Un militant anti-vaccin tente d’attaquer le rabbin Edelstein à son domicile
Rechercher

Un militant anti-vaccin tente d’attaquer le rabbin Edelstein à son domicile

L'agresseur présumé a été arrêté après avoir injurié l'éminent rabbin, qui est favorable à la vaccination, et avoir tenté de l'agresser ; des proches du rabbin l'ont repoussé

Le Rabbi Gershon Edelstein, directeur de la yeshiva Ponovitz, chez lui après avoir allumé les bougies le quatrième soir de Hanoukkah, à Bnei Brak, le 5 décembre 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)
Le Rabbi Gershon Edelstein, directeur de la yeshiva Ponovitz, chez lui après avoir allumé les bougies le quatrième soir de Hanoukkah, à Bnei Brak, le 5 décembre 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

Un homme a été arrêté mercredi après qu’il a tenté d’attaquer un éminent rabbin, favorable à la vaccination, à son domicile de Bnei Brak.

L’incident s’inscrit dans un contexte d’inquiétude croissante concernant des menaces proférées à l’encontre de hauts responsables médicaux de la part de citoyens opposés à la campagne de vaccination de masse du pays, qui vise à vacciner l’ensemble de la population âgée de plus de 16 ans d’ici la fin du mois d’avril.

L’homme, âgé d’une vingtaine d’années, a été arrêté par la police après avoir tenté d’agresser le rabbin Gershon Edelstein, 97 ans, ont rapporté les sites d’information B’Hadrey Haredim et Kikar HaShabbat, qui sont destinés à la communauté ultra-orthodoxe.

Les membres de la famille d’Edelstein ont réussi à repousser l’homme, et ont ensuite appelé la police lorsqu’il a tenté de s’en prendre à nouveau au rabbin à l’extérieur du bâtiment de la rue Ra’abad, dans la ville majoritairement ultra-orthodoxe.

Les agents sont arrivés sur les lieux et ont trouvé un homme « criant et se déchaînant », a rapporté un communiqué de la police, qui a confirmé que l’homme était opposé à la vaccination.

Les agents l’ont emmené pour interrogatoire, a indiqué la police.

Edelstein, l’un des chefs de file du courant lituanien (non hassidique) de l’ultra-orthodoxie et directeur de la célèbre Yeshiva Ponevezh, donnait un cours à son domicile lorsque l’homme est arrivé et a tenté de l’attaquer, selon des témoins.

L’homme aurait crié des slogans contre le vaccin contre le coronavirus et contre les hommes ultra-orthodoxes qui servent dans l’armée israélienne – un sujet très controversé au sein de la communauté, qui cherche largement à être exemptée du service militaire obligatoire dans le pays.

Une personne reçoit une pizza après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer-BioNtech contre le coronavirus, aux services de santé Clalit de la ville israélienne de Bnei Brak, le 15 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)

En décembre, Edelstein était l’un des trois grands rabbins ultra-orthodoxes à avoir recommandé à leurs communautés de se faire vacciner contre le coronavirus. Les deux autres étaient les rabbins Chaim Kanievsky et Shalom Cohen.

L’Association médicale israélienne a demandé mercredi que soit engagée une enquête criminelle pour menaces et incitation à la violence par les anti-vaccins à l’encontre des professionnels de santé qui encouragent la vaccination.

La veille, la professeure Galia Rahav, membre du panel du ministère de la Santé, a révélé qu’elle faisait l’objet de menaces de la part de militants anti-vaccination.

Selon la Douzième chaîne, Sharon Alroy-Pries, responsable de la santé publique au sein du ministère, aurait également reçu des messages incitant à la haine sur les réseaux sociaux.

Les médecins ont également été comparés à des nazis. Le professeur épidémiologiste Hagai Levine, qui dirigeait autrefois le syndicat des médecins, a déclaré à la Douzième chaîne avoir reçu des appels téléphoniques et des commentaires en ligne dans lesquels on le comparait au criminel de guerre nazi Josef Mengele, à l’origine d’expériences médicales sur des êtres humains.

D’autres médecins sont accusés à tort d’avoir des intérêts financiers dans des sociétés pharmaceutiques qui produisent des vaccins.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...