Un Palestinien condamné à mort à Gaza pour « collaboration » avec Israël
Rechercher

Un Palestinien condamné à mort à Gaza pour « collaboration » avec Israël

Environ 150 personnes ont été condamnées à mort dans les Territoires palestiniens depuis la création de l'Autorité palestinienne en 1994

Des hommes armés du Hamas avec des collaborateurs présumés en août 2014 (Crédit : capture d'écran/YouTube/Euronews)
Des hommes armés du Hamas avec des collaborateurs présumés en août 2014 (Crédit : capture d'écran/YouTube/Euronews)

Un tribunal militaire du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a condamné lundi à la peine capitale un Palestinien pour avoir fourni des informations à Israël ayant conduit à la mort de Palestiniens, ont indiqué des sources judiciaires.

Ces sources ont seulement identifié le condamné comme « N. A., âgé de 28 ans », sans préciser exactement ce qui lui était reproché.

Selon le Centre palestinien des droits de l’Homme (PCHR) basé à Gaza, 157 personnes ont été condamnées à mort dans les Territoires palestiniens depuis la création en 1994 de l’Autorité palestinienne.

Parmi elles, 32 ont été exécutées, dont 30 dans la bande de Gaza. Les deux tiers l’ont été sans l’accord –pourtant obligatoire selon la loi palestinienne– du président palestinien, après la prise du pouvoir par le Hamas dans la bande de Gaza en 2007 et la rupture avec l’Autorité palestinienne, établie en Cisjordanie, dit le PCHR.

Outre les peines de mort prononcées par des tribunaux, le Hamas a récemment procédé à des exécutions pour « collaboration », décidées par des « tribunaux révolutionnaires » et parfois menées en place publique.

La plus frappante avait eu lieu en pleine guerre avec Israël durant l’été 2014 lorsque des hommes portant des uniformes de la branche armée du Hamas avaient fusillé six hommes devant la principale mosquée de la ville de Gaza à la sortie de la grande prière.

Selon la loi palestinienne, les collaborateurs, les meurtriers et les trafiquants de drogue encourent la peine de mort.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...