Un militant de gauche arrêté par la police en Cisjordanie
Rechercher

Un militant de gauche arrêté par la police en Cisjordanie

Jeff Halper affirme que les policiers l’ont arrêté et l’ont fouillé car il défendrait le boycott d’Israël

Jeff Halper, du Comité israélien contre la démolition de maisons, pendant la conférence Zochrot, le 29 septembre 2013. (Crédit : Zochrot/Eleonor Merza)
Jeff Halper, du Comité israélien contre la démolition de maisons, pendant la conférence Zochrot, le 29 septembre 2013. (Crédit : Zochrot/Eleonor Merza)

Un militant israélo-américain de gauche a été arrêté lundi par la police en Cisjordanie, a aurait affirmé que les policiers le suspectaient d’être en possession de « documents liés au BDS », le mouvement de Boycott, Désinvestissements et Sanctions contre Israël.

Jeff Halper, cofondateur du Comité israélien contre les démolitions de maisons, a déclaré à Haaretz qu’il avait été arrêté par la police après avoir dirigé une visite de groupe près de l’implantation de Maale Adumim.

Il a déclaré que les policiers l’avaient sorti d’un bus en direction de Jérusalem et l’avait placé dans une camionnette de la police après avoir dit quelque chose sur le mouvement BDS, qui soutient la prise de sanctions contre Israël en raison des ses politiques en Cisjordanie.

Selon Halper, les policiers lui ont demandé s’il avait « des documents du BDS » dans son sac, avant de jeter au sol plusieurs de ses cartes.

L'implantation israélienne de Maale Adumim, en Cisjordanie, le 25 février 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L’implantation israélienne de Maale Adumim, en Cisjordanie, le 25 février 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Il a déclaré à Haaretz que la police avait refusé de lui dire pourquoi il était arrêté.

Un porte-parole de la police a été cité déclarant que Halper avait été arrêté pour des suspicions d’ « incitations » à la haine et/ou à la violence, et qu’une enquête supplémentaire serait probablement ouverte.

« Il n’y a pas d’enquête sur ce sujet. Il y a eu une information vérifiée par une patrouille. Une fois qu’il sera devenu évident qu’il n’a commis aucune infraction, il sera libéré », a déclaré le porte-parole.

Malgré plusieurs lois visant le mouvement BDS en Israël, notamment une législation adoptée ce mois-ci qui interdit l’entrée du pays aux partisans du boycott, la distribution de documents promouvant un boycott d’Israël ne serait pas illégale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...