Trump a sondé ses conseillers sur une frappe contre un site nucléaire iranien
Rechercher
New York Times" data-image_url="https://static.timesofisrael.com/fr/uploads/2019/09/AP_070409010207.jpg" data-image_width="2000" data-image_height="1333">

Trump a sondé ses conseillers sur une frappe contre un site nucléaire iranien

Le président américain sortant a demandé à plusieurs collaborateurs "s'il avait des options pour agir contre "dans les prochaines semaines", selon le New York Times

Installation d'enrichissement nucléaire de l'Iran à Natanz, à 300 kilomètres au sud de la capitale Téhéran, Iran, le 9 avril 2007. (Hasan Sarbakhshian/ AP/File)
Installation d'enrichissement nucléaire de l'Iran à Natanz, à 300 kilomètres au sud de la capitale Téhéran, Iran, le 9 avril 2007. (Hasan Sarbakhshian/ AP/File)

A deux mois de la fin de son mandat, Donald Trump a sondé de hauts responsables américains sur la possibilité d' »agir » contre un site nucléaire iranien, affirme lundi le New York Times.

C’est lors d’une réunion jeudi dans le Bureau ovale, selon le quotidien, que le président américain sortant a demandé à plusieurs collaborateurs, dont le vice-président Mike Pence, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo et le chef d’état-major Mark Milley « s’il avait des options pour agir contre » ce site « dans les prochaines semaines ».

Ces hauts responsables « ont dissuadé le président d’aller de l’avant avec une frappe militaire », au vu du risque que cela dégénère rapidement en un conflit plus vaste, dit le quotidien.

M. Trump a posé la question après qu’un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a indiqué que Téhéran continuait d’accumuler de l’uranium, d’après le New York Times.

Sur cette photo fournie par la Maison Blanche, le président américain Donald Trump est entouré de Robert O’Brien, conseiller à la sécurité nationale, du vice-président Mike Pence, du secrétaire à la Défense Mark Esper, du président des chefs d’état-major interarmées Mark Milley et du général Marcus Evans, directeur adjoint pour les opérations spéciales à la Maison blanche, le 26 octobre 2019 à Washington, dans la Salle de Crise. (Shealah Craighead/La Maison Blanche via AP)

Selon le journal, c’est le site de Natanz qui aurait le plus probablement pu être visé.

L’Iran est la bête noire de Donald Trump, qui a claqué la porte en 2018 de l’accord international signé trois ans plus tôt avec l’Iran pour l’empêcher de se doter de l’arme nucléaire, en le jugeant insuffisant. Il a aussi rétabli puis durci les sanctions contre Téhéran.

Les Européens tentent de sauver cet accord, au moins jusqu’à l’entrée en fonctions de Joe Biden, gagnant de la présidentielle américaine du 3 novembre dont Donald Trump n’a toujours pas reconnu la victoire et qui devrait renouer avec la diplomatie.

Or l’administration Trump a promis de renforcer encore les mesures punitives – une stratégie vue par certains observateurs comme la volonté de bâtir un tel « mur de sanctions » qu’il serait difficile à Joe Biden de revenir en arrière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...