Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Un groupe juif affirme avoir informé le FBI en amont de l’arrestation d’un néo-nazi

La CSI affirme que Ryan Scott Bradford, arrêté en possession d'armes à feu, de munitions, de propagande nazie et d'une bombe artisanale, avait un comportement inquiétant en ligne

Capture d'écran d'une vidéo de KTLA5 montrant des imprimantes 3D saisies au domicile de Ryan Scott Bradford, dont l'une est clairement ornée d'une croix gammée. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Capture d'écran d'une vidéo de KTLA5 montrant des imprimantes 3D saisies au domicile de Ryan Scott Bradford, dont l'une est clairement ornée d'une croix gammée. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

JTA – Une agence de sécurité juive s’attribue le mérite d’avoir informé le FBI de l’existence d’un homme associé à un groupe suprématiste blanc qui possédait un stock d’armes et de propagande nazie à son domicile de la région de Los Angeles.

Ryan Scott Bradford a été accusé le mois dernier de conspiration en vue de distribuer de la méthamphétamine et d’être un criminel en possession de munitions. Mais le FBI et la police de Los Angeles ont trouvé bien plus que de la drogue et des balles lorsqu’ils ont perquisitionné son domicile le 27 juillet, selon la plainte déposée devant un tribunal fédéral. Ils y ont également découvert cinq interrupteurs permettant de convertir des armes semi-automatiques en armes automatiques, deux imprimantes 3D, dont l’une flanquée de croix gammées, des affiches d’Adolf Hitler, des drapeaux nazis et un calendrier portant une note manuscrite indiquant « Résolution du Nouvel An : S’emparer du monde – sauver la race aryenne *Casser tous les Juifs* ».

Lorsque les agents ont repéré une bombe artisanale, ils ont temporairement fermé les rues entourant la résidence de Bradford.

« Comme on l’a dit, ce criminel condamné, affilié à un groupe suprémaciste blanc violent qui prône des actes de violence horribles contre les Juifs, semble fabriquer des armes à feu et posséder un engin explosif improvisé », a déclaré le procureur Martin Estrada dans un communiqué annonçant l’arrestation de Bradford. « Le danger potentiel pour la communauté ne peut être surestimé. »

Les documents d’inculpation ne précisent pas quand le FBI a commencé à surveiller Bradford. Mais selon la Community Security Initiative (CSI), un groupe de surveillance de la Fédération juive de Los Angeles qui surveille les menaces contre la communauté juive et fournit des formations sur la sécurité aux Juifs et aux institutions juives, le FBI savait qu’il fallait enquêter sur lui, grâce au travail de la CSI.

Un analyste de la CSI a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que le groupe de surveillance avait identifié Bradford comme une menace possible en raison de son utilisation des réseaux sociaux. Il a utilisé des mots-clés de la CSI et a exprimé des « menaces implicites à l’encontre de la communauté juive », a déclaré l’analyste, qui a requis l’anonymat pour des raisons de sécurité.

« C’est une chose de publier des contenus et des images antisémites. C’en est une autre d’entrer un peu plus dans les détails de sa propre histoire et de faire une fixation sur une certaine communauté – cela [nous] a [immédiatement] sauté aux yeux », a déclaré l’analyste. « Cela a augmenté avec le temps, je ne dirais pas de façon spectaculaire, mais c’était une escalade qui a continué à augmenter en intensité et en fréquence. »

Le bureau du FBI à Los Angeles a refusé de discuter de l’enquête en cours ou du rôle joué par le groupe de sécurité juif dans la surveillance de Bradford.

« Le FBI s’appuie toujours sur la communauté comme source de renseignements », a écrit un porte-parole dans un courriel adressé à la JTA. « Dans de nombreux cas, la communauté nous sert d’yeux et d’oreilles et nous prenons très au sérieux les informations qui nous sont communiquées. Bien que je ne puisse pas entrer dans les détails de notre enquête en cours afin de protéger les droits de l’accusé, je peux confirmer que le FBI s’appuie régulièrement sur les tuyaux/informations du public et, lorsqu’ils sont corroborés, peut agir sur ces informations. »

Image de KCAL du domicile de Ryan Scott Bradford, qui a exprimé le désir « de tuer tous les Juifs », à Reseda, Los Angeles. (Crédit : Capture d’écran YouTube ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Cette affaire est au moins la deuxième au cours des derniers mois où des groupes de sécurité juifs ont déclaré que leur surveillance des menaces contre les Juifs en ligne avait abouti à des arrestations par les forces de l’ordre. En novembre, une information émanant de l’antenne new-yorkaise de la CSI avait conduit à l’arrestation d’un homme qui aurait prétendu vouloir « tirer sur une synagogue ».

L’initiative de sécurité de la Fédération juive de Los Angeles date d’une dizaine d’années, mais ces dernières années, des investissements considérables dans les efforts de sécurité juive ont permis une surveillance similaire dans d’autres lieux, ainsi qu’une surveillance plus intensive au niveau national. Le Secure Community Network (SCN), qui coordonne la sécurité des institutions juives au niveau national, a ouvert un « centre de commandement » à Chicago en 2021. La même année, les Jewish Federations of North America (JFNA) ont lancé leur propre initiative de sécurité, LiveSecure, forte de 130 millions de dollars pour renforcer les institutions juives. Ces initiatives font suite aux attaques antisémites perpétrées contre les synagogues de Pittsburgh et de Poway, en Californie, et s’inscrivent dans un contexte d’augmentation des activités des suprémacistes blancs et des incidents antisémites signalés.

La police scientifique a déclaré qu’entre 2021 et 2023, Bradford a publié de nombreux messages et photographies en ligne sous diverses itérations du nom d’utilisateur « Peckerwood » – une référence aux San Fernando Valley Peckerwoods, un groupe extrémiste violent à motivation raciale basé dans le comté de Los Angeles. Il a également indiqué qu’il utilisait une imprimante 3D pour fabriquer des armes à feu et qu’il appelait au meurtre de masse des Juifs.

Ce ne sont pas toutes les activités en ligne inquiétantes qui amènent la CSI à contacter les forces de l’ordre. « L’individu doit avoir la capacité, l’intention et l’opportunité », a déclaré l’analyste à la JTA à propos des normes de la CSI pour signaler une menace au FBI. La CSI a déposé son premier rapport d’activité suspecte auprès du FBI en mars 2022, a déclaré l’organisation.

En juillet, selon la plainte pénale, Bradford a publié sur Telegram : « Prêts à tuer des Juifs avec nous ? Les garçons blancs vont donner le coup d’envoi, nous en avons assez de ces conneries de kike [considéré par certains historiens comme une insulte typiquement américaine], et vous ? »

En septembre, Bradford a commencé à poster des liens vers des manuels d’instruction pour des explosifs sur l’application de messagerie cryptée basée sur le cloud Telegram, selon la plainte pénale. Cela a suffi à la CSI pour compiler un autre rapport d’activités suspectes à l’intention des forces de l’ordre, selon l’analyste.

L’analyste a comparé le travail du groupe à celui de simples citoyens, déclarant que la surveillance en ligne « c’est comme être dans un parc, regarder le cirque passer et noter des informations au fur et à mesure ».

La Community Security Initiative de Los Angeles surveille les menaces qui pèsent sur la communauté juive et dispense des formations sur la sécurité aux Juifs et aux institutions juives. (Crédit : Fédération juive du Grand Los Angeles via JTA)

« Nous ne faisons pas de surveillance en tant que telle », a déclaré l’analyste. « Nous faisons ce que tout citoyen a le droit de faire, c’est-à-dire rechercher des informations de sources ouvertes, les rassembler et les soumettre. »

À partir de là, les services répressifs remontent la piste. Dans le cas de Bradford, les agents ont trouvé des preuves de trafic de drogue dans ses communications, ce qui a conduit à une arrestation et à des poursuites judiciaires.

« L’accusé est un antisémite autoproclamé associé à un groupe suprémaciste blanc qui prône la haine des Juifs et d’autres minorités », a déclaré Donald Alway, directeur-adjoint chargé du bureau local du FBI à Los Angeles, dans un communiqué.

« Les discours haineux qui franchissent la ligne de la violence attireront l’attention des forces de l’ordre et ceux qui s’engagent dans un tel extrémisme seront tenus pour responsables s’ils mettent en œuvre leur violente rhétorique. »

Estrada, le procureur chargé de l’affaire, a indiqué dans sa déclaration que d’autres inculpations pourraient suivre.

« Nous continuerons à enquêter sur cette affaire afin que l’accusé soit tenu responsable de ses crimes et que notre communauté soit à l’abri des actes de violence motivés par une idéologie raciste et haineuse », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.