Un couple de sans-abri attaque des fidèles d’une synagogue de Buenos Aires
Rechercher

Un couple de sans-abri attaque des fidèles d’une synagogue de Buenos Aires

Après que la femme a été invitée à sortir du lieu de prière, son ami a brisé une bouteille, proféré menaces et injures ; il a été neutralisé par les fidèles avant d'être arrêté

Buenos Aires. (CC-BY-SA Patricio Dünkler/Wikipedia)
Buenos Aires. (CC-BY-SA Patricio Dünkler/Wikipedia)

BUENOS AIRES, Argentine – Un couple de sans-abri est entré dans une synagogue de Buenos Aires et a menacé les fidèles qui s’y trouvaient.

L’attaque s’est déroulée vendredi soir, dans la synagogue orthodoxe Mikdash Yosef, dans le quartier de Palermo.

Une femme est entrée dans la synagogue pendant l’office de vendredi soir, et a été invitée, par les fidèles, à sortir. Après la prière, alors que des fidèles étaient sur le trottoir, devant la synagogue, un sans-abri, identifié comme un ami de la femme, a brisé une bouteille et menacé les membres de la communauté, proféré insultes et menaces, et jeté des pierres. Le rabbin de la synagogue, Uriel Husni, a attrapé l’homme et a été blessé dans l’altercation. L’agresseur a été neutralisé par les fidèles jusqu’à l’arrivée de la police.

Différentes versions de l’incident ont circulé après la sortie de Shabbat sur les réseaux, notamment sur la teneur antisémite des injures. Les premières versions suggéraient que l’attaque était préméditée et de nature antisémite. Mais dimanche matin, certains témoins ont fait état d’une bataille de rue impliquant des sans-abri en état d’ébriété.

Cet incident a soulevé des questions sur l’antisémitisme qui sévit en Argentine. Le rapport annuel sur l’antisémitisme par le Center for Social Studies of the Delegation of Argentine Israelites Associations (DAIA), un groupe juif, a révélé qu’en 2017 les actes antisémites avaient grimé de 14 % par rapport à l’année précédente.

L’attaque de Mikdash Yosef diffère, parce que c’est une attaque physique menée contre des Juifs, alors que les plupart des attaques en Argentine consistent en un usage du discours raciste. Le rapport du DAIA a également montré que près de 90 % des 404 plaintes portaient sur l’antisémitisme en ligne, sur les réseaux sociaux ou les sites d’information. Le rapport sur l’année 2018 n’a pas encore été publié.

Récemment, le grand-rabbin d’Argentine a fait l’objet d’une attaque, initialement jugée antisémite, mais il s’est avéré que ce n’était pas le cas.

Le DAIA a déclaré lundi que la détérioration de la situation socio-économique a déclenché l’attaque.

« La situation appauvrie de notre République provoque, dans certains secteurs de la société en situation de marginalisation, l’invocation d’autres préjugés ancrés dans la société », a déclaré la Delegation of Argentine Israelites Associations dans un communiqué, qui attribue à l’attaque le caractère antisémite.

Le communiqué de la DAIA préconise également que l’éducation soit utilisée pour aider l’Argentine à traverser « ce moment difficile en paix », avec comme objectif, de « prendre soin de notre communauté, avec les agences gouvernementales chargés de ce domaine ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...