Un ancien pilote de chasse israélien crée un drone pour les plate-formes pétrolières
Rechercher

Un ancien pilote de chasse israélien crée un drone pour les plate-formes pétrolières

SkyX, une start-up canado-israélienne, fait maintenant la promotion de drones qui se chargent automatiquement et qui contrôlent la présence éventuelle de fuites

Des membres de l'équipe SkyX avec des drones SkyOne. Didi Horn 3e à gauche (Crédit : autorisation)
Des membres de l'équipe SkyX avec des drones SkyOne. Didi Horn 3e à gauche (Crédit : autorisation)

Didi Horn, un ancien pilote de chasse israélien, a créé un nouveau drone qui vise à aider l’industrie du pétrole et du gaz à contrôler plus efficacement et à moindre coût les plate-formes, les oléoducs et d’autres opérations.

SkyX, une start-up canado-israélienne basée en Ontario, a annoncé vendredi son lancement public et a déclaré vouloir lever des fonds dans une deuxième campagne de financement.

L’appareil SkyOne, un drone développé par SkyX, est équipé avec des caméras et des capteurs qui sont capables d’inspecter des oléoducs éventuellement endommagés ; ils peuvent aussi faire de la cartographie et de la surveillance sécuritaire. Les drones sont capables de décoller et d’atterrir verticalement, de voler de manière autonome et ils ont la capacité de savoir intuitivement quand ils doivent se recharger.

A la différence d’autres drones et grâce à une technologie spécifique, le SkyOne n’a pas besoin de rentrer à la base pour se recharger. Au lieu de cela, il vole jusqu’à la xStation la plus proche, où il se recharge dans un dôme le protégeant des intempéries avant de continuer sa mission, a expliqué l’entreprise dans un communiqué.

« Nous pensons que notre technologie peut réduire les coûts de manière significative en améliorant l’efficacité, aidant ainsi tout le secteur, a déclaré Horn, fondateur et PDG de SkyX, ajoutant que la technologie « changerait la donne » dans l’industrie du pétrole et du gaz.

« Nous avons notre premier client du Canada à qui l’on fournira le produit sur des périodes d’essai de trois à six mois, a déclaré Horn dans un entretien téléphonique. L’entreprise estime les possibilités de vente à environ 100 millions de dollars d’ici 2020, a-t-il déclaré.

SkyOne peut atteindre les 105 km/heure et sera bientôt capable de voler à 150 km/h. Il peut détecter des fuites, du vandalisme ou une végétation excessive. SkyOne recueille les informations 24h/24 et 7j/7 en temps réel, précise le communiqué.

Les drones sont fabriqués par une usine de sous-traitance et les stations de recharge doivent être placées à une distance entre 95 et 130 kilomètres l’une de l’autre. Elles peuvent être situées sur des stations de pompage existantes d’oléoducs, sur des générateurs et installées comme des systèmes indépendants, a déclaré Horn.

L’industrie du pétrôle et du gaz dépend actuellement principalement des véhicules terrestres et d’hélicoptères pour détecter tout dommage ou toute menace. Les deux méthodes sont plus onéreuses et moins rapides que la solution SkyX, a affirmé l’entreprise canado-israélienne.

On fait déjà la promotion de SkyOne en Amérique du Nord et dans le monde entier comme un modèle de service de location : les drones seront loués aux clients, avec SkyX supervisant la collecte des données, s’occupant de la maintenance et fournissant aux clients le service de surveillance. L’entreprise est capable de contrôler aussi bien un drone individuel ou une flotte entière.

A l’heure actuelle, la start-up a levé 3,5 millions de dollars d’une entreprise aérospaciale et de l’aviation qui dispose des parts vendues publiquement à Hong Kong, a déclaré Horn. SkyX cherche maintenant à rassembler entre 10 et 15 millions de dollars.

Selon les statistiques pour la seule Amérique du Nord, environ 37 milliards de dollars sont dépensés chaque année pour la surveillance des oléoducs, détecter les fuites et les dommages qui pourraient avoir des conséquences environmentales graves. Avec plus de 10 millions de kilomètres d’oléoducs et de gazoducs dans le monde, « le marché et la croissance potentielle sont énormes », a déclaré Horn.

L’investissement de fonds privés dans les start-ups de drones a augmenté de 214 % pour atteindre 464 millions de dollars en 2015 ; mais ce chiffre devait diminuer à 367 millions de dollars en 2016, selon un rapport de CB Insights daté de novembre 2016.

Les industries de l’armement augmentent aussi leurs investissements dans le domaine et développent leurs propres drones. Intel, Qualcomm et Google travaillent tous sur leurs propres projets de drones, selon l’entreprise de données basée à New York.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...