Rechercher

Tsahal s’entraîne à protéger ses convois et son QG contre d’éventuelles émeutes

Les militaires s'entraînent à sécuriser les routes pour que les troupes et le matériel atteignent le front ; 42 villes s'entraînent à gérer les dommages causés aux infrastructures

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un convoi militaire transportant des APC près de la frontière d'Israël avec la bande de Gaza, le 19 juillet 2014. (Credit: Gili Yaari/Flash90)
Un convoi militaire transportant des APC près de la frontière d'Israël avec la bande de Gaza, le 19 juillet 2014. (Credit: Gili Yaari/Flash90)

Il y a un an, alors qu’Israël entrait en guerre contre le Hamas à Gaza, les troupes se sont dirigées vers le front en traversant des villes et en empruntant des routes où des violences avaient éclaté.

Alors que les convois se dirigeaient vers le sud, les responsables militaires craignaient que les émeutes n’empêchent les soldats et le matériel d’accéder aux zones de combat.

Les émeutes n’ont finalement pas entravé les mouvements des troupes, mais les craintes qu’une future flambée similaire puisse nuire à la planification militaire israélienne persistent.

Pour répondre à cette inquiétude, Tsahal organise actuellement des exercices visant à sécuriser les autoroutes du pays contre les émeutiers lors d’une guerre éventuelle et à garantir que les convois militaires arrivent en toute sécurité à bon port, a rapporté le Times of Israel.

« Nous avons tiré les leçons et des conclusions de l’opération Gardien des murs de l’année dernière, qui se reflètent maintenant dans l’exercice », a déclaré jeudi Uri Gordin, chef du Commandement du Front intérieur de Tsahal.

Au cours de l’exercice qui se déroulera ce mois-ci – dans le cadre d’un exercice de grande envergure baptisé « Chariots de feu » – trois bataillons – deux du Commandement du Front intérieur et un de la police militaire – seront déployés sur la route 35 près de Kiryat Gat et sur la route 77 dans le nord d’Israël.

Les troupes – qui seront armées de moyens de dispersion anti-émeute – s’exerceront à maintenir l’autoroute dégagée et à tenir informé le quartier général de l’armée de possibles incidents.

Les équipes s’entraînent également à coordonner leurs efforts avec la police israélienne.

En mai, des émeutes massives ont éclaté dans de nombreuses villes arabes et dans des villes israéliennes mixtes, où vivent un grand nombre d’Arabes et de Juifs, au cours d’un conflit de 11 jours entre Israël et le Hamas à Gaza.

En novembre, le chef sortant de la Direction de la technologie et de la logistique a déclaré qu’il était « vraiment préoccupé » par le fait que les émeutiers avaient « une réelle capacité pour retarder les manœuvres des troupes de Tsahal ».

Un char de Tsahal est amené à la frontière avec la bande de Gaza, le 13 mai 2021. (Credit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

En plus de l’exercice de dégagement de l’autoroute, les équipes de recherche et de sauvetage du Commandement du Front intérieur s’entraînaient à un scénario de dommages importants à de multiples sites par un barrage de roquettes sur le nord d’Israël.

L’armée s’est également entraînée à l’éventualité d’une attaque qui endommagerait le quartier général de Tsahal et à la manière de maintenir le commandement supérieur en état de marche.

Les exercices ont été menés avec les autorités locales. Au total, 42 municipalités et autorités locales doivent participer aux différents exercices, y compris des exercices simulant des dommages importants aux infrastructures majeures.

À Sderot, les équipes s’exerceront à un incident de masse et à des opérations de sauvetage, et à Haïfa, les soldats tiendront un exercice majeur simulant une fuite de matières dangereuses à la raffinerie de Bazan, dans la ville du nord.

Les responsables militaires ont déclaré que les exercices visaient à améliorer la compétence et la préparation des troupes et des hauts gradés pour une guerre sur plusieurs fronts, ainsi que la coordination avec d’autres organisations d’urgence, les autorités locales et les ministères.

« Tsahal en général et le Commandement du Front intérieur en particulier continueront à travailler en coordination avec les autorités civiles, pour maintenir la sécurité des résidents, tant à la frontière qu’à l’intérieur », a déclaré Gordin.

Photo d’illustration : Des soldats du commandement intérieur prennent part à un exercice de défense simulant l’effondrement d’un immeuble à Tzfat, dans le nord du pays, le 7 septembre 2020. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Jeudi, Tsahal a clôturé la deuxième semaine de l’exercice « Chariots de feu », qui portait sur des événements soudains éclatant sur plusieurs fronts en même temps, tout en se concentrant sur le front nord.

« L’entraînement de cette semaine comprenait des plans pour renforcer et défendre le front intérieur, de grands exercices logistiques, des préparations pour le déploiement des forces et une défense aérienne efficace – tout en renforçant la défense sur les frontières nord et sud au milieu de divers scénarios d’urgence sur le front intérieur », a déclaré Tsahal dans un communiqué.

La marine s’est également exercée à de multiples événements inopinés, notamment des tentatives d’infiltration et une défense aérienne, selon Tsahal.

L’exercice « Chariots de feu », qui doit durer jusqu’au 3 juin, est le plus grand exercice militaire mis en place depuis des décennies. Il a été reporté en mai dernier en raison de la guerre contre les groupes terroristes dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...