Israël en guerre - Jour 264

Rechercher

Sur fond d’alerte terroriste, l’armée durcit les restrictions à Jéricho en Cisjordanie

Toujours sur la piste de cellules et d’hommes armés palestiniens qui ont mené des attentats, l’armée s’apprête en outre à démolir la maison de plusieurs terroristes

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Dossier : Des soldats israéliens fouillant une voiture à un poste de contrôle à l'entrée de la ville de Jéricho, en Cisjordanie, le 28 février 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Dossier : Des soldats israéliens fouillant une voiture à un poste de contrôle à l'entrée de la ville de Jéricho, en Cisjordanie, le 28 février 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

L’armée israélienne a imposé de lourdes restrictions aux déplacements, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la ville cisjordanienne de Jéricho, ces neuf derniers jours, dans la crainte d’attentats terroristes et alors même qu’elle traque des Palestiniens armés.

Les Palestiniens ont qualifié ces restrictions de « siège étouffant », car les points de contrôle temporaires aux entrées principales de la ville ont occasionné une circulation exceptionnellement dense.

Ces restrictions renforcées sont la conséquence du relèvement du niveau d’alerte des services de renseignement à propos de possibles attentats terroristes palestiniens dans le secteur de Jéricho.

L’armée israélienne a déclaré dimanche au Times of Israel qu’à la suite d’un récent point de sécurité, elle avait décidé d’intensifier les contrôles autour de la ville.

« L’armée israélienne fait le nécessaire pour protéger l’État d’Israël tout en ayant à cœur de minimiser l’impact sur la vie quotidienne [des Palestiniens] en optimisant autant que possible ses méthodes d’inspection », a ajouté l’armée dans un communiqué.

Une source militaire a ajouté que les contrôles de sécurité avaient été mis en place pour éviter les attentats terroristes, et non imposer un blocus sur la ville.

Ces derniers mois, plusieurs Palestiniens originaires de Jéricho et des environs ont mené des attentats contre des civils et forces de l’ordre israéliens.

Des soldats israéliens tiennent un checkpoint à l’entrée de Jéricho, en Cisjordanie, le 28 février 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

La ville et le camp de réfugiés d’Aqabat Jabr, tout proche, font partie de la zone A de la Cisjordanie, officiellement sous contrôle total de l’Autorité palestinienne, même si l’armée israélienne y mène des opérations.

La ville est une destination touristique populaire pour les Palestiniens, Israéliens et étrangers venus du monde entier.

Les Palestiniens désireux d’entrer ou sortir de la ville, ainsi que les Palestiniens de Cisjordanie qui veulent se rendre à l’étranger via le passage frontalier du pont King Hussein, à proximité, doivent souvent attendre des heures aux points de contrôle.

https://twitter.com/Nedaa_Alaqssa/status/1652503262271094784?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1652503262271094784%7Ctwgr%5Eaf135bb53d64f203fff74e03db4b51be5908499b%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.timesofisrael.com%2Fmilitary-tightens-restrictions-on-west-banks-jericho-as-terror-warnings-rise%2F

L’agence de presse officielle palestinienne Wafa a déclaré que l’armée israélienne inspectait minutieusement les cartes d’identité et effets personnels des conducteurs à l’entrée comme à la sortie de la ville.

La semaine passée, plusieurs civils israéliens qui s’étaient rendus à Jéricho pour célébrer la fête musulmane de l’Aïd al-Fitr se sont retrouvés coincés dans cette ville pendant plus d’une journée.

L’un d’eux a déclaré au quotidien Haaretz être resté bloqué dans la circulation pendant 15 heures, avant de faire demi-tour à pied et réussir à quitter la ville un jour plus tard.

Des affrontements meurtriers ont eu lieu à Aqabat Jabr, ces derniers mois. Un Palestinien âgé de 20 ans a ainsi été abattu, le 24 avril dernier, poursuivi par des soldats israéliens, tout comme un Palestinien de 15 ans qui aurait lancé des cocktails Molotov sur les soldats.

Les forces de l’ordre israéliennes passent devant des poubelles incendiées lors d’un raid militaire dans la ville de Jéricho, en Cisjordanie, le 1er mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

En février, cinq hommes armés affiliés au groupe terroriste Hamas avaient été tués lors d’un raid à Aqabat Jabr. Deux d’entre eux auraient été à l’origine d’une tentative d’attentat dans un restaurant situé à proximité d’Almog Junction.

L’armée israélienne devrait intensifier ses opérations en Cisjordanie dans les semaines à venir, sur la piste de terroristes palestiniens auteurs de récents attentats.

Ainsi, la cellule terroriste responsable de la mort de Lucy Dee et de ses deux filles, Maia et Rina, dans la vallée du Jourdain, le 7 avril dernier, n’a pas encore été capturée. On pense que ses membres se cachent dans le nord de la Cisjordanie.

Les soldats sont également à la recherche du tireur palestinien qui a ouvert le feu sur des joggeurs israéliens, la semaine passée, près de la ville cisjordanienne de Silwad, et blessé modérément un des hommes, de l’homme armé qui a blessé un soldat à Beit Ummar le 5 avril, de ceux qui ont blessé deux soldats à Huwara le 25 mars et enfin de la cellule terroriste responsable des fusillades à Meirav et Maale Gilboa, dans le nord d’Israël, les 18 et 3 avril derniers.

Le Palestinien qui a attaqué un bus de soldats, dans la vallée du Jourdain l’an dernier, avec son fils et son neveu, qui ont eux été arrêtés, est toujours en liberté.

Des soldats israéliens interviennent dans le camp de réfugiés d’Aqabat Jabr en Cisjordanie, le 10 avril 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Par ailleurs, Tsahal est supposé démolir sous peu la maison de Palestiniens accusés d’attentats meurtriers, comme celle d’Abdel Kamel Jouri et Osama Taweel, membres du groupe terroriste La Fosse aux Lions, de Naplouse, qui ont tué le sergent d’état-major Ido Baruch près de l’implantation de Shavei Shomron, le 11 octobre 2022, celle de Younis Hilan, qui a poignardé Shalom Sofer, 63 ans, à sa sortie d’un magasin à al-Funduq, village palestinien près de Kedumim, le 25 octobre, celle de Muhammed Souf, 18 ans, qui a assassiné trois Israéliens près de l’implantation d’Ariel en Cisjordanie le 15 novembre et enfin celle d’Eslam Froukh, 26 ans, qui a fait exploser deux bombes à deux arrêts de bus à proximité de deux entrées de Jérusalem le 23 novembre, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine.

L’armée se prépare également à démolir la maison du terroriste qui aurait tué Elan Ganeles, citoyen américano-israélien, le 27 février près de Jéricho.

Les forces de l’ordre israéliennes sur les lieux d’une fusillade dans la vallée du Jourdain, près de la ville cisjordanienne de Jéricho, le 27 février 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Israël s’est fait un principe de démolir la maison des Palestiniens accusés d’attentats terroristes meurtriers.

L’efficacité de cette pratique fait débat, même au sein des services de sécurité israéliens, et les organisations protectrices des droits de l’homme estiment qu’il s’agit d’une punition collective parfaitement injuste.

Les tensions entre Israël et les Palestiniens ont été particulièrement élevées ces douze derniers mois : l’armée israélienne a mené des opérations quasi quotidiennes en Cisjordanie, la nuit, suite à plusieurs attentats terroristes palestiniens meurtriers.

Les attentats palestiniens en Israël et en Cisjordanie ont fait 19 morts depuis le début de l’année et plusieurs blessés graves.

On estime à 95 le nombre de Palestiniens tués depuis le début de cette année, la plupart lors d’attentats ou d’affrontements avec les forces de l’ordre, mais des civils non impliqués ont également trouvé la mort dans des circonstances qui font toujours l’objet d’une enquête.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.