Rechercher
Sommet du Neguev

Yair Lapid : l’alliance entre Israël et des pays arabes, un message fort à l’Iran

Les diplomates ont condamné l'attentat de la veille à Hadera et parlé de la "promotion d'une architecture de sécurité régionale" pour contrer les menaces

  • Le ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid al-Zayani salue les personnes présentes au Sommet du Neguev à Sde Boker, le 28 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn MARTIN / POOL / AFP)
    Le ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid al-Zayani salue les personnes présentes au Sommet du Neguev à Sde Boker, le 28 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn MARTIN / POOL / AFP)
  • Le secrétaire d'État américain Antony Blinken arrive pour une table ronde pendant le Sommet du Neguev à Sde Boker, le 28 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn MARTIN / POOL / AFP)
    Le secrétaire d'État américain Antony Blinken arrive pour une table ronde pendant le Sommet du Neguev à Sde Boker, le 28 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn MARTIN / POOL / AFP)
  • Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid (au centre, à droite) arrive aux côtés de son homologue de Bahreïn Abdullatif bin Rashid al-Zayani pendant le Sommet du Neguev à Sde Boker, le 288 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn MARTIN / POOL / AFP)
    Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid (au centre, à droite) arrive aux côtés de son homologue de Bahreïn Abdullatif bin Rashid al-Zayani pendant le Sommet du Neguev à Sde Boker, le 288 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn MARTIN / POOL / AFP)
  • Le ministre des Affaires étrangères israélien Yair Lapid, à droite, lors d'une rencontre bilatérale avec son homologue marocain Nasser Bourita à Sde Boker, le 28 mars 2022. (Crédit : Boaz Oppenheim/GPO)
    Le ministre des Affaires étrangères israélien Yair Lapid, à droite, lors d'une rencontre bilatérale avec son homologue marocain Nasser Bourita à Sde Boker, le 28 mars 2022. (Crédit : Boaz Oppenheim/GPO)
  • Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, s'exprime pendant une table ronde aux côtés du secrétaire d'État américain Antony Blinken à Sde Boker, pendant le Sommet du Neguev, le 28 mars 2022. (Crédit :  Jacquelyn MARTIN / POOL / AFP)
    Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, s'exprime pendant une table ronde aux côtés du secrétaire d'État américain Antony Blinken à Sde Boker, pendant le Sommet du Neguev, le 28 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn MARTIN / POOL / AFP)
  • Le Marocain Nasser Bourita, Bahrain’s le Bahreïni Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, l'Émirati Abdullah bin Zayed Al Nahyan, l'ÉgyptienSameh Shoukry, le secrétaire d'État américain Antony Blinken et l'Israélien Yair Lapid lors d'un sommet des ministres des Affaires étrangères à l'hôtel Kedma de Sde Boker, le 28 mars 2022. (Crédit : ministère des Affaires étrangères /GPO)
    Le Marocain Nasser Bourita, Bahrain’s le Bahreïni Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, l'Émirati Abdullah bin Zayed Al Nahyan, l'ÉgyptienSameh Shoukry, le secrétaire d'État américain Antony Blinken et l'Israélien Yair Lapid lors d'un sommet des ministres des Affaires étrangères à l'hôtel Kedma de Sde Boker, le 28 mars 2022. (Crédit : ministère des Affaires étrangères /GPO)
  • Le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, accueille le ministre Bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid al-Zayani à son arrivée au Sommet du Neguev, à Sde Boker, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)
    Le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, accueille le ministre Bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid al-Zayani à son arrivée au Sommet du Neguev, à Sde Boker, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)
  • Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, marche à côté du ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid suite à une conférence de presse conjointe au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 27 mars 2022. (Crédit :  Jacquelyn Martin / POOL / AFP)
    Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, marche à côté du ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid suite à une conférence de presse conjointe au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 27 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn Martin / POOL / AFP)
  • Le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, salue son homologue égyptien, Sameh Shoukri à son arrivée au Sommet du Neguev, à Sde Boker, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)
    Le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, salue son homologue égyptien, Sameh Shoukri à son arrivée au Sommet du Neguev, à Sde Boker, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)
  • Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à droite, accueille son homologue émirati Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyan lors du Sommet du Neguev à Sde Boker, dans le sud d'Israël, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)
    Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à droite, accueille son homologue émirati Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyan lors du Sommet du Neguev à Sde Boker, dans le sud d'Israël, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)
  • Clôture du Sommet du Neguev, le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdullatif bin Rashid al-Zayani, à gauche, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Sheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, à Sde Boker, en Israël, lundi 28 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP)
    Clôture du Sommet du Neguev, le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdullatif bin Rashid al-Zayani, à gauche, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Sheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, à Sde Boker, en Israël, lundi 28 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP)

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken et les chefs de la diplomatie d’Israël et de quatre pays arabes tiennent lundi une rencontre inédite en territoire israélien pour discuter de la paix au Moyen-Orient et du programme nucléaire iranien.

Ce sommet dans la localité de Sde Boker, un kibboutz du désert du Neguev (sud) où repose la dépouille du fondateur d’Israël David Ben Gourion, a lieu au lendemain d’une attaque revendiquée par le groupe terroriste jihadiste Etat islamique (EI) qui a coûté la vie à deux policiers à Hadera dans le nord israélien.

Au début de sa tournée dimanche, Antony Blinken s’est entretenu à Jérusalem avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett, avant de rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas en Cisjordanie. Il a ensuite dîné à Sde Boker avec ses homologues d’Israël, d’Egypte, de Bahreïn, des Emirats arabes unis et du Maroc, quatre pays arabes ayant normalisé leurs relations avec l’Etat hébreu.

Tôt lundi, M. Bennett a annoncé avoir été testé positif au Covid-19. « Le Premier ministre se sent bien et il poursuivra son emploi du temps comme prévu depuis son domicile », selon son bureau.

Le département d’Etat a ensuite indiqué que M. Blinken avait été le seul membre de la délégation américaine à avoir été en « contact rapproché » avec M. Bennett et qu’il suivrait les recommandations en portant « un masque et menant les tests appropriés ».

Lundi matin, des réunions bilatérales entre les ministres des affaires étrangères ont lieu à l’hôtel Kedma à Sde Boker.

Le ministre des affaires étrangères Yair Lapid rencontre son homologue marocain Nasser Bourita.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid tient une réunion bilatérale avec son homologue marocain Nasser Bourita à Sde Boker, le 28 mars 2022 (Crédit : Boaz Oppenheim/GPO)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, Abdullah bin Zayed Al Nahyan des Émirats arabes unis, Abdullatif bin Rashid Al-Zayani du Bahreïn et Sameh Shoukry de l’Égypte étaient également présents au sommet et ont tenu des réunions.

Les six ministres des Affaires étrangères et leurs collaborateurs respectifs sont ensuite réunis.

Negev Summit: Day 2

Join us live for joint statements from the Negev Summit. ????????????????????????????????????????????????

Posted by Israel Ministry of Foreign Affairs on Monday, March 28, 2022

Amira Oron, l’ambassadrice israélienne en Égypte, a déclaré lundi que la conférence réunissant les ministres des Affaires étrangères israélien et arabes « montre que la région change de manière spectaculaire ».

L’ambassadrice d’Israël en Égypte, Amira Oron, au Sommet du Néguev, 28 mars 2022. (Crédit : Tal Schneider)

« Nous partageons les mêmes intérêts, nous devons relever les mêmes défis et faire face aux mêmes menaces – l’Iran très certainement, mais nous parlons aussi d’autres choses », a-t-elle noté.

Oron a également estimé que l’opinion publique égyptienne est de plus en plus favorable à l’idée « d’entretenir et de bâtir aujourd’hui sur l’accord de paix que nous avons conclu il y a 43 ans ».

Des entreprises égyptiennes de plus en plus nombreuses examinent le potentiel en Israël, a-t-elle poursuivi.

Pour sa part, le ministère égyptien des Affaires étrangères a diffusé sur Twitter la première photo des ministres rassemblés à la conférence.

Les chefs de la diplomatie israélien et arabes qui participent actuellement au Sommet du Neguev ont convenu que cette conférence deviendra régulière et qu’elle tournera entre les différents pays représentés, a expliqué lundi Oded Yosef, vice- directeur-général pour le Moyen-Orient  du ministère des Affaires étrangères.

Oded a ajouté que les discussions de la matinée avaient directement porté sur les défis sécuritaires que les pays rassemblés à Sde Boker doivent relever.

Parmi ces défis, la menace posée par l’Iran et par ses groupes mandataires, a-t-il continué. « Il y a eu une conversation très ouverte, très honnête, au sujet de ces problèmes réels et de la manière dont nous allons nous y attaquer ensemble ».

« Ce qui a été vraiment remarqué, aujourd’hui, c’est que personne n’ignore les écarts qui existent actuellement mais que d’un autre côté, il y a la conscience très claire que ces écarts ont été significativement minimisés », a-t-il poursuivi.

Le Marocain Nasser Bourita, le Bahreïnien Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, l’Émirati Abdullah bin Zayed Al Nahyan, l’Égyptien Sameh Shoukry, le secrétaire d’État américain Antony Blinken, le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid et le personnel lors d’un sommet des ministres des Affaires étrangères à l’hôtel Kedma à Sde Boker, le 28 mars 2022 (Crédit : ministère des Affaires étrangères/GPO)

« L’architecture en matière de sécurité régionale » qui est actuellement discutée au sommet comprend « la lutte contre les menaces posées par l’Iran et ses groupes mandataires », a-t-il précisé, et elle comprendra « une présence significative des États-Unis. »

« Ce qui inclura la coopération dans tous les domaines que vous pouvez imaginer », a-t-il indiqué, notamment dans les domaines de la diplomatie, de la technologie et au sein des organisations internationales.

L’administration Biden soutiendra les initiatives prises lors de ce sommet, a-t-il signalé. « Il y a eu une déclaration très claire de la part du secrétaire d’État américain, qui a dit que l’engagement américain et la présence des États-Unis en soutien à toutes ces initiatives seraient très importants ».

Yosef a aussi déclaré que les différentes parties avaient parlé longuement d’autres défis tels que la sécurité alimentaire et l’énergie. La question palestinienne a été abordée, selon le diplomate, mais elle n’a pas été au centre des entretiens.

Les ministres des Affaires étrangères présents au sommet ont condamné très clairement les attentats récents et ils ont parlé des messages qui pourraient aider à garantir que le mois du Ramadan qui s’approche sera aussi calme que possible.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, qui a pris la parole à la fin du sommet du Neguev, lundi, a commencé par condamner l’attentat terroriste de Hadera.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’adressent au sommet du Néguev, le 28 mars 2022. (Capture d’écran GPO)

« La nuit dernière, pour la seconde fois en une semaine, des terroristes ont frappé au cœur d’Israël », a dit le ministre.

« Cela a été le meurtre au service du meurtre, le terrorisme au service du terrorisme », a-t-il ajouté.

Lapid a déclaré que les terroristes cherchaient à semer la division et à empêcher la paix. « Ils n’y parviendront pas », a-t-il dit.

Il a promis de « continuer à avancer sur le chemin de la paix », soulignant que tous les invités à la conférence avaient condamné l’attentat.

Le chef de la diplomatie israélienne a également déclaré que les capacités partagées et l’architecture sécuritaire régionale actuellement discutés « intimident et dissuadent nos ennemis communs ».

« Nous écrivons ici l’histoire, bâtissons une nouvelle architecture basée sur le progrès, la technologie, la tolérance religieuse, la sécurité et le renseignement (…) Cela intimide, dissuade nos ennemis communs, en premier lieu l’Iran », a déclaré Lapid.

« Ils ont très certainement des raisons d’avoir peur »,  a-t-il noté.

« Cette rencontre a été la première en son genre mais elle ne sera pas la dernière », a-t-il ajouté. « Nous avons décidé, la nuit dernière, de faire du Sommet du Neguev un forum permanent ».

Dans sa conclusion, Lapid a déclaré que les Palestiniens, eux aussi, étaient invités à remplacer l’usage du terrorisme par le progrès et la réussite.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a condamné lundi l’attentat commis à Hadera au début de sa prise de parole, prononçant par ailleurs avec émotion les noms des deux agents de la police des frontières qui ont été tués dans l’attaque.

Evoquant les Accords d’Abraham, il a ajouté que « ce qui était autrefois impossible est devenu possible ». Comme Lapid, Blinken a fait référence à l’Abraham biblique.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à gauche, marche à côté du ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid suite à une conférence de presse conjointe au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 27 mars 2022. (Crédit : Jacquelyn Martin / POOL / AFP)

Il a aussi parlé des liens économiques croissants, des accords passés en matière d’énergie solaire et des conférences diplomatiques qui ont été organisées, ces dernières semaines, dans la région. Il a aussi parlé des prochaines compétitions sportives des Accords d’Abraham qui auront lieu dans le cadre de l’Expo 2020 à Dubaï.

Il a promis que les États-Unis continueraient à soutenir les accords et qu’ils les aideraient à se développer. Blinken a également a souligné que les accords ne devaient pas occulter la nécessité de progresser sur le front palestinien, et il a promis d’œuvrer en faveur de « mesures égales » de prospérité, de dignité et de sécurité pour les Israéliens et pour les Palestiniens.

La normalisation entre Israël et des pays arabes « n’est pas un substitut » à des « progrès » entre Israéliens et Palestiniens, a déclaré le secrétaire d’Etat en réaffirmant le soutien américain à la solution à deux Etats.

Les « gains » liés aux Accords d’Abraham, nom donné au processus de normalisation entre Israël et des pays arabes, « ne sont pas un substitut à des progrès entre Palestiniens et Israéliens », a-t-il dit à l’issue du sommet inédit dans le sud d’Israël. Les négociations pour trouver une solution au conflit israélo-palestinien sont au point mort depuis plusieurs années.

Blinken a assuré aux personnes présentes que les États-Unis aideront leurs alliés dans la lutte contre leurs ennemis régionaux conjoints, et notamment dans la lutte contre l’Iran.

« C’est une nouvelle ère », a dit Blinken.

Abdullatif bin Rashid Al Zayani, le ministre bahreïni des Affaires étrangères, a également commencé son discours en condamnant l’attentat terroriste de Hadera.

Le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, accueille le ministre Bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid al-Zayani à son arrivée au Sommet du Neguev, à Sde Boker, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)

« Je veux commencer en condamnant l’attaque terroriste qui a été perpétrée hier dans la soirée… et transmettre mes condoléances aux familles des victimes », a-t-il dit.

Al Zayani a ajouté que les événements récents – comme les attaques des rebelles Houthis contre l’Arabie saoudite et au Yémen, ainsi que la nécessité de « résoudre le dossier du nucléaire iranien » – rendaient plus pressants encore l’union des bonnes volontés dans la région.

Le diplomate a ajouté que ce processus devait comprendre des initiatives visant à offrir « un État viable » aux Palestiniens.

Le ministre des Affaires étrangères égyptien Sameh Shoukry a qualifié lundi le sommet du Neguev de « constructif et profond ».

Le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, salue son homologue égyptien, Sameh Shoukri à son arrivée au Sommet du Neguev, à Sde Boker, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)

Il a fait référence au 43e anniversaire de la paix conclue entre l’Égypte et Israël, disant qu’il constatait « un développement constructif » dans la relation entre les deux pays.

Shoukry a évoqué les Palestiniens dans sa déclaration, disant que le sommet avait mis en lumière l’importance du processus de paix avec les Palestiniens et la viabilité de la solution à deux États « avec Jérusalem-Est comme capitale ».

Il a condamné le terrorisme en général sans mentionner explicitement l’attentat de Hadera de la veille et a aussi mis en garde contre les « activités unilatérales » pendant le Ramadan.

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a commencé son discours en condamnant l’attaque terroriste de la nuit dernière à Hadera et a affirmé que ce sommet était la « meilleure réponse à de telles attaques ».

Bourita a confirmé que d’autres visites bilatérales auront lieu à l’avenir.

« [Établir des relations] n’est pas un geste d’opportunité. C’est un geste de conviction », a expliqué Bourita.

« Nous croyons en une paix complète et structurante », a ajouté Bourita.

Bourita a réaffirmé le soutien de Rabat à une solution à deux États au conflit israélo-palestinien. Il a ajouté que la solution doit également respecter les intérêts sécuritaires israéliens.

La décision du Maroc de reconnaître Israël « n’est pas une décision opportuniste », a-t-il souligné, notant que les maires des villes de Yerouham et Dimona, dans le Neguev, sont d’origine marocaine.

« Une solution est possible » pour la paix avec les Palestiniens, dit-il, notant que le Maroc a toujours soutenu une solution à deux États basée sur les frontières de 1967 et protégeant également la sécurité d’Israël.

« J’espère que nous nous reverrons bientôt dans un désert différent, mais avec le même esprit », a-t-il conclu.

Le Ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis a salué le rôle des États-Unis dans le réchauffement des relations entre Israël et les pays arabes et a affirmé que le sommet était une revanche contre l’attaque de Hadera

Le chef de la diplomatie des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed al Nahyan, a salué le rôle des États-Unis dans la réalisation du sommet de Sde Boker.

Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à droite, accueille son homologue émirati Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyan lors du Sommet du Neguev à Sde Boker, dans le sud d’Israël, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)

« C’est nouveau pour Abdellatif, Nasser et moi-même d’être en Israël… même si Israël se trouve dans cette région depuis très longtemps, c’est notre première fois. Nous ne nous connaissions pas », a précisé al Nahyan.

« N’avez-vous pas oublié quelqu’un? »

Avant la rencontre avec ses homologues arabes, M. Blinken a fait son footing aux abords de l’hôtel où sont logés les dignitaires, selon un photographe de l’AFP sur place.

Une poignée de personnes ont manifesté face à l’hôtel avec des pancartes en hébreu, arabe et anglais avec l’inscription « N’avez-vous pas oublié quelqu’un? », en allusion aux Palestiniens.

Des manifestants protestent contre le manque de représentation palestinienne au sommet du Néguev à Sde Boker, le 28 mars 2022 (Crédit : Aaron Boxerman/Times of Israel).

Il s’agissait d’un groupe de mères israéliennes et palestiniennes, qui ont bravé le vent et la pluie vendredi pour tenir une « conférence de paix » au bord de la mer Morte, réunissant pour la première fois deux grands mouvements de femmes pacifistes des deux camps.

Des centaines de militantes de l’initiative palestinienne « Femmes du soleil » et du mouvement israélien « Women Wage Peace » (« Les femmes font la paix », NDLR) ont défilé avec des parapluies blancs et brandi des feuilles d’oliviers sur les rives de la mer Morte, jurant de continuer à soutenir les efforts de paix malgré le blocage des pourparlers israélo-palestiniens.

« En tant que femmes, lorsque nous commençons à parler de nos enfants et de la vie, nous avons l’impression de nous connaître depuis toujours », a confié à l’AFP Layla Sheikh, originaire de Bethléem, en Cisjordanie.

« Nous pouvons comprendre la souffrance de l’autre et la partager », a-t-elle ajouté.

Pascale Chen, de Tel-Aviv, estime aussi que ces femmes, ensemble, peuvent œuvrer à la paix. « J’espère qu’en nous rassemblant, nous empêcherons des morts ». « Nous sommes toutes des mères. Nous sentons que nous avons un rôle à jouer dans la paix ».

Les relations entre Israël et l’Autorité palestinienne dirigée par le président Mahmoud Abbas ont montré des signes de dégel ces derniers mois, après une série de réunions de haut niveau, dont celle du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, qui a accueilli en décembre M. Abbas à son domicile.

Mais les négociations de paix entre Israël et les Palestiniens restent largement au point mort.

Les Palestiniens, du Fatah de Mahmoud Abbas aux terroristes islamistes du Hamas, ont fustigé la normalisation en 2020 des Emirats, de Bahreïn et du Maroc avec Israël, estimant que cela ne devrait intervenir qu’après un règlement du conflit israélo-palestinien.

Si les Palestiniens ne participent pas à la rencontre du Néguev, le roi de Jordanie Abdallah II doit rencontrer lundi M. Abbas à Ramallah, en Cisjordanie.

L’Egypte a été le premier pays arabe à conclure la paix avec Israël en 1979, suivie en 1994 par la Jordanie.

M. Abbas a dénoncé dimanche le « deux poids deux mesures » des Occidentaux, prompts selon lui à invoquer le droit international pour imposer des sanctions à la Russie qui a envahi l’Ukraine, mais pas à Israël pour ses « crimes » dans les « Territoires palestiniens occupés ».

La rencontre à Sde Boker doit tourner notamment autour de la question d’un retour à un accord de 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, en échange de la levée des sanctions internationales.

Les Etats-Unis et l’Iran sont dans les dernières phases de pourparlers indirects visant à relancer le pacte de 2015 qui s’est délité après le retrait unilatéral américain en 2018 et après que Téhéran s’est en représailles progressivement affranchi des limites imposées à son programme nucléaire.

Les Etats-Unis sont « déterminés » à empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire, a assuré dimanche Antony Blinken.

Israël, considéré par les experts comme la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient, accuse l’Iran de chercher à se doter de l’arme nucléaire, ce que ce pays dément.

Attaque jihadiste 

La visite de M. Blinken en Israël a été assombrie par une attaque dimanche soir à Hadera qui a coûté la vie à deux policiers israéliens, Yazen Falah et Shirel Abukarat, âgés de 19 ans, et fait plusieurs blessés.

Les suspects d’une attaque terroriste à Hadera, le 27 mars 2022 (capture d’écran de Channel 12 ; conformément à la clause 27 de la loi sur les droits d’auteur)

La police a tué les deux terroristes, des Arabes israéliens et arrêté 5 suspects. L’attaque a été saluée par les groupe terroristes palestiniens du Hamas et Jihad islamique et par le groupe terroriste libanais pro-iranien Hezbollah.

La semaine dernière, une attaque au couteau et à la voiture-bélier a tué quatre Israéliens dans le Néguev. Selon Israël, le terroriste avait été condamné en 2016 à quatre ans de prison pour avoir planifié de se rendre en Syrie pour combattre au sein de l’EI.

« Une deuxième attaque par des partisans de l’EI en Israël oblige les forces de sécurité à s’adapter rapidement à la nouvelle menace. J’invite les citoyens à continuer d’être vigilants. Ensemble, nous pourrons également vaincre cet ennemi », a dit M. Bennett.

Aaron Boxerman, Lazar Berman et Itamar Sharon et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...