Smotrich ne rejoindra pas HaBayit HaYehudi-Otzma Yehudit « à n’importe quel prix »
Rechercher

Smotrich ne rejoindra pas HaBayit HaYehudi-Otzma Yehudit « à n’importe quel prix »

Menaçant une candidature indépendante, le président de l'Union nationale propose un remaniement de la liste commune

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Bezalel Smotrich fait une déclaration vidéo le 31 décembre 2019. (Crédit : capture d'écran/Union nationale)
Bezalel Smotrich fait une déclaration vidéo le 31 décembre 2019. (Crédit : capture d'écran/Union nationale)

Le président de l’Union nationale, Bezalel Smotrich, a menacé de se présenter de manière indépendante aux prochaines élections, déclarant mardi qu’il ne ferait pas partie de la liste commune de droite formée par les partis sionistes religieux HaBayit HaYehudi et Otzma Yehudit « à n’importe quel prix ».

Brisant le silence qu’il a maintenu depuis que le président de HaBayit HaYehudi, Rafi Peretz, et le chef du parti d’extrême droite Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, ont convenu d’unir leurs forces le 20 décembre, Smotrich a déclaré dans une vidéo : « Quand il s’agit du destin de la nation, je ne peux à n’importe quel prix rejoindre une liste dont on doute qu’elle franchira même le seuil électoral ».

Au cours de la dernière décennie, HaBayit HaYehudi et l’Union nationale se sont présentés ensemble sur une liste commune.

Peretz a surpris de nombreux experts en fusionnant avec Otzma Yehudit plus tôt ce mois-ci. Les partis de Peretz et de Ben Gvir se sont présentés ensemble pour la première fois en avril, bien que le président de HaBayit HaYehudi se soit d’abord opposé à la fusion, craignant que la liste des disciples autoproclamés du rabbin extrémiste Meir Kahane ne fasse fuir les électeurs plus modérés. Ils se sont présentés séparément en septembre, date à laquelle Otzma Yehudit n’a pas réussi à franchir le seuil électoral.

Le leader de HaBayit HaYehudi Rafi Peretz, (à gauche), avec Itamar Ben Gvir, de la formation extrémiste Otzma Yehudit, le 20 décembre 2019. (Autorisation)

L’annonce a laissé Smotrich dans une situation où ses options étaient limitées. L’accord entre HaBayit HaYehudi-Otzma Yehudit a réservé les places 2, 5 et 8 aux candidats de l’Union Nationale, mais les sondages suggèrent que Smotrich est le plus populaire parmi les trois chefs de partis et accepter de rejoindre Peretz signifierait être à nouveau son adjoint. En outre, les trois partis se sont déjà présentés ensemble en avril sous le nom d’Union des partis de droite et n’ont réussi à remporter que cinq sièges à la Knesset.

M. Smotrich, qui est également ministre des Transports, a fait valoir que les députés sionistes religieux agissent sans mandat de leur public. En conséquence, il a suggéré deux propositions qui, selon lui, contribueraient à rétablir la confiance du public.

Dans sa déclaration de mardi, M. Smotrich a reconnu qu’il était trop tard pour tenir des primaires ouvertes, car la date limite pour que les partis soumettent leurs listes finales pour la prochaine élection n’est que de deux semaines. Il a plutôt proposé qu’un sondage soit effectué, les électeurs sionistes religieux classant leurs candidats préférés afin de dresser une liste commune.

Sinon, il a proposé une fusion des comités centraux de l’Union nationale et de HaBayit HaYehudi, qui seraient alors chargés de déterminer la composition de la liste du parti unifié.

« Je ne demande pas la première place, ni la deuxième ou la troisième. Je ne demande même pas une place réaliste [sur la liste commune] », a déclaré Smotrich. « Tout ce que je demande et exige, c’est que nous recevions un mandat du public.

« Il n’est pas trop tard pour avoir un processus démocratique qui renouvellera la foi de la communauté religieuse sioniste dans son parti », a-t-il ajouté.

(De gauche à droite) Les députés de l’Union des partis de droite Idit Silman, Rafi Peretz, Bezalel Smotrich et Moti Yogev lors d’une visite dans le sud de Tel Aviv le 25 mars 2019. (Avi Dishi/Flash90)

En attendant, HaBayit HaYehudi et Otzma Yehudit se préparent à une course sans l’Union nationale, bien qu’ils partagent des points de vue pratiquement identiques sur toutes les questions.

Les partis ont présenté leur nouveau logo mardi, appelant leur liste « Foyer juif uni ».

Néanmoins, Peretz a accepté de soumettre la fusion avec Otzma Yehudit à l’approbation du comité central de HaBayit HaYehudi, et un vote aura lieu sur la question le 13 janvier. Un haut responsable du parti a dit au Times of Israel la semaine dernière que la mesure devrait être adoptée, et que l’opposition à l’accord avec Otzma Yehudit était exprimée par une « minorité bruyante » et était largement due au « fait que Peretz n’a consulté personne ».

Un sondage de la Treizième chaîne a estimé lundi que l’alliance HaBayit HaYehudi-Otzma Yehudit – sans l’Union nationale de Smotrich – franchirait tout juste le seuil électoral et obtiendrait quatre sièges au Parlement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...