Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Tsahal affirme avoir tué un responsable du Hamas en Syrie responsable des tirs de roquettes sur le nord d’Israël

Tsahal a mené 30 frappes sur des cibles du Hamas dans le cadre de violents combats dans le sud de Gaza ; Blinken se rend en Israël pour la prochaine étape de sa tournée au Moyen-Orient ; Des dizaines de manifestants devant la Knesset appellent à de nouvelles élections ; 176 soldats tués au cours de l’incursion terrestre à Gaza

  • Une frappe aérienne israélienne illuminant la ligne d'horizon de Khan Yunès, depuis Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 7 janvier 2024 (Crédit : AFP)
    Une frappe aérienne israélienne illuminant la ligne d'horizon de Khan Yunès, depuis Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 7 janvier 2024 (Crédit : AFP)
  • Les troupes de l’armée israélienne opérant à Gaza sur une image publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes de l’armée israélienne opérant à Gaza sur une image publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, lors de sa visite dans la capitale jordanienne dans le cadre d'une tournée au Moyen-Orient visant à s'assurer que la guerre entre Israël et le Hamas ne s'étende pas, s'exprimant dans un entrepôt régional du Programme alimentaire mondial (PAM) à Amman le 7 janvier 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/POOL/AFP)
    Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, lors de sa visite dans la capitale jordanienne dans le cadre d'une tournée au Moyen-Orient visant à s'assurer que la guerre entre Israël et le Hamas ne s'étende pas, s'exprimant dans un entrepôt régional du Programme alimentaire mondial (PAM) à Amman le 7 janvier 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/POOL/AFP)
  • De la fumée s’élevant au-dessus des bâtiments à la périphérie du village frontalier de Khiam, au sud du Liban, suite à des frappes israéliennes, le 7 janvier 2024. (Crédit : Rabih Daher/AFP)
    De la fumée s’élevant au-dessus des bâtiments à la périphérie du village frontalier de Khiam, au sud du Liban, suite à des frappes israéliennes, le 7 janvier 2024. (Crédit : Rabih Daher/AFP)

202 camions humanitaires sont entrés à Gaza lundi – Autorités israéliennes

Des camions avec de l'aide humanitaire attendant d'entrer du côté palestinien de Rafah sur la frontière égyptienne avec la bande de Gaza, le 11 décembre 2023. (Crédit : Giuseppe Cacace/AFP)
Des camions avec de l'aide humanitaire attendant d'entrer du côté palestinien de Rafah sur la frontière égyptienne avec la bande de Gaza, le 11 décembre 2023. (Crédit : Giuseppe Cacace/AFP)

La liaison militaire du COGAT avec les Palestiniens a indiqué que 202 camions transportant de l’aide humanitaire étaient entrés à Gaza aujourd’hui après inspection par Israël.

75 % des camions transportaient de la nourriture, le reste transportait de l’eau, des fournitures médicales et du matériel d’abri, selon le COGAT.

« Il n’y a aucune limite au montant de l’aide humanitaire qui peut entrer dans la bande de Gaza », a ajouté le COGAT.

L’ONU affirme que les limites imposées par Israël sur le carburant et le ciblage des zones où se trouvent les entrepôts de stockage ont gravement entravé ses efforts d’acheminement de l’aide.

Israël affirme qu’il inspecte des centaines de camions par jour et que l’ONU est tout simplement incapable de suivre le rythme.

14 roquettes de Gaza ont déclenché les sirènes à Sderot, pas de blessés ni de dégâts

Une photo prise depuis la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, montre des roquettes tirées depuis le nord de Gaza en direction d'Israël, le 30 octobre 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Une photo prise depuis la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, montre des roquettes tirées depuis le nord de Gaza en direction d'Israël, le 30 octobre 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Les sirènes de la ville de Sderot, dans le sud d’Israël, ont retenti à la suite du tir de 14 roquettes lancées depuis Gaza, selon la municipalité.

Plusieurs des roquettes ont été interceptées par le système de défense antimissile du Dôme de Fer, tandis que d’autres sont tombées dans des champs.

Personne n’a été blessé et aucun bien n’a été endommagé, selon la municipalité de Sderot.

Le chanteur et acteur Idan Amedi grièvement blessé à Gaza

Le chanteur et acteur Idan Amedi, à droite avec le chef d'état-major de l’armée israélienne Herzi Halevi. (Crédit : Armée israélienne)
Le chanteur et acteur Idan Amedi, à droite avec le chef d'état-major de l’armée israélienne Herzi Halevi. (Crédit : Armée israélienne)

Le chanteur et acteur vedette Idan Amedi a été grièvement blessé lors des combats à Gaza et a été transporté par avion au centre médical Sheba à Tel Hashomer, où il est actuellement sous sédatif et est soigné.

Sa cousine Ayelet a publié les dernières informations à son sujet sur Instagram et demande au public israélien de prier pour le rétablissement d’Idan ben Tova (le nom hébreu d’Amedi).

Le père d’Amedi a confirmé les blessures au site d’information Walla, mais a affirmé que ses jours n’étaient pas en danger.

La star de Fauda effectuait son service de réserve dans le Corps du génie de combat lorsqu’il a été blessé.

Tsahal affirme avoir mené une frappe contre une unité du Hezbollah au sud du Liban

Une frappe aérienne de Tsahal au Liban, le 8 janvier 2024. (Capture d’écran/X)
Une frappe aérienne de Tsahal au Liban, le 8 janvier 2024. (Capture d’écran/X)

L’armée israélienne affirme avoir mené une frappe contre un groupe de membres du Hezbollah dans le sud du Liban, qui se préparait à lancer des missiles guidés antichar vers le nord d’Israël.

Elle a indiqué que les troupes avaient également frappé des infrastructures appartenant au groupe terroriste et bombardé des zones dans le sud du Liban, vraisemblablement pour déjouer les attaques planifiées par le Hezbollah.

Plusieurs projectiles ont été tirés depuis le Liban sur le nord d’Israël au cours des dernières heures, et Tsahal affirme avoir bombardé les sources de tirs à l’artillerie.

Biden dit travailler avec Israël pour réduire « considérablement » la présence de Tsahal à Gaza

Le président américain Joe Biden à l'église Mother Emanuel AME à Charleston, en Caroline du Sud, le 8 janvier 2024, où neuf fidèles ont été tués dans une fusillade de masse perpétrée par un suprémaciste blanc en 2015. (Crédit : AP Photo/Mic Smith)
Le président américain Joe Biden à l'église Mother Emanuel AME à Charleston, en Caroline du Sud, le 8 janvier 2024, où neuf fidèles ont été tués dans une fusillade de masse perpétrée par un suprémaciste blanc en 2015. (Crédit : AP Photo/Mic Smith)

Le président américain Joe Biden a été à nouveau confronté lundi à des manifestants d’extrême gauche appelant à un cessez-le-feu à Gaza, cette fois lors d’un discours dans une église de Caroline du Sud où un suprémaciste blanc a tué neuf fidèles noirs en 2015.

Imperturbable par cette interruption, Biden a répondu : « Je comprends leur passion, et je travaille discrètement avec le gouvernement israélien pour l’amener à réduire et à quitter de manière significative Gaza. »

Un homme dans la foule a alors crié : « Tu es un homme bon. »

Netanyahu défend la nomination de Barak, rejetée par la droite, pour défendre Israël à La Haye

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de la Cour suprême Aharon Barak lors d'une cérémonie marquant le cinquantième anniversaire du système judiciaire israélien à la Cour suprême, en septembre 1998. (Crédit : GPO via Wikipedia)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de la Cour suprême Aharon Barak lors d'une cérémonie marquant le cinquantième anniversaire du système judiciaire israélien à la Cour suprême, en septembre 1998. (Crédit : GPO via Wikipedia)

Netanyahu a défendu sa décision de nommer l’ancien président de la Cour suprême Aharon Barak pour représenter Israël devant la Cour internationale de Justice, dans une affaire intentée contre le pays par l’Afrique du Sud, qui accuse Jérusalem d’avoir perpétré un génocide à Gaza.

« C’est un survivant de la Shoah avec une réputation internationale », a déclaré Netanyahu à ses collègues députés du Likud lors d’une réunion de faction, face au tollé causé par des députés d’extrême droite suite à la nomination de Barak, qu’ils accusent d’être responsable de l’état actuel du système judiciaire israélien, qui, selon eux, est devenu trop activiste et nécessite une refonte.

Tsahal affirme avoir tué un responsable du Hamas en Syrie responsable des tirs de roquettes sur le nord d’Israël

Photo d'illustration : Une frappe attribuée à Israël sur l'aéroport d'Alep, en Syrie, le 14 octobre 2023. (Capture d'écran : X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Photo d'illustration : Une frappe attribuée à Israël sur l'aéroport d'Alep, en Syrie, le 14 octobre 2023. (Capture d'écran : X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

L’armée israélienne a affirmé avoir éliminé un responsable du Hamas en Syrie responsable du lancement de roquettes sur le nord d’Israël ces dernières semaines.

Dans un communiqué, l’armée israélienne affirme que Hassan Akasha a été tué dans la ville de Beit Jinn, dans le sud de la Syrie. Elle n’a pas précisé pas comment il avait été tué.

L’homme aurait été à l’origine de plusieurs attaques à la roquette depuis la Syrie vers le nord au nom du Hamas.

« Nous ne permettrons pas le terrorisme depuis le territoire syrien, et celui-ci est responsable de toute action émanant de son territoire. Nous continuerons à agir contre toute menace », a ajouté l’armée israélienne.

Les sirènes dans le centre d’Israël ont été déclenchées par 8 roquettes tirées depuis le sud de Gaza – armée

Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, le 7 janvier 2024. (Crédit : AFP)
Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, le 7 janvier 2024. (Crédit : AFP)

Les sirènes dans le centre d’Israël plus tôt dans la soirée ont été déclenchées par huit roquettes tirées depuis le sud de Gaza, a rapporté la Radio militaire.

Trois d’entre elles ont été interceptées par le Dôme de Fer, tandis que Tsahal a laissé tomber cinq autres dans des territoires ouverts.

Personne n’a été blessé à la suite de ces tirs.

Le Jihad islamique publie une vidéo de propagande de l’otage Elad Katzir

Elad Katzir dans une vidéo publiée par le Jihad islamique palestinien le 8 janvier 2024. (Capture d'écran)
Elad Katzir dans une vidéo publiée par le Jihad islamique palestinien le 8 janvier 2024. (Capture d'écran)

Le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique a publié une nouvelle vidéo de propagande montrant l’otage Elad Katzir.

L’homme de 47 ans a été pris en otage à Nir Oz. Sa mère Hanna a également été prise en otage et a été libérée en novembre. Son père Rami a été tué le 7 octobre.

La vidéo montre Katzir pleurant la mort de son ami Tamir Adar et appelant le gouvernement israélien à faire davantage pour obtenir sa libération.

Katzir avait été présenté dans une autre vidéo de propagande du même groupe le 20 décembre aux côtés d’un autre otage, Gadi Mozes.

Le Liban appelle à appliquer la résolution 1701 pour mettre fin aux tensions entre Israël et le Hezbollah

De la fumée s’élevant au-dessus du village de Khiam, à la frontière sud du Liban, après des frappes israéliennes, le 6 janvier 2024. (Crédit : Karim Daher/AFP)
De la fumée s’élevant au-dessus du village de Khiam, à la frontière sud du Liban, après des frappes israéliennes, le 6 janvier 2024. (Crédit : Karim Daher/AFP)

Le ministre des Affaires étrangères du Liban, Abdullah Abu Habib, a appelé lors d’une rencontre avec la coordinatrice générale des Nations unies au Liban, Joanna Wronecka, à une solution diplomatique aux tensions entre Israël et le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah  par la « mise en œuvre complète » de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU.

« Cela passe par le retrait israélien de tous les territoires libanais occupés et par la fin des violations terrestres, maritimes et aériennes », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Israël affirme que le Hezbollah viole régulièrement la résolution 1701 en amenant ses effectifs au sud du fleuve Litani, parfois jusqu’à la frontière avec Israël.

Mais le Liban souligne l’annexion par Israël de la partie nord de la ville de Ghajar, qui s’étend au-delà de la ligne de démarcation de l’ONU de 2000.

Cette ligne, connue sous le nom de Ligne bleue, en pratique, n’existe que sur les cartes et n’a aucun impact sur la vie des habitants de Ghajar, qui sont entièrement sous souveraineté israélienne.

« Nous attendions que vous nous libériez de la tyrannie du Hamas », dit un Gazaoui à Tsahal

Un groupe de Palestiniens détenus par l’armée israélienne, dans le nord de Gaza, le 8 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)
Un groupe de Palestiniens détenus par l’armée israélienne, dans le nord de Gaza, le 8 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)

La Douzième chaîne a diffusé une vidéo ostensiblement divulguée par une source de l’armée israélienne montrant un groupe de Palestiniens déshabillés et ligotés après avoir été arrêtés par Tsahal dans le nord de Gaza.

L’un des détenus est entendu en train de dire aux soldats : « Depuis 17 ans, nous vivons sous la tyrannie », faisant ostensiblement référence au groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Lorsque vous êtes arrivés, nous sommes restés dans nos maisons parce que nous vivons en paix et que nous aimons la paix. Si nous étions coupables de quoi que ce soit, nous aurions quitté nos maisons et fui, mais nous vivons en paix dans nos maisons », a-t-il expliqué.

« Je jure devant Dieu que nous avons attendu que vous nous libériez de la tyrannie. »

Mais aujourd’hui, a-t-il ajouté, « nos enfants ont faim, nos épouses mendient de la nourriture dans la rue. Nos femmes ont commencé à manger des restes. Nos enfants sont morts de faim sous nos yeux. Il n’y a pas d’eau. Je suis malade et je ne peux pas me faire soigner. »

« Vous connaissez la situation à Gaza. Tout nous est retombé dessus », a poursuivi l’homme.

« À qui la faute ? », a demandé l’un des soldats qui filmait la séquence.

« Du Hamas ! À cause du Hamas ! », ont crié plusieurs des habitants de Gaza détenus.

Un barrage de roquettes depuis Gaza déclenche des sirènes dans le centre d’Israël ; aucun blessé

Capture d'écran d'une vidéo d'un barrage de roquettes tiré depuis la bande de Gaza intercepté au-dessus d'Israël, le 1er janvier 2024. (X ; Utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Capture d'écran d'une vidéo d'un barrage de roquettes tiré depuis la bande de Gaza intercepté au-dessus d'Israël, le 1er janvier 2024. (X ; Utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un barrage de roquettes tirées depuis Gaza a déclenché des sirènes dans les régions de Dan et Shfela, dans le centre d’Israël.

Les services d’urgence du Magen David Adom affirment n’avoir reçu aucun appel faisant état de blessés dans l’immédiat.

Plusieurs sources ont cependant fait état d’impacts de roquettes.

Netanyahu et Gallant : La guerre au sud et au nord n’est pas près de s’arrêter

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant, à droite, visitant une base du Commandement du Centre de l’armée israélienne, le 1er août 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant, à droite, visitant une base du Commandement du Centre de l’armée israélienne, le 1er août 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le bureau du Premier ministre a publié une déclaration commune de Benjamin Netanyahu et du ministre de la Défense Yoav Gallant après leur briefing devant les députés du Likud, dans laquelle ils soulignent que ni la guerre dans le sud d’Israël ni celle dans le nord ne s’arrêteront de sitôt, et « qu’elles se poursuivront pendant de nombreux mois ».

« Afin de poursuivre la guerre pendant de nombreux mois encore, nous avons besoin d’un soutien international, et nous nous efforçons de l’obtenir », ont-ils ajouté.

La déclaration commune a été publiée alors que de nombreux médias indiquent que Netanyahu et Gallant ne s’adressent pratiquement plus la parole.

Arabie saoudite : Blinken rencontre le prince héritier Mohammed Ben Salmane – médias

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, lors de son voyage d'une semaine visant à apaiser les tensions à travers le Moyen-Orient, à al-Ula, dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, le 8 janvier 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/POOL/AFP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, lors de son voyage d'une semaine visant à apaiser les tensions à travers le Moyen-Orient, à al-Ula, dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, le 8 janvier 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/POOL/AFP)

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a rencontré lundi soir le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane, pour des entretiens centrés sur la guerre dans la bande de Gaza, selon un photographe du groupe de journalistes l’accompagnant.

La réunion se déroule à huis clos à l’extérieur de la ville historique d’Al-Ula, en Arabie saoudite, et intervient peu avant que le secrétaire d’État américain ne se rende en Israël en fin de soirée. Blinken est arrivé en Arabie saoudite en provenance des Émirats arabes unis dans le cadre de sa tournée marathon au Moyen-Orient dans un contexte régional extrêmement tendu.

Englman exhorte les élus à mieux prendre en compte la hausse du coût de la vie lors du vote du budget 2024

Le contrôleur de l'État Matanyahu Englman. (Crédit : Bureau du Contrôleur de l'État)
Le contrôleur de l'État Matanyahu Englman. (Crédit : Bureau du Contrôleur de l'État)

Le contrôleur de l’État, Matanyahu Englman, a exhorté les députés à se pencher sur les déficiences dans la lutte contre la hausse du coût de la vie en Israël, alors que le cabinet doit approuver un budget de guerre 2024 plus tard cette semaine.

Englman a constaté que la forte concentration du marché et le manque de concurrence continuaient d’alimenter la hausse des prix dans le pays, le gouvernement ayant négligé la question, comme le souligne son rapport sur le coût de la vie.

« Le coût de la vie en Israël a grimpé en flèche avant même le déclenchement de la guerre, et 2024 a commencé avec de nouvelles augmentations », a ajouté le contrôleur de l’État.

« Les dommages causés par la guerre aux différents secteurs, ajoutés à un environnement de taux d’intérêt élevés, pèsent lourdement sur les ménages en Israël, y compris sur les ménages des réservistes qui risquent leur vie pour l’État d’Israël et sur ceux des nombreuses personnes évacuées du sud et du nord. »

L’étude du contrôleur de l’État sur le coût de la vie en Israël a été réalisée et préparée avant les atrocités du 7 octobre et le déclenchement de la guerre.

À la lumière des conclusions du rapport selon lesquelles les Israéliens continuent d’être aux prises avec l’augmentation du coût de la vie, Englman appelle le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les ministres du gouvernement à inclure la question dans leur ensemble de priorités, au même titre que la gestion des répercussions de la guerre en cours contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« En ce qui concerne la formulation du budget 2024 – le gouvernement doit également donner son avis sur l’effet de la guerre sur la question du coût de la vie en Israël et corriger les échecs qui ont émergé du rapport », a insisté Englman.

L’une des conclusions du rapport montre que les prix des denrées alimentaires en Israël sont environ 51 % plus élevés par rapport aux pays de l’Union européenne et 37 % plus élevés que parmi les pays de l’OCDE.

À titre d’exemple, le pain de blé entier est 82 % plus cher en Israël qu’aux États-Unis, en Angleterre, en Nouvelle-Zélande et en Espagne, selon l’étude.

Un Israélien légèrement blessé après une frappe du Hezbollah sur un immeuble dans le nord

Un immeuble de Shtula touché par un missile antichar en provenance du Liban, le 8 janvier 2024. (Crédit : capture d'écran/Douzième chaîne)
Un immeuble de Shtula touché par un missile antichar en provenance du Liban, le 8 janvier 2024. (Crédit : capture d'écran/Douzième chaîne)

Un Israélien a été légèrement blessé après qu’un missile antichar tiré depuis le Liban par des terroristes du groupe chiite libanais du Hezbollah a touché un immeuble d’habitation dans la ville frontalière de Shtula, dans le nord du pays.

La plupart des habitants de Shtula ont évacué la ville lorsque la guerre a éclaté.

Sur la frontière nord, Netanyahu dit qu’Israël est prêt à la guerre contre le Hezbollah

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, rencontre des réservistes de Tsahal lors d'une visite à Kiryat Shmona, une ville située sur la frontière nord d'Israël, le 8 janvier 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, rencontre des réservistes de Tsahal lors d'une visite à Kiryat Shmona, une ville située sur la frontière nord d'Israël, le 8 janvier 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

A Kiryat Shmona, une ville du nord du pays, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré aux réservistes de l’armée israélienne que si Israël préférait restaurer la sécurité dans le secteur sans entrer en guerre contre le Hezbollah, le pays était toutefois prêt pour un éventuel conflit.

« Le Hezbollah s’est mépris sur nous de façon majeure en 2006 et il est aussi en train de se méprendre sur nous en ce moment-même », a-t-il indiqué aux militaires appartenant à la 769e Brigade régionale.

« Il doit voir ici une puissance énorme, l’unité d’un peuple, la détermination à faire tout ce qui sera nécessaire pour restaurer la sécurité dans le nord et je vous le dis – c’est ma politique », a-t-il ajouté.

Netanyahu s’est adressé aux soldats quelques heures après qu’un missile anti-char du Hezbollah s’est abattu sur la ville.

« Bien sûr, nous préférerions que la restauration de la sécurité puisse se faire sans importante campagne militaire mais cette perspective ne nous arrêtera pas pour autant », a dit le Premier ministre. « Nous avons donné un exemple avec ce qui arrive aux amis du Hezbollah dans le sud ; c’est ce qui pourrait bien arriver ici, dans le nord. Nous ferons tout pour restaurer la sécurité ».

Lors de cette visite, le Premier ministre était accompagné par le ministre de l’Économie Nir Barkat, par son chef de cabinet Tzachi Braverman et par son secrétaire militaire, le général Avi Gil.

Des alertes à l’inflitration de drones retentissent dans le nord d’Israël

Une alerte à l’infiltration de drones retentit dans plusieurs communautés du nord d’Israël.

C’est la deuxième alerte en l’espace d’une heure.

L’armée israélienne n’a pas encore réagi.

Ces alertes surviennent après qu’un haut dirigeant du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah aurait été tué lors d’une frappe imputée à Israël sur sa voiture.

L’assassinat du chef des forces d’élite, un coup dur pour le Hezbollah – sources libanaises

Des sources libanaises ont déclaré que l’assassinat d’un haut commandant de la force d’élite Radwan du Hezbollah dans une frappe israélienne est un coup « douloureux » pour le groupe terroriste chiite libanais.

Les sources de sécurité l’ont identifié comme étant Wissam al-Tawil, le chef adjoint d’une unité au sein de la force Radwan. Elles affirment que lui et un autre terroriste du Hezbollah ont été tués lorsque leur voiture a été touchée lors d’une frappe sur le village libanais de Majdal Selm.

« C’est une frappe très douloureuse », indique à Reuters l’une des sources de sécurité.

« Les choses vont s’embraser maintenant », a déclaré une autre source.

Le commandant « avait un rôle de premier plan dans la gestion des opérations du Hezbollah dans le sud », explique à l’AFP un responsable de la sécurité requérant l’anonymat pour des raisons de sécurité, ajoutant qu’il « a été tué dans un raid israélien visant sa voiture dans le sud ».

Une frappe attribuée à Israël au Liban tue un haut chef du Hezbollah – média libanais

Une frappe imputée à Israël au Liban aurait tué un haut responsable de la force d’élite Radwan du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, rapporte l’agence de presse Reuters, citant trois sources de sécurité.

Israël n’a pas encore fait de commentaire.

Selon des informations en provenance du Liban, le responsable a été tué lorsqu’un missile a touché la voiture dans laquelle il se trouvait.

Ben Gvir reproche à Gallant d’avoir dit que la guerre allait entrer dans d’une nouvelle phase de guerre au nord de Gaza

Le chef du parti Otzma Yehudit, le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, dirigeant une réunion de faction à la Knesset, à Jérusalem, le 1er janvier 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Otzma Yehudit, le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, dirigeant une réunion de faction à la Knesset, à Jérusalem, le 1er janvier 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre d’extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, s’en prend à Yoav Gallant après que le ministre de la Défense a déclaré au Wall Street Journal que Tsahal allait passer de ce qu’il a appelé la « phase de manœuvre intense de la guerre » à « différents types d’opérations spéciales » dans le nord de la bande de Gaza.

Répondant à l’affirmation de Gallant selon laquelle Israël est « proche de la prochaine phase dans le nord », le ministre affirme qu’une telle déclaration équivaut à une annonce « de la fin de la guerre d’assujettissement et d’une transition vers la guerre d’usure ».

« Le cabinet restreint n’a pas de légitimité pour annoncer cela », argumente-t-il, en référence au cabinet de guerre, composé du Premier ministre Benjamin Netanyahu, de Gallant et du ministre Benny Gantz.

« Ce n’est pas ainsi que nous gagnerons ! »

Samedi, Tsahal a indiqué avoir achevé le démantèlement du « réseau armé » du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le nord de la bande de Gaza.

« Opérée des yeux, je comprends votre souffrance », dit une élue du Likud aux familles d’otages

La députée Likud Keti Shitrit assistant à une réunion de la commission de l’Education, de la Culture et des Sports, à la Knesset, à Jérusalem, le 29 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La députée Likud Keti Shitrit assistant à une réunion de la commission de l’Education, de la Culture et des Sports, à la Knesset, à Jérusalem, le 29 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La députée Keti Shitrit (Likud) a suscité l’indignation générale sur les réseaux sociaux lorsqu’elle a déclaré aux familles des personnes prises en otage à Gaza qu’elle comprenait leur souffrance parce qu’elle venait de subir une opération de l’œil.

« Un matin, je me suis réveillée et je ne voyais plus d’un œil. On m’a donc opérée », raconte Shitrit aux familles lors d’une réunion de la commission de la Knesset sur le statut des femmes et l’égalité des genres.

« La convalescence a été longue. Je ne pouvais pas m’habiller, me doucher ou faire d’autres choses que je faisais avant », dit-elle.

« Pourquoi est-ce que je vous raconte cela ? Parce que je comprends très bien comment vos vies ont été si soudainement bouleversées. »

Les terroristes palestiniens du Hamas ont pris d’assaut la frontière le 7 octobre, tuant 1 200 personnes et prenant plus de 240 otages dans des actes d’une brutalité effroyable.

132 d’entre eux se trouveraient encore à Gaza, mais ils ne sont pas tous en vie.

Shitrit est largement critiquée sur les réseaux sociaux pour ses propos qui manquent de nuances, certains suggérant au peuple d’organiser des veillées pour soulager ses souffrances.

Israël sait où est Sinwar mais ne peut l’atteindre car il est entouré d’otages – média

Yahya Sinwar, chef du Hamas dans la bande de Gaza, saluant ses partisans, à Gaza City, le 14 avril 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Yahya Sinwar, chef du Hamas dans la bande de Gaza, saluant ses partisans, à Gaza City, le 14 avril 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Israël a localisé avec précision le chef armé du groupe terroriste palestinien du Hamas, Yahya Sinwar, à l’origine des attentats terroristes du 7 octobre, rapporte le journal Israel Hayom.

Toutefois, Sinwar s’est entouré d’un grand nombre d’otages israéliens vivants, ce qui empêche l’armée israélienne de le cibler, indique le journal.

Cet article fait suite à une déclaration similaire faite hier à la chaîne publique israélienne Kan par l’ancien chef du Directorat des Renseignements militaires, Amos Yadlin.

Gallant : Tsahal va bientôt passer à la phase suivante des opérations dans le nord de Gaza

Les troupes de l'armée israélienne opérant à Gaza, sur une image publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de l'armée israélienne opérant à Gaza, sur une image publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant déclare que l’armée israélienne passera bientôt à une phase d’opérations moins intenses dans le nord de la bande de Gaza.

S’adressant au Wall Street Journal, Gallant indique que Tsahal passera de ce qu’il appelle la « phase de manœuvre intense de la guerre » à « différents types d’opérations spéciales ».

« Nous sommes proches de la phase suivante dans le nord, notamment dans Gaza City », poursuit Gallant.

Après la publication de l’interview, le bureau de Gallant a publié une déclaration précisant que la transition commencerait « bientôt ».

Samedi, Tsahal a indiqué avoir achevé le démantèlement du « réseau armé » du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le nord de la bande de Gaza.

D’intenses combats se poursuivent dans le centre et le sud de la bande de Gaza.

Tsahal découvre un tunnel et des preuves que des enfants ont été entraînés au maniement des armes dans une école de Gaza

Les troupes opérant à Khan Younès découvrant des preuves que des élèves palestiniens reçoivent un entraînement au maniement des armes, sur une photo publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes opérant à Khan Younès découvrant des preuves que des élèves palestiniens reçoivent un entraînement au maniement des armes, sur une photo publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne déclare qu’au cours des récentes opérations menées par la 7e Brigade Blindée dans la ville de Khan Younès, au sud de Gaza, les troupes ont tué plusieurs terroristes et découvert d’importantes caches d’armes et des preuves que des enfants étaient formés à l’utilisation d’armes dans les écoles.

Tsahal affirme que les soldats de la 7e Brigade Blindée « ont tué de nombreux terroristes à bout portant avec des tirs d’obus de chars et des frappes aériennes dirigées par les troupes », notamment de plusieurs cellules terroristes qui avaient tiré des lance-roquettes sur les soldats.

Les troupes ont procédé à de nombreuses perquisitions dans la zone, au cours desquelles elles ont découvert « des explosifs, des armes à feu, des grenades, du matériel de communication et de nombreux documents de renseignement », indique l’armée.

Dans une école, elles ont découvert un tunnel terroriste et des preuves que les enfants étaient entraînés à utiliser des armes, notamment des fusils Kalachnikov jouets et des photos d’élèves posant et s’entraînant avec des armes.

Tsahal frappe des cibles du Hezbollah ; un missile anti-char tiré sur Kiryat Shmona

L’armée israélienne affirme que des avions de combat ont frappé des cibles du Hezbollah au Liban, y compris des sites où des terroristes du groupe chiite libanais opéraient.

Tsahal affirme également qu’un missile anti-char a été tiré depuis le Liban sur Kiryat Shmona. Les troupes sont en train de frapper en réponse à ce tir.

Les autorités locales indiquent que le missile a touché un bâtiment, mais qu’aucun blessé n’a été signalé.

Gallant avertit le Hezbollah : Israël peut faire un « copier-coller » de Gaza à Beyrouth

Le ministre de la Défense Yoav Gallant recevant une évaluation de la situation à la base du Commandement du Nord de l’armée israélienne, le 5 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant recevant une évaluation de la situation à la base du Commandement du Nord de l’armée israélienne, le 5 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Israël n’a pas peur d’entrer en guerre avec le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah  au Liban, déclare le ministre de la Défense Yoav Gallant au Wall Street Journal. Il avertit le groupe soutenu par l’Iran que la destruction de Gaza peut être « copiée-collée » à Beyrouth.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah et les factions terroristes palestiniennes qui lui sont alliées se livrent à des affrontements quotidiens à la frontière avec les troupes israéliennes, prenant pour cible des communautés civiles par des attaques de drones, de roquettes et de missiles et forçant des dizaines de milliers d’Israéliens à évacuer.

Bien que la priorité d’Israël ne soit pas de s’enliser dans une guerre avec le Hezbollah, Gallant affirme que « 80 000 personnes doivent pouvoir rentrer chez elles en toute sécurité » et que, si tout le reste échoue, « nous sommes prêts à faire des sacrifices ».

« Ils voient ce qui se passe à Gaza. Ils savent que nous pouvons faire un copier-coller à Beyrouth. »

Tsahal effectue 30 frappes sur des cibles du Hamas dans le sud de la bande de Gaza

Les troupes de l’armée israélienne opérant à Gaza sur une image publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de l’armée israélienne opérant à Gaza sur une image publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne signale d’intenses combats dans le sud de Gaza à Khan Younès pendant la nuit, l’armée de l’air israélienne ayant effectué des frappes sur environ 30 cibles « significatives » du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la région.

Selon l’armée de l’air, les cibles comprenaient des sites souterrains, des dépôts d’armes et d’autres infrastructures appartenant au groupe terroriste.

« Ces frappes aident les forces qui manœuvrent dans la région à poursuivre le combat », précise Tsahal.

L’armée indique que les troupes de l’unité commando Maglan ont entre-temps repéré un groupe de plus de 10 terroristes du Hamas sur un site de lancement de roquettes à Khan Younès, et ont dirigé une frappe de drone contre eux.

Toujours à Khan Younès, les troupes de la 55e Brigade de parachutistes de réserve ont identifié un terroriste du Hamas qui sortait d’un bâtiment alors qu’elles recueillaient des renseignements sur la force, indique Tsahal. Un hélicoptère d’attaque a frappé le terroriste dans les minutes qui ont suivi.

La Brigade des parachutistes, également dans la région de Khan Younès, a repéré un terroriste du Hamas dans un bâtiment et a dirigé une frappe aérienne contre lui, indique l’armée. Peu de temps après, un autre terroriste a été repéré dans le bâtiment et a été tué par les troupes.

Ailleurs dans la bande de Gaza, au cours d’opérations visant à ouvrir des routes pour permettre aux forces de se déplacer, Tsahal indique que les troupes de la Brigade Kfir ont localisé une voiture utilisée par des terroristes du Hamas, qui contenait des armes.

Dans un champ du centre de Gaza, les réservistes de la 179e Brigade Blindée ont localisé un puits de tunnel et y ont trouvé des milliers de dollars et des armes.

Dans la zone de Maghazi, au centre de Gaza, l’armée indique que les troupes de Golani ont dirigé une frappe aérienne sur un dépôt d’armes du Hamas, où le groupe terroriste stockait des roquettes à longue portée.

Le Hamas : 73 Palestiniens tués à Gaza au cours des dernières 24 heures

Une frappe aérienne israélienne illuminant la ligne d'horizon de Khan Yunès, depuis Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 7 janvier 2024 (Crédit : AFP)
Une frappe aérienne israélienne illuminant la ligne d'horizon de Khan Yunès, depuis Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 7 janvier 2024 (Crédit : AFP)

Soixante-treize Palestiniens auraient été tués et 99 blessés par l’armée israélienne et les frappes aériennes à Gaza au cours des dernières 24 heures, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Ce chiffre inclut huit personnes tuées dans une frappe présumée près de Deïr Al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza.

Tsahal n’a pas encore commenté ce raid.

22 835 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Des dizaines de personnes manifestent devant la Knesset pour réclamer des élections

Des dizaines de personnes manifestent devant la Knesset à Jérusalem, appelant le gouvernement à démissionner et à organiser de nouvelles élections législatives.

Les militants sont assis par terre, bloquent l’entrée du bâtiment et scandent « Des élections maintenant ».

« Tous les espoirs que le gouvernement susciterait à l’occasion de cette période d’urgence ont été anéantis par leurs actions manquées, exprimées par leur dysfonctionnement, l’abandon des otages, l’atteinte fatale à la réputation internationale d’Israël, leur incitation et leur division continues et le détournement des budgets en faveur d’intérêts personnels au détriment du grand public dans son ensemble », déclarent les organisateurs dans un communiqué.

« Nous sommes venus à la Knesset pour exiger des élections immédiates, le remplacement immédiat du gouvernement et l’expulsion des extrémistes », ajoutent-ils.

Des frappes aériennes de Tsahal touchent un complexe armé du Hezbollah

Au cours de la nuit, l’armée israélienne a mené une série de frappes aériennes contre des sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah au Liban.

Les cibles touchées par les avions de combat comprenaient un complexe armé dans la ville de Marwahin et un lance-roquettes ainsi que d’autres infrastructures à Ayta ash-Shab, selon Tsahal.

L’armée a également effectué une frappe de drone sur un lance-roquettes utilisé pour mener une attaque, et un hélicoptère d’attaque a touché une zone d’où un missile anti-char avait été tiré vers le nord d’Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.