Un employé de Haaretz entendu pour un texte appelant à la violence contre Israël
Rechercher

Un employé de Haaretz entendu pour un texte appelant à la violence contre Israël

Jonathan Pollak fait l'objet d'une enquête pour incitation au terrorisme après avoir appelé les lecteurs à s'attaquer aux soldats israéliens

Le militant israélien Jonathan Pollak sort du tribunal de Jérusalem. Il a été arrêté dans le cadre d'une campagne juridique par Ad Kan, le 15 janvier 2020. (Photo de Yonatan Sindel/Flash90)
Le militant israélien Jonathan Pollak sort du tribunal de Jérusalem. Il a été arrêté dans le cadre d'une campagne juridique par Ad Kan, le 15 janvier 2020. (Photo de Yonatan Sindel/Flash90)

Un activiste de gauche et employé du quotidien Haaretz a été interrogé par la police pour des soupçons d’incitation au terrorisme. Il avait publié un article d’opinion dans lequel il appelait les lecteurs à rejoindre ceux qui attaquent des soldats israéliens avec des pierres et des cocktails Molotov.

Haaretz a rapporté que Jonathan Pollak faisait l’objet d’une enquête après qu’il a écrit dans une tribune publiée sur le site internet de Haaretz : « Nous devons dépasser les limites et enfreindre la loi. Malgré le prix à payer, nous devons rejoindre les enfants des pierres et des cocktails Molotov. Nous devons suivre leur chemin ».

Haaretz a noté que l’article avait été téléchargé accidentellement sur le site sans la relecture d’autres journalistes. Le quotidien a assuré que les phrases avaient été retirées du texte peu après sa publication en ligne et qu’elles n’apparaissaient pas dans la version papier.

Le journal lui-même n’est pas poursuivi dans l’affaire.

Jonathan Pollak fait également l’objet d’une enquête sur des allégations selon lesquelles il aurait participé, pendant des années, à des manifestations violentes organisées contre les forces de sécurité par un groupe anarchiste.

Des émeutiers lancent des pierres et des cocktails Molotovs sur les soldats israéliens dans le village de Shuweika en Cisjordanie, la ville originaire du terroriste qui a tué deux Israéliens dans la zone industrielle de Barkan le 7 octobre 2018. (AFP PHOTO / JAAFAR ASHTIYEH)

Pollak est un critique de longue date des politiques d’Israël à l’égard des Palestiniens. Il est le fondateur des « Anarchistes contre le mur », un groupe anti-sioniste qui s’oppose à la barrière de sécurité en Cisjordanie et celle séparant Israël de la bande de Gaza.

En janvier, le ministre de la Défense Naftali Bennett avait ordonné aux forces de sécurité d’interdire aux Anarchistes contre le mur, dont Pollak, d’entrer en Cisjordanie.

Bennett a accusé le groupe d’être à l’origine de « violentes provocations » chaque semaine dans un certain nombre de villages palestiniens. Il a déclaré que, selon les informations qu’on lui avait montrées, notamment par des vétérans invalides de Tsahal, les violences présumées visaient à blesser des soldats israéliens, à endommager des biens et à « nuire gravement à l’image publique » d’Israël dans le monde.

Pollak a participé pendant de nombreuses années aux manifestations palestiniennes hebdomadaires à proximité de Nabi Saleh en Cisjordanie. En 2001, il a passé trois mois en prison pour avoir pris part à des rassemblements illégaux. Il soutient le mouvement de boycott du BDS contre Israël.

Il travaille comme graphiste chez Haaretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...