Ziad Nakhaleh, Raissi a expliqué que la république islamique « défendra toujours les droits des opprimés ».

Il a aussi transmis le même message durant un entretien avec Talal Naji, à la tête du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), a noté Fars.

Les trois chefs terroristes se trouvaient en Iran pour assister à la cérémonie de prestation de serment de Raissi, jeudi. Si l’événement a été plus modeste que d’habitude pour cause de pandémie de coronavirus, des alliés déterminants de l’Iran avaient fait le voyage pour la cérémonie. Parmi eux, Naim Qassem, numéro deux du groupe terroriste libanais du Hezbollah, groupe mandataire de l’Iran.

Raissi a utilisé des rencontres de vendredi pour saluer les performances des groupes palestiniens armés pendant la récente guerre contre Israël à Gaza, que le président iranien a qualifiée de « victoire ».

Le nouveau président iranien, Ebrahim Raissi, s’exprime lors de sa cérémonie d’assermentation au parlement iranien, dans la capitale Téhéran, le 5 août 2021. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Les deux parties avaient convenu d’un cessez-le-feu après onze jours de conflit – des affrontements qui avaient fait 15 morts en Israël et plus de 250 morts à Gaza. L’armée israélienne avait expliqué que la moitié des victimes, tuées au sein de l’enclave côtière, étaient des membres des organisations terroristes.

« Des signes de la formidable victoire de la résistance ont émergé et l’Opération épée de Jérusalem a été l’un de ces signes », a dit Raissi, utilisant le nom donné à cette guerre par le Hamas – un conflit nommé du côté israélien l’Opération Gardien des murs.

Haniyeh a garanti à Raissi que le Hamas continuerait à prendre la défense de l’Iran face à l’opposition de l’Occident.

Raissi a été élu au mois de juin lors d’une élection qui s’est distinguée par une très faible participation des électeurs, les Iraniens protestant contre la disqualification de presque tous les autres candidats par les dirigeants islamistes du pays.

Cette investiture permet à la ligne dure de dominer toutes les branches du gouvernement dans le pays.

Les Palestiniens ont été également mentionnés dans le discours d’investiture de Raissi. ‘Partout où il y a de l’oppression et du crime dans le monde, au cœur de l’Europe, des États-Unis, en Afrique, au Yémen, en Syrie, en Palestine… », a-t-il déclaré, « le message de l’élection a été celui de la résistance contre les puissances arrogantes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...