Rechercher

Trois pères, trois enterrements : Les victimes de l’attentat d’Ariel inhumées

Les funérailles de Motti Ashkenazi ont eu lieu à Yavne, celles de Michael Ladygin à Holon, un jour après l’enterrement de Tamir Avihai à Kiryat Netafim

Une personne en deuil se tient près de la tombe fraîche de Motti Ashkenazi au cimetière de Yavne, le 16 novembre 2022. (Crédit : Flash90)
Une personne en deuil se tient près de la tombe fraîche de Motti Ashkenazi au cimetière de Yavne, le 16 novembre 2022. (Crédit : Flash90)

Deux des trois hommes tués mardi lors d’une attaque terroriste dans l’implantation d’Ariel en Cisjordanie, ont été enterrés mercredi lors de funérailles distinctes.

Motti Ashkenazi, 59 ans, a été enterré à Yavne et Michael Ladygin, 36 ans, à Holon. La troisième victime, Tamir Avihai, a été inhumée mardi soir, quelques heures après l’attaque au couteau et à la voiture-bélier qui a coûté la vie aux trois hommes.

La famille Ashkenazi a souhaité que la presse n’assiste pas aux funérailles.

Ashkenazi travaillait comme fournisseur pour le distributeur de gaz Amisragas en Cisjordanie. Il laisse derrière lui sa femme, trois enfants et deux petits-enfants.

« Motti était une personne aimante, pleine de joie, un mari exemplaire et un père de famille à l’âme immense qui aidait toujours tout le monde », a déclaré sa famille dans des propos fournis par la municipalité de Yavne.

Plus de 100 personnes ont assisté aux funérailles de Ladygin, dont le ministre de l’Agriculture Oded Forer.

Ladygin, père de deux enfants, vivait à Bat Yam et travaillait comme chauffeur de camion. Il avait quitté la Russie pour s’installer en Israël il y a cinq ans.

Des personnes en deuil assistent aux funérailles de Michael Ladygin à Bat Yam, le 16 novembre 2022. (Crédit: Oded Balilty/AP)

« Mon mari aimait Israël, il voulait vivre ici », a déclaré sa femme, Evgeniya, lors de ses funérailles, évoquant un homme toujours soucieux de venir en aide aux autres. « Je ne souhaite à aucune autre famille d’entrer dans cette spirale du deuil ».

Elle a fait l’éloge de ce mari qui n’hésitait pas à se précipiter pour offrir son aide s’il était témoin d’un accident de voiture dans lequel des personnes étaient blessées.

« C’est un petit exemple du genre d’homme qu’était mon époux », a raconté Evgeniya.

« Malheureusement, l’État d’Israël sait ce qu’est le deuil », a déclaré Forer lors des funérailles de Ladygin. « Mais nous nous relevons toujours. Michael a été assassiné par un terroriste dont le seul but était de semer la terreur. »

« Il n’y a pas de mots pour décrire la rage terrible que suscite cette attaque et il n’y a pas de mots pour réconforter la famille », a-t-il ajouté.

Avihai, un résident de l’implantation de Kiryat Netafim et père de six enfants, a été tué lorsque le terroriste l’a percuté avec sa voiture.

Lors des funérailles d’Avihai, qui ont eu lieu mardi soir dans l’implantation de Barkan en Cisjordanie, son fils Adir, 11 ans, a prononcé la prière traditionnelle du Kaddish. Des centaines de personnes ont participé à la cérémonie.

Sa fille Shahar a décrit son père comme « son meilleur ami » et « son modèle ».

Victimes de l’attaque terroriste près de l’implantation d’Ariel, dans le nord de la Cisjordanie, le 15 novembre 2022, Tamir Avihai (G) Michael Ladygin (C) et Motti Ashkenazi (D). (Crédit : Autorisation)

« Je ne sais pas comment je vais faire sans toi », a-t-elle dit. « Je dois te parler, papa. Je t’en supplie. Je t’aime. Tu es le meilleur père du monde. Promets-moi que tu veilleras sur nous d’en haut. »

Une autre de ses filles, Livnat, a dit : « Je suis sûre que tu es dans un bon endroit maintenant. Je t’aime, papa. Veille sur nous d’en haut. Je suis fière de toi. »

Shirel, leur frère, a remercié leur père « pour la lumière et la joie qui étaient toujours en toi. Merci d’avoir toujours été là pour moi. Papa, je suis désolé de ne pas t’avoir dit à quel point je t’aime et t’apprécie. Je conserverai la joie que tu mettais dans ta vie pour la répandre autour de moi ».

Une autre de ses filles, Dikla, a rendu hommage à son père et a déclaré que « à chaque appel téléphonique, tu disais que tu m’aimais. Moi aussi. Tes câlins me manquent, les câlins d’un père. Je veux juste entendre ta voix. Tu n’es pas mort, tu as été assassiné de sang-froid. Prends soin de moi de là-haut, tu me manques. »

Selon l’armée israélienne, le terroriste palestinien a poignardé un gardien de sécurité à l’entrée de la zone industrielle d’Ariel. Il a ensuite poignardé trois personnes dans une station-service proche de là avant de prendre la fuite dans un véhicule volé.

Des agents de sécurité et des secouristes israéliens sur les lieux d’une attaque terroriste, à l’entrée de la zone industrielle d’Ariel, en Cisjordanie, le 15 novembre 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Quelques instants plus tard, le terroriste a projeté son véhicule contre d’autres voitures qui circulaient sur la Route 5, avant de sortir de l’habitacle pour poignarder une autre victime, selon les secouristes. Il a ensuite volé un autre véhicule et l’a conduit à contresens, percutant d’autres voitures, avant de sortir et d’être abattu par des soldats et des civils armés.

Le terroriste, selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP), s’appelait Muhammed Souf, il était âgé de 18 ans et il était originaire de la ville voisine de Hares. Souf n’avait pas d’antécédents en matière de sécurité, a déclaré une source de la Défense au Times of Israel.

Tsahal craint que cette attaque n’inspire d’autres attentats, mais l’armée a décidé pour le moment de ne pas envoyer de troupes supplémentaires en Cisjordanie, selon la Treizième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...