Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Un groupe juif révèle une hausse des actes antisémites en Pologne – étude

Le premier rapport d’enquête de ce type dénombre 488 actes antisémites en Pologne en 2022, soit plus de quatre fois le total cité par l'Union européenne l'année précédente

Un graffiti trouvé à Varsovie indiquant "Morawiecki est Habad Loubavitch", en référence au Premier ministre non-juif du pays, Mateusz Morawiecki, et au mouvement hassidique Habad Loubavitch. (Crédit : Czulent via JTA)
Un graffiti trouvé à Varsovie indiquant "Morawiecki est Habad Loubavitch", en référence au Premier ministre non-juif du pays, Mateusz Morawiecki, et au mouvement hassidique Habad Loubavitch. (Crédit : Czulent via JTA)

VARSOVIE, Pologne (JTA) – Une association juive a publié le premier rapport sur l’antisémitisme réalisé avec la contribution directe des organisations de la communauté juive polonaise, dénombrant 488 incidents en 2022 soumis via un portail en ligne et recueillis par le biais d’entretiens approfondis avec des membres de la communauté.

Le nombre total d’incidents publié lundi par l’Association juive de Czulent est plus de quatre fois supérieur au nombre d’incidents signalés en 2021 par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (UE).

L’auteure principale du rapport, Anna Zielińska, a déclaré que 86 % des incidents impliquaient du harcèlement et des insultes en ligne. Elle a ajouté que le mot « juif » est fréquemment utilisé en ligne pour qualifier un « ennemi » de « déloyal, étranger ou anti-patriotique ».

« Il n’y a pas un homme politique polonais qui n’ait pas été traité de juif », a déclaré Zielińska à la Jewish Telegraphic Agency.

Le rapport 2022 de Czulent fait état d’une agression ayant entraîné des blessures, de quatre attaques violentes, de 20 menaces, de 34 cas de dommages à des biens juifs et à des sites commémoratifs, de 68 cas d’envois massifs de messages antisémites et de 372 cas de comportement « abusif ».

Zielińska a déclaré qu’il n’y avait aucun moyen de connaître le nombre réel d’incidents antisémites qui se produisent parce que « Internet est un puits de haine sans fond ».

Elle est convaincue que Czulent, une organisation non gouvernementale qui promeut la tolérance et coopère étroitement avec les communautés juives polonaises, n’a fait qu’effleurer la surface du problème.

« À maintes reprises, lorsque j’ai interrogé des personnes, elles m’ont dit qu’elles hésitaient à signaler des incidents parce que cela ne changerait rien », a déclaré Zielińska, membre de la communauté juive de Varsovie, l’un des nombreux groupes communautaires regroupés au sein de l’Union des communautés religieuses juives de Pologne.

Des juifs priant dans un centre Habad à Cracovie, en Pologne, le 8 novembre 2021. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

« Les discours de haine antisémites font davantage partie du discours public qu’il y a dix ans », a-t-elle ajouté, et se concentrent sur des théories du complot telles que l’implication des Juifs dans la pandémie de COVID-19.

Le rapport Czulent a recensé 84 cas de déclarations publiques antisémites qui étaient également anti-ukrainiennes.

Lorsque le président polonais Andrzej Duda et le Premier ministre Mateusz Morawiecki ont rencontré au début du mois le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui est juif, les dirigeants polonais ont été accusés en ligne de servir des causes juives, selon Zielińska.

« Le contexte de la guerre russo-ukrainienne a été utilisé pour attaquer les Juifs plus librement et apparemment légalement », a déclaré Zielińska. « L’antisémitisme est ainsi utilisé pour décourager le public de soutenir les réfugiés ukrainiens. »

Au cours des quatre dernières années, certains des propos antisémites les plus médiatisés dans l’arène politique ont été proférés par Grzegorz Braun, un dirigeant du Parti de la liberté et de l’indépendance de la Confédération, un parti d’extrême-droite.

La cible la plus récente de Braun a été les réfugiés ukrainiens, qu’il accuse de vouloir créer un « Ukro-Poland » – une référence à « Judeo-Poland », une expression popularisée au début du XXe siècle par des politiciens qui affirmaient que les Juifs voulaient remplacer la Pologne par leur propre État.

En 2019, alors qu’il faisait campagne, Braun a déclaré que les États-Unis étaient un « outil politique et militaire du chantage juif contre la Pologne » et a écrit que « les Juifs ont mené une guerre contre la nation polonaise pendant des siècles, en fait contre l’ensemble du monde chrétien ».

Son parti, appelé Confédération en Pologne, est le troisième parti le plus populaire du pays, avec le soutien de 11 % de l’électorat, selon une enquête réalisée en mars par l’agence indépendante de sondage Ipsos.

Lors des prochaines élections législatives de l’automne, certains analystes ont prédit que le parti de droite au pouvoir, Droit et Justice, qui consacre des fonds importants à la culture et aux monuments juifs, aura besoin du soutien de la Confédération et de ses électeurs pour former un gouvernement. C’est l’une des raisons pour lesquelles certains dirigeants de Droit et Justice ont parfois fermé les yeux sur l’antisémitisme, selon les critiques du parti.

« Nous avons écrit à Droit et Justice qu’il y avait des commentaires antisémites sur leur fil Facebook et ils ne les ont pas supprimés », a ajouté Zielińska.

« Au cours des cinq dernières années, des développements politiques spécifiques ont alimenté les attitudes négatives à l’égard des Juifs », a-t-elle noté. En 2019, des milliers de nationalistes polonais ont manifesté devant l’ambassade des États-Unis à Varsovie contre les efforts déployés par les États-Unis pour obliger la Pologne à indemniser les Juifs dont les familles ont perdu des biens pendant la Shoah.

Michael Schudrich, le Grand Rabbin de Pologne, a déclaré que, bien qu’il reconnaisse que le discours public en ligne en Pologne puisse être antisémite, les actes violents d’antisémitisme étaient rares.

En 2006, un homme qui a crié « la Pologne est pour les Polonais » a frappé Schudrich et l’a attaqué avec un spray au poivre.

« Des milliers de hassidim viennent en Pologne chaque année pour divers anniversaires et il n’y a jamais eu de véritable problème », a-t-il déclaré. « Quant à moi, la seule fois où quelqu’un m’a attaqué, c’était sous un gouvernement de gauche. »

Il a déclaré qu’il ne voyait aucune preuve de la montée de l’antisémitisme en Pologne, mais qu’il pensait que la promotion par le gouvernement d’un récit patriotique nationaliste du passé – axé sur l’héroïsme polonais pendant la Shoah – et la cour faite à l’extrême-droite avaient eu des conséquences.

« Les antisémites se sentent aujourd’hui plus à même de dire ce qu’ils pensent », a-t-il déclaré.

Les estimations du nombre de Juifs en Pologne vont de plus de 15 000, selon un recensement gouvernemental, à moins de 10 000, selon le Congrès juif mondial.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.