Un chauffard accusé d’homicide involontaire après la mort d’une mère et son bébé
Rechercher

Un chauffard accusé d’homicide involontaire après la mort d’une mère et son bébé

Près de deux mois après avoir heurté à toute allure le véhicule de la famille Rimel sur une autoroute de Cisjordanie, Tareq Kurd a été inculpé de dix chefs d'accusation différents

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Tareq Kurd, 19 ans, originaire de Jérusalem-Est, arrive pour une audience au tribunal de district de Jérusalem le 22 janvier 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Tareq Kurd, 19 ans, originaire de Jérusalem-Est, arrive pour une audience au tribunal de district de Jérusalem le 22 janvier 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les procureurs de l’Etat ont mis en examen mercredi un automobiliste ayant tué une mère et son bébé de trois semaines lorsqu’il a percuté le véhicule de leur famille sur une route principale de Cisjordanie à une vitesse de 170 kilomètres à l’heure le mois dernier.

Tareq Kurd est inculpé de deux chefs d’accusation d’homicide par négligence – chaque chef entraînant une peine maximale de 12 ans de prison – pour la mort de Tzippi Rimel, 34 ans, et de son nouveau-né Noam.

Le conducteur de 19 ans, originaire de Jérusalem-Est, a également été accusé de huit autres chefs d’accusation, dont ceux liés aux blessures causées aux deux autres membres de la famille dans la voiture. Le mari de Tzippi, Ephraim, 35 ans, et son fils Itai, 12 ans, ont survécu à l’accident, mais le premier a été paralysé à partir de la taille tandis que le second reste dans un état grave à l’unité de soins intensifs du centre médical Shaare Zedek.

Selon l’acte d’accusation, Kurd avait obtenu son permis peu avant l’accident et n’avait pas d’expérience significative de la conduite d’une voiture manuelle. Néanmoins, il a choisi d’emmener sa Volkswagen récemment achetée pour un « test » dans la nuit du 4 au 5 décembre. Il testait sa réactivité à différentes vitesses sur la route 443 lorsqu’il a atteint une intersection à l’extérieur du village de Givat Zeev. Là, la voiture de la famille Rimel était arrêtée à un feu rouge avec plusieurs autres véhicules. Il n’a pas réussi à s’arrêter à temps et a percuté leur véhicule, qui a été propulsée 35 mètres plus loin, heurtant un autre véhicule au passage, selon l’acte d’accusation.

Tzippi Rimel, à gauche, avec sa fille Noam. (Autorisation)

Les décès de Tzippi et Noam Rimel ont été prononcés sur place, tandis qu’Ephraim et Itai ont été conduits d’urgence à l’hôpital dans un état grave.

Kurd, qui a été modérément blessé dans l’accident, conduisait sans assurance au moment de l’accident, selon l’acte d’accusation.

En déposant les charges contre le suspect, l’accusation a demandé que son assignation à résidence soit prolongée jusqu’à la fin des poursuites engagées contre lui et que son permis de conduire lui soit retiré définitivement.

Ephraim Rimel (au centre, assis) s’adresse aux journalistes du Centre médical Shaare Zedek le 20 janvier 2020. (Crédit : Shaare Zedek)

Après l’accident, les voisins des Rimel dans l’implantation de Halamish, également connue sous le nom de Neve Tsuf, ont lancé une collecte de fonds pour aider la famille à payer les frais médicaux en pour venir en aide aux trois enfants – âgés de 9, 7 et 3 ans – qui n’étaient pas avec leurs parents au moment de l’accident. La collecte a pris lundi avec plus d’un million de dollars de dons.

Tzippi Rimel enseignait l’anglais dans une école locale de Halamish. Elle et son mari avaient été coordinateurs de la jeunesse dans la communauté et émissaires auprès de la communauté juive de Chicago.

Les secours et la police sur les lieux d’un accident de voiture meurtrier entre deux véhicules privés sur la Route 433, près de Givat Zeev, qui a fait deux morts, le 1er décembre 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...