Un conseil étudiant de Yale approuve un communiqué accusant Israël de « génocide »
Rechercher

Un conseil étudiant de Yale approuve un communiqué accusant Israël de « génocide »

Deux groupes juifs du campus condamnent la résolution aux "relents antisémites"

Les partisans de la marche palestinienne à New York, le 20 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Craig Ruttle)
Les partisans de la marche palestinienne à New York, le 20 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Craig Ruttle)

JTA — Le conseil des étudiants de Yale a approuvé un communiqué émis par un groupe pro-palestinien du campus a qui accusé Israël « de génocide, de nettoyage ethnique et d’apartheid ».

Deux organisations juives de Yale ont pour leur part dénoncé une résolution aux « relents antisémites ».

Le Yale College Council, autorité qui représente les étudiants de premier cycle, a approuvé le communiqué, dimanche, qui avait été écrit par le groupe Yalies 4 Palestine, par un vote de 8 voix « pour » et de 3 voix « contre » – et 4 abstentions, a noté le Forward.

Cette résolution sous forme de communiqué avait été émise le 12 mai, pendant le conflit opposant Israël et les groupes terroristes de la bande de Gaza.

« Yalies 4 Palestine » y affirmait « qu’en tant qu’étudiants de Yale, nous condamnons l’injustice, le nettoyage ethnique et le génocide qui se déroulent actuellement en Palestine ».

Les actions entreprises par l’État juif pendant le conflit étaient aussi comparées aux violences policières exercées contre les Afro-américains.

« Tout comme les militaires israéliens imposent le système d’apartheid aux Palestiniens, la police américaine impose la suprématie blanche aux Afro-Américains », poursuivait le communiqué. Un certain nombre d’organisations de gauche, sur le campus, avaient ensuite approuvé le communiqué. Une organisation d’étudiants et d’anciens élèves antisionistes avaient ensuite émis leur propre déclaration en soutien à la résolution avancée par Yalies 4 Palestine.

Pour sa part, le groupe Hillal s’était rassemblé sur le campus pour dénoncer le communiqué. Lorsque ce dernier a été approuvé, il a rejoint l’organisation Joseph Slifka Center for Jewish Life, à Yale, pour le condamner pour ses « relents antisémites ».

« Cette résolution présente l’État juif comme un agent des forces les plus mauvaises dans le monde et comme étant coupable des crimes les plus innommables – en d’autres mots, comme étant diabolique », disait la réponse des deux groupes qui a été citée par le Forward . « Cette généalogie peut paraître invisible à ses auteurs et à ses adhérents parce que la perfidie démesurée attribuée à l’État juif est formulée à l’aide de termes distinctement contemporains – mais elle nous apparaît à nous de manière claire, terrifiante et familière. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...