Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Refonte judiciaire : plus de 160 000 Israéliens dans la rue pour la 13e semaine

Bien que le Premier ministre ait suspendu le projet de loi, des milliers d'Israéliens doutent de l'efficacité de la médiation entamée par le président Herzog

Des manifestants défilent avec des drapeaux israéliens lors d'un rassemblement contre la refonte judiciaire du gouvernement à Tel Aviv, le 1er avril 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Des manifestants défilent avec des drapeaux israéliens lors d'un rassemblement contre la refonte judiciaire du gouvernement à Tel Aviv, le 1er avril 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Des milliers d’Israéliens sont rassemblés samedi à Tel-Aviv et dans d’autres villes pour la 13e semaine consécutive pour protester contre le projet de refonte de la justice, malgré la « pause » dans le processus législatif annoncée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu cette semaine.

Brandissant des drapeaux israéliens, les manifestants ont défilé dans le centre de la ville blanche en scandant « démocratie » et en portant des pancartes contre le gouvernement de Benjamin Netanyahu, l’un des plus à droite qu’ait connu Israël.

À Tel-Aviv, un groupe de manifestants a joué le rôle des futures forces de la garde nationale du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, qui, selon les critiques, pourraient constituer sa milice privée.

Les « troupes » masquées ont organisé un spectacle au rythme de la menaçante « Marche impériale » de la saga Star Wars, connue pour symboliser l’empire maléfique et le méchant Dark Vador.

Par ailleurs, un graffiti où l’on peut lire « Kahane vit » – une référence au rabbin extrémiste Meir Kahane – a été retrouvé sur le mur et une fenêtre d’un centre communautaire LGBTQ de Tel Aviv. La police dit avoir ouvert une enquête.

La communauté LGBTQ d’Israël a mis en garde contre le danger pour ses membres et leurs droits sous le gouvernement israélien d’extrême droite.

L’Association Aguda pour l’égalité LGBTQ affirme que les graffitis sont un « voyant d’avertissement » d’une future attaque violente contre la communauté.

« L’homophobie est déjà en train de se déchaîner », indique le communiqué. « La semaine dernière, nous avons constaté une augmentation de 4 % des signalements d’homophobie dans l’espace public et lors de manifestations avec des membres de la communauté qui ont fait face à des malédictions, des crachats, des menaces, l’incendie de drapeaux de la fierté et même des violences physiques. »

Aguda exhorte le gouvernement à condamner la haine à laquelle est confrontée la communauté LGBT « avant qu’il ne soit trop tard pour garantir une sécurité personnelle complète aux membres de la communauté LGBT ».

Depuis l’annonce du projet de réforme début janvier, des dizaines de milliers d’Israéliens manifestent toutes les semaines pour dénoncer le projet et conspuer le gouvernement formé en décembre par Netanyahu.

Une « pause » législative a été annoncée le 27 mars par Netanyahu pour donner une « chance […] au dialogue », après une journée d’intensification de la contestation, un début de grève générale et l’apparition de tensions au sein de la majorité, déclenchées notamment par l’annonce du limogeage du ministre de la Défense, Yoav Gallant, qui s’était prononcé pour une « pause ».

Pour le gouvernement, la réforme vise entre autres à rééquilibrer les pouvoirs en diminuant les prérogatives de la Cour suprême, que l’exécutif juge politisée, au profit du Parlement.

Les détracteurs de la réforme estiment au contraire qu’elle risque de mettre en péril les principes démocratiques en usage en Israël en faisant sauter des garde-fous et la séparation des trois branches. Ils craignent qu’elle ouvre la voie à une dérive illibérale ou autoritaire.

Une rencontre a eu lieu le 28 mars entre des représentants de la majorité et des deux principaux parti de l’opposition, dans le cadre d’une médiation sous l’égide du président Isaac Herzog.

De nombreux analystes politiques et responsables de l’opposition se montrent toutefois sceptiques sur les chances de succès de la médiation présidentielle.

Gallant, qui n’a pas reçu encore la lettre officielle de limogeage requise par la loi, continue à exercer ses fonctions normalement au sein du gouvernement.

Le chef de l’opposition Yair Lapid était présent à la manifestation à Tel Aviv, où l’on dénombre entre 165 000 manifestants. « Nous sommes sur nos gardes. Le danger n’est pas passé, » a écrit sur Twitter, le chef de Yesh Atid.

Yoav Horowitz, ancien chef de cabinet de Netanyahu et ancien directeur général du cabinet du Premier ministre, a aussi été aperçu à Tel-Aviv.

Horowitz était un proche confident de Netanyahu de longue date, et les deux ont servi ensemble dans l’unité d’élite Sayeret Matkal.

Il a été chef de cabinet du Premier ministre de 2016 à 2019 et directeur général du Cabinet du Premier ministre de mai 2018, jusqu’à ce qu’il informe Netanyahu qu’il démissionnerait en juin 2019.

Des centaines de manifestants en faveur de la réforme ont bloqué la rue Weizmann dans la ville du centre de Kfar Saba.

Les manifestants ont appelé le gouvernement à cesser les négociations et à poursuivre leurs plans controversés d’origine.

Jeudi soir, quelque 20 000 manifestants avaient manifesté pour soutenir les plans du gouvernement à Tel-Aviv, le deuxième rassemblement de ce type depuis que Netanyahu a suspendu la législation.

L’auteur israélien David Grossman a lui invoqué le « Mah Nishtanah / Pourquoi cette nuit est-elle différente » de la Haggadah dans son discours prononcé devant la résidence du président à Jérusalem, demandant à la foule : « Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ? « Nous avons changé, nous les manifestants, les contestataires. Nous-mêmes n’imaginions pas l’étendue de notre amour caché pour la vie que nous avons pu créer ici en Israël, » a-t-il répondu, ajoutant que les instigateurs de la refonte judiciaire avaient commis « l’erreur de leur vie ».

« Les instigateurs du coup d’État n’ont pas lu correctement – ni notre passion pour la liberté, ni nos valeurs et nos souhaits primaires, les valeurs d’égalité pour chaque personne, l’esprit démocratique et l’humanité », a encore affirmé Grossman.

Les prochains jours seront une période de dialogue à la résidence du président, « et c’est tant mieux ». Mais le peuple reviendra protester avec force « au moment où nous reconnaîtrons » que la discussion n’est pas menée avec intégrité et honnêteté.

Il a salué les jeunes manifestants – en disant : « peut-être que vous êtes plus désespérés que nous » et « peut-être que vous sentez que vous n’avez pas le choix ».

« Qu’est-ce qui est différent ? », demande-t-il encore. « Nous sommes la dernière ligne de défense d’Israël contre l’écrasante tyrannie », répond-il. « Nous avons besoin d’une Cour suprême forte et indépendante ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.