Trump : les États-Unis n’ont « pas meilleur ami qu’Israël »
Rechercher

Trump : les États-Unis n’ont « pas meilleur ami qu’Israël »

Netanyahu remercie le président américain d'avoir tweeté des vœux à tous les Israéliens, disant qu'il "attend avec impatience" l'ouverture de la nouvelle ambassade à Jérusalem

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à droite, à l'aéroport international Ben Gurion avant le départ de Trump, le 23 mai 2017. (Crédit : Koby Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à droite, à l'aéroport international Ben Gurion avant le départ de Trump, le 23 mai 2017. (Crédit : Koby Gideon/GPO)

WASHINGTON – Les États-Unis n’ont « pas de meilleurs amis ailleurs qu’en Israël », a déclaré mercredi le président américain Donald Trump, tout en félicitant le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les Israéliens à l’occasion du 70e anniversaire du pays.

« Meilleurs vœux au Premier ministre @Netanyahu et à tout le peuple d’Israël à l’occasion du 70e anniversaire de votre grande indépendance », a tweeté Trump. « Nous n’avons pas de meilleurs amis nulle part ailleurs. J’ai hâte de déménager notre ambassade à Jérusalem le mois prochain ! »

Netanyahu, qui a retweetté le message de Trump peu après sa publication, a répondu avec la même intensité quelques heures plus tard.

« Merci, Président Trump ! Nous aussi, nous n’avons pas de meilleur ami que l’Amérique. Nous attendons avec impatience votre déménagement de l’ambassade à Jérusalem, la capitale éternelle d’Israël », a-t-il tweeté.

Mercredi soir, Israël a commencé à célébrer le 70e anniversaire de sa fondation le 14 mai 1948. Israël marque le Yom HaAtsmaout [Jour de l’Indépendance] selon le calendrier hébraïque, le 5 du mois de Iyar – qui tombe cette année le jeudi 19 avril – et les festivités ont commencé le mercredi soir.

Trump a promis de déplacer l’ambassade des États-Unis dans la ville sainte en décembre dernier, lorsqu’il a officiellement reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël. En janvier, il a annoncé que le processus serait accéléré et qu’une nouvelle infrastructure ouvrirait ses portes en mai, pour coïncider avec l’anniversaire d’Israël.

Une cérémonie d’inauguration est prévue pour la mi-mai. Trump ne s’est pas encore engagé à assister à l’inauguration. Le Times of Israel a appris que son conseiller principal et gendre Jared Kushner, et l’épouse de Kushner, Ivanka Trump, conseillère de la Maison Blanche, envisagent de se rendre en Israël pour y assister.

Les Palestiniens ont pris cette décision comme une provocation et ont déclaré qu’elle annule la possibilité que l’administration Trump serve d’intermédiaire honnête dans les pourparlers de paix. Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et d’autres responsables de l’AP ont refusé de rencontrer qui que ce soit au sein de l’équipe de Trump depuis cette annonce.

Lundi, l’envoyé américain de l’OLP a déclaré que la décision de « retirer Jérusalem de la table [des négociations] », reprenant une phrase récurrente dans la bouche du président, revenait plutôt à « enlever la table toute entière ».

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...