Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

Tirs sur Israël : L’armée libanaise démantèle des rampes de lancement de roquettes

L’armée a indiqué avoir "découvert et démantelé des rampes de lancement de roquettes" qui contenaient plusieurs projectiles prêts à être lancés

La sécurité israélienne, devant une roquette tirée du Liban dans la ville de Shlomi, dans le nord d'Israël, le 6 avril 2023. (Crédit : Fadi Amun/Flash90)
La sécurité israélienne, devant une roquette tirée du Liban dans la ville de Shlomi, dans le nord d'Israël, le 6 avril 2023. (Crédit : Fadi Amun/Flash90)

L’armée libanaise a annoncé jeudi avoir découvert et démantelé des rampes de lancement de roquettes dans le sud du Liban, après les tirs depuis cette région de plusieurs projectiles sur Israël.

Selon l’armée israélienne, 34 roquettes au total ont été tirées depuis le Liban, dont cinq sont tombées en Israël, blessant une personne, et 25 ont été interceptées par la défense anti-aérienne. 

Dans un communiqué, l’armée libanaise a indiqué que « plusieurs roquettes ont été tirées depuis les environs des localités de Qlailé, Zebqine et Maaliyé » dans le sud du pays vers Israël.

Elle a ajouté avoir « découvert et démantelé des rampes de lancement de roquettes » qui contenaient plusieurs projectiles prêts à être lancés, près des deux premières localités.

« L’armée patrouille dans le secteur, en coordination étroite avec la Force intérimaire des Nations unies (Finul) », a-t-elle ajouté.

La Finul, déployée dans le sud du Liban pour faire tampon entre ce pays et Israël, a estimé que la situation était « extrêmement sérieuse », appelant dans un communiqué « à la retenue et à éviter une escalade supplémentaire ».

Un convoi de la Force de maintien de la paix des Nations Unies au Liban (FINUL) patrouillant dans la zone sud de Khiam, près de la frontière avec Israël, le 6 août 2021. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a assuré que le Liban voulait préserver « le calme et la stabilité » dans le sud, et appelé la communauté internationale à « faire pression sur Israël pour arrêter l’escalade ».

Selon l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), l’artillerie israélienne a tiré « plusieurs obus depuis ses positions à la frontière » sur les abords de deux villages du sud du Liban, après le lancement de « plusieurs roquettes de type Katioucha » sur Israël.

Un habitant de Qlailé a déclaré à l’AFP avoir « entendu plus d’une quinzaine de roquettes être tirées depuis les abords du village », avant que l’armée israélienne ne réplique en bombardant le secteur.

Un officier de police israélien courant pour enlever les débris d’une roquette tirée du Liban à Shlomi, dans le nord d’Israël, le 6 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

« Faire flamber la région »

Il s’agit des plus importants tirs de roquettes du sud du Liban vers Israël depuis la guerre qui a opposé en 2006 le Hezbollah pro-iranien à Israël.

Les tirs de roquettes, qui n’ont pas été revendiqués dans un premier temps, sont intervenus après des violences dans la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, où la police israélienne a dû intervenir pour maîtriser de violents émeutiers musulmans dans l’enceinte du bâtiment.

Le Hezbollah, puissant mouvement terroriste pro-iranien au Liban fortement implanté dans le sud de ce pays, a annoncé dans la matinée soutenir « toutes les mesures » que prendraient les organisations palestiniennes contre Israël, après les violences à Al-Aqsa.

Dans une déclaration rapportée jeudi après-midi par la chaîne du Hezbollah, Al-Manar, un des principaux dirigeants de cette formation, Hachem Safieddine, a mis en garde Israël.

Le chef du conseil exécutif du Hezbollah, Hachem Safieddine. (Crédit : Wikipedia CC BY)

« Si les sionistes pensent qu’ils peuvent souiller la mosquée Al-Aqsa, ils doivent comprendre (..) que cela pourra faire flamber la région tout entière », a-t-il affirmé.

« Des centaines de millions de musulmans sont toujours prêts à donner leur sang pour Al-Aqsa », troisième lieu saint de l’islam, a-t-il ajouté.

Le dernier incident entre le Liban et Israël remonte au 25 avril 2022, lorsqu’une roquette a été tirée depuis le sud du Liban vers le nord de l’État hébreu, entraînant des tirs de représailles israéliens.

Le Hezbollah, bête noire d’Israël, entretient de bonnes relations avec les mouvements terroristes palestiniens du Hamas, au pouvoir à Gaza, et du Jihad islamique palestinien.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.