Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Un mois après, les familles d’otages appellent à l’aide sur la scène internationale

Des rassemblements ont eu lieu en Israël, à New York, à Washington, et à Londres entre autres pour réclamer la libération des 240 otages ; le ministre Eli Cohen se rend à Bruxelles

Des personnes priant pour les otages d'Israël détenus par le Hamas lors d'une veillée au mur Occidental, à Jérusalem, le 7 novembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Des personnes priant pour les otages d'Israël détenus par le Hamas lors d'une veillée au mur Occidental, à Jérusalem, le 7 novembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Cela fait un mois qu’au moins 245 personnes en Israël ont été emmenées en captivité à Gaza. Les familles, les amis et les alliés des otages ont organisé des rassemblements et des veillées de prière en Israël et dans le monde entier pour demander leur libération, alors qu’Israël tente d’intensifier la pression diplomatique pour les faire libérer.

Mardi soir, au mur Occidental, les membres des familles des 240 personnes qui seraient encore retenues en otage à Gaza se sont rassemblés pour un office de prière et ont allumé un « flambeau de la vie » en priant désespérément pour leur retour immédiat et sécurisé.

Des rassemblements appelant à leur libération – et marquant le mois qui s’est écoulé depuis que plus de 1 400 personnes, pour la plupart des civils, ont été assassinées lors de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le sud d’Israël – ont eu lieu dans tout le pays.

Des manifestations et des veillées similaires ont été organisées à Rome, Berlin, Londres, New York, Washington, Rio de Janeiro et dans d’autres villes du monde.

Quatre des otages ont été libérés depuis le 7 octobre, et une soldate a été secouru lors d’une opération de Tsahal. Entre-temps, le ministère des Affaires étrangères a nommé un nouveau responsable pour diriger ses efforts diplomatiques concernant les otages, et le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, se rendra mercredi à Bruxelles pour s’adresser au Parlement européen à ce sujet.

Dans un discours prononcé mardi soir à une heure de grande écoute, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est adressé aux familles des otages : « Je veux que vous sachiez que nous travaillons de toutes les manières possibles, sur tous les fronts, pour ramener vos proches, nos proches, à la maison », a-t-il déclaré, évoquant les efforts militaires et diplomatiques.

Des centaines de personnes manifestant et exigeant la libération des otages à Gaza devant le siège de l’ONU, à New York, le 7 novembre 2023. (Crédit : Omer Kaplan)

Des centaines de personnes ont manifesté mardi devant le siège des Nations unies à New York pour demander la libération des otages et appeler le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à agir immédiatement face à ce qu’elles considèrent comme la plus grande prise d’otages de l’histoire moderne.

Manifestant au nom du Forum israélien des familles d’otages et de disparus, les manifestants ont brandi des affiches avec les photos de l’épouse et des enfants du secrétaire général de l’ONU, Guterres, étiquetés comme otages, avec la légende suivante : « Que feriez-vous si les membres de votre famille étaient retenus en otage ? » Certains manifestants se sont également bandé les yeux pour simuler les otages actuellement détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes à Gaza.

À Washington, devant le Capitole, un groupe de parents de certains des otages a tenu une conférence de presse mardi en présence de dirigeants républicains américains sur la colline du Capitole.

Doris Liber, citoyenne américaine, a raconté l’histoire de son fils Guy Iluz, âgé de 26 ans, dont on pense qu’il fait partie des otages à Gaza. Elle a indiqué qu’elle avait parlé à son fils pour la dernière fois après qu’il eut reçu une balle dans le bras lors du massacre perpétré par le Hamas lors du festival de musique du kibboutz Reim, le 7 octobre, et qu’elle n’avait pas eu de nouvelles depuis.

Doris Liber, dont le fils Guy Iluz est retenu en otage à Gaza, s’exprimant sous le regard de la présidente de la conférence républicaine Elise Stefanik, à gauche, et du président de la Chambre des représentants Mike Johnson, lors d’une conférence de presse au Capitole, à Washington, le 7 novembre 2023. (Crédit : Amanda Andrade-Rhoades/AP Photo)

« Je suis ici parce que cela fait 30 jours. Chaque jour est une éternité pour moi, et je ne peux plus attendre », a-t-elle déclaré, fondant en larmes, tandis que le président de la Chambre des représentants, Mike Johnson, se tenait solennellement derrière elle. « Je sais qu’on lui a tiré dessus. Nous n’avons pas de liste, nous ne savons rien des conditions, je n’ai rien. J’ai besoin de votre aide. Je fais partie de votre peuple, vous faites partie d’Israël. Je suis très fier d’être américaine, mais j’ai besoin de vous maintenant. »

Yonatan Lulu Shamriz a déclaré aux journalistes présents au Capitole qu’il vivait dans le même kibboutz que celui où son frère Alon a été enlevé.

« Je tiens à remercier tout le monde ici de nous avoir accueillis, ainsi que le gouvernement américain qui nous aide, mais ce n’est pas suffisant », a-t-il déclaré. « C’est un appel à l’action (…) c’est un appel au réveil pour vous tous ici, pour toute l’Amérique, pour toute l’Europe. »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré mardi que Tsahal « continuera jusqu’à la victoire et jusqu’à ce que les otages soient ramenés chez eux », réitérant la position israélienne selon laquelle il n’y aura pas de trêve humanitaire sans le retour d’au moins une partie des otages.

Une femme écrivant sur une photo de personnes prises en otage à Gaza sur une installation à Tel Aviv, le 7 novembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Le ministre Benny Gantz a déclaré mardi qu’Israël « fera tout pour les ramener à la maison – par la force et par l’action politique ». « Nous combattrons ceux que nous devrons affronter et parlerons à tous ceux qui y seront disposés. »

Le ministère des Affaires étrangères a nommé mardi Alon Roth-Snir – le futur ambassadeur d’Israël en Nouvelle-Zélande – pour diriger l’effort diplomatique visant à libérer les otages, en travaillant à faire pression sur les audiences internationales sur la question. Le ministre des Affaires étrangères, Cohen, a déclaré que cette nomination visait à « faire progresser les efforts internationaux dans un certain nombre de forums qui contribueront à la libération rapide de tous les otages ».

Cohen se rendra à Bruxelles mercredi avec les familles des otages israéliens, où il s’exprimera devant le Parlement européen. Il rencontrera également Roberta Metsola, présidente du Parlement européen, et Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

Lazar Berman, l’AFP et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.