Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Syrie : 11 morts dans des raids contre des cibles pro-iraniennes – OSDH

Téhéran utiliserait le point de passage d'al-Qaim pour expédier des armes au Hezbollah libanais ; 6 des 25 camions auraient été touchés ; aucun blessé n'a été signalé

Des flammes au passage d'al-Qaim à la frontière entre la Syrie et l'Irak, dans une séquence non vérifiée mise en ligne, le 29 janvier 2023. (Capture d'écran : Twitter)
Des flammes au passage d'al-Qaim à la frontière entre la Syrie et l'Irak, dans une séquence non vérifiée mise en ligne, le 29 janvier 2023. (Capture d'écran : Twitter)

Onze personnes, dont un chef local, ont été tuées dans l’est de la Syrie lors d’une série de frappes aériennes contre des milices pro-iraniennes, dont deux ont visé un convoi transportant des armes, a indiqué lundi une ONG.

Les raids se sont produits dans la région de Boukamal dans la province de Deir Ezzor, frontalière de l’Irak, où les milices pro-iraniennes qui combattent au côté du régime syrien sont fortement implantées.

Une frappe a visé lundi après-midi « un camion-citerne bourré d’armes et de munitions », faisant un mort, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Il s’agit de la troisième frappe depuis dimanche soir, lorsque des drones ont visé six camions frigorifiques qui venaient d’entrer en territoire syrien après avoir franchi la frontière avec l’Irak, faisant sept morts selon l’OSDH.

« Les camions étaient chargés d’armes iraniennes et ont été détruits », a précisé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de cette ONG qui dispose d’un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

Lundi matin, des drones ont visé la voiture tout-terrain du chef d’un groupe pro-iranien venu inspecter le site où le convoi avait été visé, d’après l’ONG. 

L’homme et ses deux gardes du corps ont été tués, a-t-elle précisé. Les dix victimes ne sont pas syriennes, d’après l’ONG.

L’OSDH n’a pas précisé qui a mené ces frappes. Par le passé, Israël et la coalition internationale anti-jihadistes ont visé les milices pro-iraniennes dans cette région.

Omar Abou Leila, un militant qui dirige le site d’information local Deir Ezzor 24, a assuré à l’AFP que les frappes de dimanche avaient visé, outre le convoi, « les quartiers généraux de milices pro-iraniennes » dans la région.

Les groupes armés pro-iraniens – libanais, irakiens et autres – jouissent d’une importante influence militaire dans la zone frontalière entre la Syrie et l’Irak, et sont déployés sur la rive ouest de l’Euphrate dans la province de Deir Ezzor.

Cette zone est un important point de passage pour les combattants, les marchandises et les armes entre l’Irak et la Syrie.

Cette photo publiée le 3 septembre 2017, par l’agence de presse officielle syrienne SANA, montre des troupes et des mercenaires pro-gouvernementaux à côté d’un panneau disant « Deir Ezzor vous souhaite la bienvenue », dans cette ville de l’est de la Syrie. (Crédit : SANA via AP)

Camions irakiens

Un responsable syrien du poste-frontière de Boukamal a  démenti que les camions visés étaient chargés d’armes. Selon lui, un convoi de 25 camions frigorifiques « chargés de vivres, une aide de l’Iran au peuple syrien », a été visé à trois reprises depuis qu’il a franchi la frontière dimanche soir.

Pour sa part, un responsable irakien des frontières qui a requis l’anonymat a indiqué à l’AFP que les camions touchés par les frappes dimanche soir étaient des véhicules irakiens, entrés en Syrie « via des postes-frontières informels » avec l’Irak.

Le pouvoir syrien n’a pas réagi à ce raid.

Selon l’OSDH, au moins deux convois similaires sont entrés la semaine dernière en Syrie en provenance d’Irak, pays où l’Iran exerce une forte influence.

En novembre, un raid avait visé un convoi d’armes et des camions citernes chargés de carburant de milices pro-iraniennes en Syrie dans la même région frontalière, faisant au moins 14 morts selon l’OSDH.

En décembre, le chef d’état-major israélien de l’époque Aviv Kohavi a révélé que son pays était à l’origine du raid, ajoutant que le convoi transportait des armes à destination du Liban où le mouvement armé terroriste du Hezbollah, pro-iranien, a une influence prépondérante.

Israël revendique rarement les raids qu’il mène en Syrie, notamment ceux visant les milices pro-iraniennes, mais dit vouloir empêcher à sa frontière l’implantation militaire de l’Iran, sa bête noire.

À plusieurs reprises, la coalition internationale dirigée par les États-Unis, dont des troupes sont déployées en Syrie et en Irak, a reconnu avoir mené des frappes dans cette région contre des combattants pro-iraniens.

Depuis 2011, le conflit en Syrie, où sont impliqués plusieurs puissances et groupes armés, a fait environ un demi-million de morts.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.