Sharon Alroy-Preis : le vaccin serait inefficace contre le variant sud-africain
Rechercher

Sharon Alroy-Preis : le vaccin serait inefficace contre le variant sud-africain

La cheffe par intérim de la division de la santé publique du ministère a déclaré qu'on ignore l'impact de la vaccination sur le variant du COVID ; Moderna se veut rassurant

Thabisle Khlatshwayo reçoit sa deuxième injection dans un centre d'essai de vaccins pour AstraZeneca à l'hôpital Chris Sani Baragwanath de Soweto, près de Johannesburg, en Afrique du Sud, le 30 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Jerome Delay)
Thabisle Khlatshwayo reçoit sa deuxième injection dans un centre d'essai de vaccins pour AstraZeneca à l'hôpital Chris Sani Baragwanath de Soweto, près de Johannesburg, en Afrique du Sud, le 30 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Jerome Delay)

Une haute responsable du ministère de la Santé a exprimé mercredi sa crainte que les vaccins existants soient inefficaces contre une nouvelle souche de coronavirus qui serait originaire d’Afrique du Sud.

Sharon Alroy-Preis, chef par intérim de la division de la santé publique du ministère, a cité une étude préliminaire « inquiétante » indiquant que la vaccination pourrait offrir une protection moindre contre le variant sud-africain, mais a souligné que l’impact des vaccins sur la souche n’était pas clair.

« Si nous arrivons à la conclusion qu’il est inefficace, nous demanderons aux personnes dont l’infection a été confirmée et à celles qui sont revenues d’Afrique du Sud de se mettre en quarantaine dans un hôtel », a-t-elle déclaré à la commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset.

On ignore à l’heure actuelle à quelles recherches Alroy-Preis fait référence. Des scientifiques en Afrique du Sud ont fait des tests pour voir si les vaccins sont efficaces contre la souche.

Dr Sharon Alroy-Preis. (Autorisation : Sharon Alroy-Preis)

Le variant sud-africain et un autre qui est apparu en Grande-Bretagne seraient des versions plus infectieuses du virus, et ont suscité de vives inquiétudes.

Tal Zaks, le médecin en chef de Moderna, a déclaré mercredi à la télévision israélienne qu’il pense que le vaccin de la firme du Massachusetts protégera des variantes britannique et sud-africaine.

Le directeur de BioNTech, qui a développé un vaccin avec Pfizer, a déclaré dans une interview la semaine dernière qu’il pensait que le vaccin qu’il a aidé à développer serait efficace contre le variant britannique.

Les fabricants de vaccins ont déclaré que leurs produits pourraient être modifiés en quelques semaines pour s’adapter aux nouveaux variants.

« Nous avons affaire à des variants qui peuvent apparaître rapidement, comme le variant britannique, et à ceux qui peuvent mettre en danger l’efficacité du vaccin », a déclaré Alroy-Preis aux législateurs. « Nous savons qu’il y a une propagation à l’échelle communautaire en Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...