Ronald Lauder s’exprime sur la crise et son impact pour les communautés juives
Rechercher

Ronald Lauder s’exprime sur la crise et son impact pour les communautés juives

Face à la crise sanitaire et à l'antisémitisme, le président du Congrès juif mondial appelle à "agir par la promotion de l’esprit juif éclairé, généreux, humaniste et démocratique"

Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, lors d'une interview accordée à l'Associated Press à Berlin, le samedi 13 septembre 2014. (Crédit : AP/Markus Schreiber)
Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, lors d'une interview accordée à l'Associated Press à Berlin, le samedi 13 septembre 2014. (Crédit : AP/Markus Schreiber)

Dans une tribune pour le journal Le Figaro publiée ce mercredi, Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, est revenu sur la crise sanitaire du coronavirus à travers le monde, et sur l’impact qu’elle a eu sur les communautés juives de la diaspora.

« Le peuple juif se trouve à l’avant-garde de la lutte contre cette calamité mondiale », a-t-il écrit, rappelant que de nombreux Juifs de New York, Londres et autres grandes villes ont payé un lourd tribut.

« Les communautés juives ressentent panique, détresse et affliction », dit-il. « Cependant, ces communautés démontrent une détermination exceptionnelle et une cohésion remarquable. Les heures sombres sont aussi des heures de grandeur. Alors que le coronavirus fait régner les ténèbres, ces communautés ont à cœur de faire briller une lueur de dévouement, de détermination et d’amour. »

Le responsable communautaire américain appelle ainsi à « relever la tête », à se « tourner vers l’avenir » et à réfléchir sur les « implications pour l’avenir proche et lointain du peuple juif ».

Il évoque ainsi le déconfinement à venir, la solidarité qui sera nécessaire les uns envers les autres et la crise économique.

« Plus que tout, nous devons nous soutenir les uns les autres », écrit-il. « Le virus ne différencie pas les Juifs ultra-orthodoxes des Juifs réformés. L’implosion économique nuit aux libéraux aussi bien qu’aux conservateurs. L’impératif de faire fructifier une communauté juive puissante et unie découle des dangers qui nous entourent. Il est l’heure de l’unité, l’heure de l’harmonie, le temps d’une renaissance de la solidarité juive. »

Ronald Lauder s’est également inquiété de l’antisémitisme durant cette crise sanitaire. « À présent, comme autrefois, une épidémie biologique mortelle engendre une vague d’antisémitisme, mettant en danger la vie des Juifs. Sur ce front, il n’y a aucune marge de compromis. Nous devons nous unir contre ceux qui veulent nous détruire. Nous devons protéger chaque Juif, chaque communauté juive qui sont attaqués. Nous devons appliquer le seul remède capable d’éradiquer le virus de l’antisémitisme : la force, la force et encore la force. Ce n’est qu’en restant unis et résolus que nous pourrons contenir la résurgence de la haine qui nous menace. »

Il a aussi salué les efforts de l’État d’Israël dans l’épidémie, et mentionné la frustration des Juifs de la diaspora, qui se sont retrouvés interdits de voyager en Israël.

« Au cours de ces derniers mois, Israël a combattu la pandémie de manière remarquable. Les Israéliens ont, une fois de plus, prouvé qu’ils étaient forts et déterminés, capables de faire face à la crise comme une nation unie », indique-t-il.

Il appelle désormais Israël à aider médicalement les communautés juives de la diaspora qui en auraient besoin. En guise de conclusion, il ajoute la nécessite de l’unité entre les communautés juives.

« Avant tout, nous devons renouveler le mot d’ordre ‘un pour tous, tous pour un’, embrasser à nouveau notre éthique séculaire de responsabilité mutuelle et d’amour pour Israël. Dans le monde post-Covid-19, la mondialisation va régresser, le nationalisme s’intensifier. Nous devons agir par la promotion de l’esprit juif éclairé, généreux, humaniste et démocratique. Nous devons nous engager à affronter ce qui nous attend encore avec courage et détermination, comme une grande famille unifiée », conclut-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...