L’Israélien mort à la frontière égyptienne était un adolescent de 15 ans
Rechercher

L’Israélien mort à la frontière égyptienne était un adolescent de 15 ans

Le jeune Israélien tué lors de l’incident transfrontalier s’appelait Nimer Abu Amar, âgé de 15 ans et était originaire de Lakiya dans le sud d’Israël

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le mont Harif et la route longeant la frontière entre Israël et l'Egypte. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Le mont Harif et la route longeant la frontière entre Israël et l'Egypte. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Un Israélien, qui travaillait pour une société de construction à la frontière égyptienne, a été tué par balle mardi, a indiqué l’armée israélienne soulignant que l’incident « ne serait pas lié à des activités terroristes ».

Le ministère de la Défense avait plus tôt fait état d’une « personne blessée par balle, employée par une entreprise civile de construction travaillant sur la barrière de sécurité à la frontière égyptienne », sans donner plus de détails sur l’incident.

Une porte-parole militaire avait par la suite confirmé que l’homme avait succombé à ses blessures et que les tirs provenaient du côté égyptien de la frontière.

L’Israélien avait été transporté par hélicoptère au centre médical Soroka de Beer Sheva, avait annoncé l’armée.

Le ministère de la Défense a ensuite indiqué dans un communiqué qu’il s’agissait d’un adolescent de 15 ans, prénommé Nimer Abu Amar et qui était originaire de Lakiya dans le sud d’Israël. Le ministère a ajouté qu’il n’était pas employé par le ministère, mais qu’il était plutôt un sous-traitant civil travaillant pour le ministère de la Défense.

L’incident rappelle une agression de la Syrie sur le plateau du Golan israélien qui, en juin 2014, avait causé la mort de Mohammed Karkara, âgé de 15 ans, qui accompagnait son père, un entrepreneur civil, venu travailler pour des réparations sur la barrière frontalière.

« Selon des premières indications, l’incident n’est apparemment pas lié à des activités terroristes », affirme l’armée israélienne dans un communiqué ajoutant qu’elle menait une enquête « en coordination avec l’armée égyptienne ».

Des sources de sécurité égyptiennes ont signalé à Sky News Arabia que les coups de feu tirés lors d’un affrontement entre les passeurs et les gardes-frontières égyptiens ont tué un entrepreneur civil israélien.

Selon le reportage en arabe, les passeurs ont ouvert le feu sur un groupe d’entrepreneurs israéliens au cours de la fusillade, avant que les forces égyptiennes ne répondent à leurs tirs.

L’armée israélienne est actuellement en contact avec l’armée égyptienne pour faire la lumière sur les détails de l’incident.

Les tirs se sont produits dans la région du Mont Harif au centre de la frontière de 240 km séparant Israël de la péninsule du Sinaï.

En 2012, trois hommes, lourdement armés et infiltrés en Israël dans ce secteur avaient été tués, ainsi qu’un soldat israélien, dans une attaque revendiquée par un groupe jihadiste.

Deux soldats israéliens avaient été blessés en octobre 2014 à la frontière avec l’Egypte par des hommes non identifiés qui avaient ouvert le feu et tiré un missile antichar sur leur véhicule depuis le Sinaï égyptien lors d’une tentative de contrebande de drogue.

L’Egypte et la Jordanie sont les deux seuls pays arabes à avoir conclu un accord de paix avec Israël. D’autres frontières israéliennes, avec le Liban, la Syrie ou la bande de Gaza, sont aussi sous tension.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...