Shin Bet : A Gaza, les tunnels du Hamas passent sous les mosquées et les maisons
Rechercher

Shin Bet : A Gaza, les tunnels du Hamas passent sous les mosquées et les maisons

Deux membres présumés du groupe terroriste ont révélé les sites de lancement de roquettes et les infrastructures souterraines

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La sortie d'un tunnel d'attaque du Hamas du côté israélien de la frontière avec la bande de Gaza, le 6 mai 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)
La sortie d'un tunnel d'attaque du Hamas du côté israélien de la frontière avec la bande de Gaza, le 6 mai 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)

Le réseau de tunnels souterrains dans la bande de Gaza passe sous les maisons et les mosquées, et les lanceurs de roquettes sont souvent placés dans des zones résidentielles à forte densité de population, mettant ainsi en danger les civils dans la bande de Gaza, ont déclaré des responsables sécuritaires israéliens mardi, citant des informations obtenus après l’arrestation de deux Gazaouis.

Les deux hommes ont été arrêtés le mois dernier pour des transferts de fonds présumés aux agents du Hamas en Cisjordanie.

Ils ont révélé des informations détaillées sur les emplacements des lanceurs de roquette de l’organisation terroriste et sur son réseau de tunnels souterrains, a annoncé mardi le Shin Bet, le service de sécurité israélien.

Selon leurs témoignages, des tunnels ont été construits sous « les maisons de personnes innocentes et des mosquées », et des sites de lancement de missiles ont été installés « à proximité d’immeubles de civils, de telle sorte qu’ils mettent en danger la population civile de la bande de Gaza », a affirmé le Shin Bet.

En plus du transfert d’argent à Gaza, un des deux hommes arrêtés, Itallah Ali Abed el-Karim Sarhan, avait travaillé « pendant les derniers mois comme conducteur de camion pour une entreprise qui emporte le sable des tunnels creusés par les organisations terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien », a précisé le Shin Bet.

Une paire de chaussures avec un double fond utilisée pour la contrebande d'argent et confisquée par les forces de sécurité israéliennes au poste-frontière d'Erez, dans la bande de Gaza, en juin 2016. (Crédit : Shin Bet)
Une paire de chaussures avec un double fond utilisée pour la contrebande d’argent et confisquée par les forces de sécurité israéliennes au poste-frontière d’Erez, dans la bande de Gaza, en juin 2016. (Crédit : Shin Bet)

« Dans cette fonction, Sarhan a vu un grand nombre de sites de construction de tunnels du Hamas et du Jihad Islamique palestinien. Sarhan a fourni un grand nombre d’informations sur les ouvertures de tunnel qu’il avait vues, y compris l’organisation terroriste responsable de la construction du tunnel, l’endroit exact où le forage se déroule et le statut de la construction du tunnel », a déclaré l’agence.

Bien qu’ils soient originaires de l’enclave côtière assiégée, les deux hommes ont été arrêtés en territoire israélien, puisqu’ils faisaient partie des « milliers de résidents de la bande de Gaza » possédant des permis de voyage les autorisant à se déplacer librement pour affaires, selon le service de sécurité.

D’après le Shin Bet, une série d’arrestations de Gazaouis ces derniers mois a permis d’obtenir de nouvelles informations sur les groupes terroristes dans la bande de Gaza qui travaillent à la réparation de l’infrastructure militaire détruite pendant la guerre de 50 jours avec Israël en 2014.

L’armée israélienne a annoncé en avril et mai qu’elle avait découvert deux tunnels conduisant jusqu’en Israël depuis Gaza, visiblement conçus pour mener des attaques, même s’il l’on ne sait pas s’ils ont été creusés avant ou après la guerre.

Sarhan, le conducteur de camion, a été arrêté en juin au point de passage d’Erez à la frontière de Gaza avec 10 000 euros cachés « dans ses chaussures », a déclaré le Shin Bet.

Sarhan a déclaré aux enquêteurs qu’il avait été approché par un officier de police du Hamas du côté gazaoui du point de passage Erez, qui lui avait demandé s’il était intéressé pour faire passer de l’argent pour l’organisation terroriste, a expliqué le Shin Bet.

Lorsqu’il a accepté, des membres du Hamas « l’ont payé pour mener la mission et lui ont donné les chaussures qu’il utiliserait pour cacher l’argent et ont promis de le soutenir s’il venait à être capturé », a déclaré l’agence.

Une liasse d'euros confisquée par les forces de sécurité israéliennes à un homme qui tentait de passer de l'argent en contrebande, au poste-frontière d'Erez, dans la bande de Gaza, en juin 2016. (Crédit : Shin Bet)
Une liasse d’euros confisquée par les forces de sécurité israéliennes à un homme qui tentait de passer de l’argent en contrebande, au poste-frontière d’Erez, dans la bande de Gaza, en juin 2016. (Crédit : Shin Bet)

Le résident de la bande de Gaza de 47 ans a avoué qu’il avait déjà fait passé de l’argent pour le Hamas, a souligné l’agence.

En juin également, Faiz Mesbach Mehmed, 65 ans, a été arrêté au point de passage de Tarqumiya en Cisjordanie dans le cadre d’une opération commune du Shin Bet, de la police israélienne et de l’armée.

Il a été accusé par le Shin Bet d’avoir apporté des « dizaines de milliers d’euros » de la bande de Gaza en Cisjordanie pour le Hamas.

Lors de son interrogatoire, Attar a admis qu’il avait transporté de l’argent plusieurs fois, alors qu’il était « conscient que le destinataire final de l’argent était le Hamas », a déclaré le Shin Bet.

Les fils d’Attar auraient également utilisé la maison familiale pour organiser des rencontres avec des responsables du Hamas, a ajouté le service.

« Cette enquête, plus que toute autre chose, démontre la manière dont l’organisation terroriste du Hamas utilise cyniquement la volonté de l’Etat d’Israël d’assouplir [les restrictions] sur le population civile de la bande de Gaza en accordant des permis de déplacement pour affaires », a noté l’agence dans un communiqué.

« L’Etat d’Israël autorise, chaque mois, l’entrée de milliers de résidents de la bande de Gaza en Israël pour des besoins humanitaires, médicaux et autres. A plusieurs reprises, des terroristes ont profité de ces permis pour des raisons illégales, notamment pour transférer de l’argent », a insisté le Shin Bet.

En mai, l’agence avait annoncé l’arrestation d’un membre du Hamas qui a fourni des informations sur les routes suivies par les tunnels du nord de Gaza, l’utilisation de maisons et d’institutions privées par le groupe pour cacher les entrées de tunnel, des transferts d’armes, et des détails sur les matériaux que le Hamas utilise pour creuser.

Le Shin Bet a ajouté que l’homme du Hamas avait décrit un réseau sophistiqué de tunnels comprenant des pièces de repos, des douches et un coin repas. Il avait également divulgué plusieurs noms de membres du Hamas qui ont combattu avec lui dans la branche nord de la brigade de l’est de la branche armée du Hamas.

L’agence a ensuite annoncé être en train d’interroger plusieurs membres du Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...