Un assaillant de Gaza pas repéré à la frontière, Tsahal parle « d’erreur humaine »
Rechercher

Un assaillant de Gaza pas repéré à la frontière, Tsahal parle « d’erreur humaine »

Décrivant l'incident comme une anomalie "extrêmement grave", l'armée affirme que l'assaillant s'est infiltré via la clôture de sécurité endommagée lors des récents combats

La zone près de la communauté de Sdeh Avraham dans le sud d'Israël où un Palestinien a attaqué un garde de sécurité, après être entré en Israël depuis la bande de Gaza, le 30 mai 2021. (Crédit : Police israélienne)
La zone près de la communauté de Sdeh Avraham dans le sud d'Israël où un Palestinien a attaqué un garde de sécurité, après être entré en Israël depuis la bande de Gaza, le 30 mai 2021. (Crédit : Police israélienne)

L’armée a déclaré qu’un Palestinien entré en Israël depuis la bande de Gaza dimanche, qui a attaqué un agent de sécurité, n’avait pas été repéré en raison d’une « erreur humaine ».

Selon l’armée israélienne, l’assaillant a pénétré sur le territoire israélien par une brèche dans la barrière de sécurité, causée par des tirs de mortiers en provenance de Gaza lors du conflit qui a opposé Israël aux groupes terroristes dans la bande de Gaza ce mois-ci.

Il n’a pas été repéré par un soldat surveillant l’une des nombreuses caméras de sécurité le long de la frontière en raison d’une « erreur humaine », ce qui a empêché les troupes d’être appelées sur les lieux pour intercepter l’homme avant qu’il ne puisse atteindre une communauté israélienne, a déclaré l’armée.

« L’enquête initiale a conclu qu’il s’agissait d’un événement extrêmement grave au regard des différents dispositifs de défense qui auraient pu l’empêcher. Les leçons des premières investigations ont été tirées et seront examinées immédiatement. L’enquête sur l’événement se poursuit », a déclaré l’armée israélienne.

Une fois entré en Israël, le suspect – Imad Sufi, 24 ans, originaire de la ville de Rafah dans le sud de Gaza – s’est approché de la communauté de Sdeh Avraham lorsqu’il a été repéré par un agent de la sécurité civile, Andrei Dustov.

Dustov, qui se trouvait en voiture, s’est approché de l’homme et lui a demandé de monter dans la voiture et de s’identifier. Sufi a alors sorti un couteau et a attaqué Dustov, lui tailladant la main. Un deuxième agent de sécurité arrivé sur les lieux a ouvert le feu et tiré sur Sufi, qui a été blessé.

« C’était un miracle que le terroriste ne soit pas entré dans la communauté pour poignarder les habitants », a déclaré Dustov à la Douzième chaîne, la main bandée suite à une entaille qu’il a subie pendant le combat.

De nombreuses communautés israéliennes dans les zones à risques maintiennent une équipe de gardes armés connus sous le nom d’agents de sécurité communautaire.

Capture d’écran de la vidéo de l’agent de sécurité communautaire Andrei Dustov décrivant comment il s’est battu corps à corps avec un terroriste armé d’un couteau de la bande de Gaza, le 31 mai 2021. (Douzième chaîne)

Dustov, un agent de sécurité communautaire travaillant dans la zone frontalière, a déclaré qu’un message avait été envoyé aux agents locaux selon lequel un homme suspect se promenait le long de la route principale de Hevel Shalom, un territoire israélien faisant face au sud de la bande de Gaza.

« J’étais plus proche de lui, alors je suis allé dans cette direction », a-t-il déclaré. Dustov n’était lui-même pas armé, car son arme lui a été enlevée l’an dernier suite à une plainte déposée contre lui auprès du département des enquêtes internes de la police alors qu’il servait en tant que policier volontaire, un rôle qu’il occupait depuis 11 ans.

Lorsqu’il est arrivé sur les lieux, il a vu un homme à l’air suspect ; il a alors activé les lumières stroboscopiques sur le toit de son véhicule et s’est dirigé vers l’homme, s’arrêtant près de lui pour lui demander d’où il venait.

« Il a marmonné, fait comme s’il ne pouvait pas entendre », a déclaré Dustov. « Il était très stressé, son regard errait. »

« Je me suis dit que quelque chose n’allait pas », a-t-il poursuivi en se rappelant avoir ouvert la portière du véhicule et dit à l’homme de monter à l’intérieur.

« Viens, entre, je vais te contrôler », a-t-il dit à l’homme.

« Il a mis la moitié de son corps à l’intérieur et soudain j’ai vu le couteau », a déclaré Dustov. « Il s’est jeté sur moi, en direction de ma tête. J’ai compris qu’il y avait un terroriste avec moi dans la voiture. Il a commencé à crier, j’ai attrapé sa main et il m’a blessé la main avec le couteau et l’a coupée. »

Une lutte a commencé entre les deux hommes dans le véhicule.

« Il a essayé de se détacher pour me poignarder. J’ai vu le couteau devant mes yeux. Sa main s’est échappée et il m’a un peu blessé au ventre. Je lui ai donné des coups de poing, je l’ai attrapé; je savais que s’il s’éloignait de moi, il m’achèverait tout simplement. »

Dustov a déclaré avoir saisi les mains de l’homme et avoir réussi à lui donner quelques coups de poing, puis il a commencé à lui donner des coups de pied jusqu’à ce qu’il tombe de la voiture.

Même s’il n’était pas armé, Dustov craignait que l’homme ne représente un danger pour deux autres voitures civiles de la zone, alors il s’est approché du terroriste, qui a tenté de s’enfuir.

Le terroriste s’est dirigé vers le Moshav Yated, et juste à ce moment-là, un autre agent de sécurité civile d’une communauté voisine est arrivé avec des soldats de Tsahal.

Des soldats fouillent la zone où un Palestinien est soupçonné d’être entré dans le sud d’Israël depuis la bande de Gaza, le 30 mai 2021. (Crédit : Hamal Darom)

« Je leur ai crié : ‘Un terroriste, un terroriste avec un couteau’. » « Ils ont ouvert le feu sur lui et l’agent de sécurité l’a neutralisé», a déclaré Dustov.

Nir Shorman, chef du syndicat des agents de sécurité communautaire, a déclaré que sans les actions de Dustov, l’incident aurait pu se terminer par la mort de civils. Il a rappelé l’attaque terroriste de 2011 dans l’implantation cisjordanienne d’Itamar, lorsque cinq membres d’une famille, dont trois enfants, ont été assassinés par un intrus palestinien.

« La vigilance de l’agent de sécurité communautaire a sauvé des vies et empêché un incident de grande ampleur », a-t-il déclaré au journal Maariv.

Il a déclaré que la réaction vive des agents de la sécurité communautaire suite à l’infiltration était ce qui avait fait la différence entre « un incident classé ou une famille endeuillée et des combats avec Gaza ».

Bien que des Palestiniens tentent régulièrement de pénétrer en Israël depuis Gaza, il est très rare qu’ils arrivent aussi loin en territoire israélien sans être vus et détenus par les troupes israéliennes.

Selon Kan, le suspect serait entré dans la zone près du passage de Kerem Shalom. Il aurait été en possession de documents d’identification indiquant qu’il était originaire de la région de Rafah, dans le sud de Gaza.

Le permis de port d’armes de Dustov a été révoqué à la suite d’un incident au cours duquel il aurait sorti son arme lors d’une confrontation avec des Bédouins locaux.

« C’est irréel, tout simplement irréel », a commenté Dustov au sujet de la manière dont il a continué son travail tout au long de l’année sans arme à feu.

Il y a à peine une semaine, il avait averti qu’il ne pouvait pas poursuivre son travail sans arme à feu et avait déposé une demande officielle pour pouvoir récupérer son arme, notant que lors du récent conflit avec la bande de Gaza, il avait été appelé en tant que réserviste et qu’une arme lui avait été remise. Suite au cessez-le-feu, l’arme lui a cependant été reprise.

L’incident s’est produit alors qu’une grande partie du sud d’Israël est restée sur le qui-vive, moins de 10 jours après la fin d’une série de combats intenses entre Israël et le groupe terroriste du Hamas, qui dirige la bande de Gaza.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...