Russie : la frappe israélienne en Syrie est une « mauvaise manœuvre »
Rechercher

Russie : la frappe israélienne en Syrie est une « mauvaise manœuvre »

Moscou, allié du régime d'Assad, a déclaré que le raid israélien "contredit totalement le droit international" ; l'armée assure s'être coordonné avec le Kremlin

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le vice ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov (Capture d'écran YouTube)
Le vice ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov (Capture d'écran YouTube)

La Russie a condamné mercredi Israël pour sa frappe sur des cibles iraniennes en Syrie pendant la nuit, affirmant que l’opération enfreignait le droit international.

L’armée israélienne a revendiqué tôt mercredi matin une série de frappes aériennes de « grande ampleur » contre des sites militaires en Syrie, qui ont tué au moins 11 « combattants » selon une ONG, « en réponse » à des tirs de roquettes la veille.

Selon l’OSDH, 11 combattants, dont sept étrangers ont été tués dans ces raids nocturnes israéliens.

« Nous ne pouvons pas confirmer si les sept étrangers sont tous Iraniens ou des combattants pro-iraniens de diverses nationalités », a précisé à l’AFP le directeur de cette ONG, Rami Abdel Rahmane, qui a aussi fait état de quatre civils blessés dans ces frappes.

Le vice-ministre des Affaires étrangères russe Mikhail Bogdanov a déclaré que les frappes était « une mauvaise manœuvre » qui « constraste drastiquement » avec le droit international, selon Interfax.

Il a ajouté que Moscou avait pris contact avec ses alliés concernant l’incident, poursuit le rapport.

La Russie soutient le gouvernement du dictateur Bachar al-Assad et a déjà critiqué des tentatives d’Israël d’empêcher l’enracinement iranien à la frontière nord d’Israël.

Un drapeau d’Israël flotte sur l’épave d’un char israélien qui se trouve sur une colline du plateau du Golan et qui domine la frontière avec la Syrie, le 18 octobre 2017. (Crédit : JALAA MAREY / AFP)

L’armée a déclaré qu’elle avait coordonné sa campagne aérienne avec Moscou dans le cadre du mécanisme de déconfliction établi entre les deux pays en raison de l’importante présence militaire russe en Syrie.

Israël a répété à maintes reprises qu’il ne tolérera pas l’enracinement iranien en Syrie, et qu’il réagira à toute attaque contre l’Etat juif.

Les dirigeants israéliens ont menacé l’Iran après l’opération. Le ministère de la Défense a déclaré que les dirigeants de Téhéran n’étaient « pas immunisés ».

« Les règles ont changé : quiconque tire sur Israël pendant la journée ne dormira pas la nuit. C’était le cas la semaine dernière et c’est le cas cette semaine », a déclaré le nouveau ministre de la Défense Naftali Bennett. Il faisait référence à l’assassinat ciblé de la semaine dernière du chef terroriste du Jihad islamique palestinien Baha Abu al-Ata dans sa maison à Gaza, qui a entraîné deux jours de conflit.

« Notre message aux responsables iraniens est simple : vous n’êtes plus immunisés. Dès que vous avancerez vos tentacules de pieuvre, nous les couperons », a ajouté Bennett.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) en compagnie du ministre de l’Éducation Naftali Bennett lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 30 août 2016. (Crédit : Emil Salman/POOL)

Un officiel de haut rang de la Défense a déclaré aux journalistes qu’Israël pensait avoir tué et blessé un certain nombre d’Iraniens dans la frappe. Le responsable, qui s’est exprimé sous condition d’anonymat, a repris l’image de la pieuvre comme une métaphore pour les actions de l’Iran en Syrie, mais aussi la menace implicite de s’en prendre aux responsables iraniens.

« L’Iran est une pieuvre avec sa tête à Téhéran qui envoie ses tentacules autour de nous. Nous n’avons pas encore menacé Téhéran, mais nous commençons à nous rapprocher de la tête de la pieuvre. Nous avons frappé un bâtiment occupé par des Iraniens à l’aéroport de Damas. Nous estimons que des Iraniens ont été tués et blessés », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’Israël avait détruit six batteries de défense aérienne syrienne, et aussi de nombreux bâtiments sur des bases militaires syriennes qui sont contrôlés par la force al-Quds des Gardiens de la Révolution islamique iranienne.

De son côté, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré au sujet des frappes : « J’ai clairement fait savoir que nous attaquerons toute personne qui nous attaque. C’est ce que nous avons fait dans la nuit sur des cibles militaires iraniennes de la force al-Quds et des cibles militaires syriennes. »

Mercredi matin, l’armée israélienne a déclaré qu’elle se préparait à d’éventuelles ripostes iraniennes après avoir mené ses frappes aériennes.

« Nous nous préparons aussi bien à nous défendre qu’à attaquer. Nous répondrons à toute tentative de riposte », a déclaré Hidai Zilberman, le porte-parole de l’armée, aux journalistes mercredi matin.

« Nous sommes prêts pour trois scénarios : aucune réponse, une réponse mineure et une réponse plus importante », a-t-il dit.

Des images vidéos semblaient montrer un missile tiré par la défense aérienne syrienne tomber dans une zone à forte densité de population, et cela peu après avoir été tiré, ce qui pourrait expliquer le nombre de victimes.

Zilberman a dit que les cibles des frappes étaient toutes situées dans un rayon de 80 kilomètres de la frontière d’Israël. Les frappes étaient focalisées autour de Damas et du plateau du Golan syrien.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...