Un Palestinien décrit comment il a aidé la famille Mark sur la scène de l’attaque
Rechercher

Un Palestinien décrit comment il a aidé la famille Mark sur la scène de l’attaque

Un couple a aidé les membres de la famille à s'extraire du véhicule de Miki Mark et leur a administré les premiers soins

Scène d'une attaque  qui a tué un Israélien, le rabbin Miki Mark,  et blessé trois membres de sa famille, au sud de Hébron, le 1er juillet 2016. (Crédit : Hazem Bader/AFP)
Scène d'une attaque qui a tué un Israélien, le rabbin Miki Mark, et blessé trois membres de sa famille, au sud de Hébron, le 1er juillet 2016. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Juste après l’attaque à l’arme à feu qui a tué vendredi le rabbin Miki Mark près de la ville d’Hébron en Cisjordanie, un couple de Palestiniens de la région a aidé les membres survivants de sa famille à sortir au véhicule renversé et leur a administré les premiers soins jusqu’à ce que les secouristes n’arrivent sur les lieux.

« Au début, je pensais que c’était un accident. J’ai ouvert la porte, ce qui était difficile parce que la voiture était renversée, » a dit à la Deuxième chaîne l’homme palestinien, qui habite Hébron. « La jeune fille était à l’intérieur de la voiture et criait : ‘Ils nous tuent’, alors je lui ai répété de ne pas avoir peur et que tout irait bien. »

Après avoir réussi à forcer une des portes, l’homme, qui n’a pas été nommé dans le reportage, a dit avoir extrait Tehila, 14 ans, du véhicule accidenté.

Il a ajouté que son épouse, qui est médecin, a pansé la plaie abdominale qui saignait de l’adolescente pendant qu’il appelait une ambulance sur les lieux.

« Elle leur disait en anglais : ‘N’ayez pas peur, nous sommes là pour vous aider’ « ,se souvient-il.

Le rabbin Miki Mark, assassiné dans une attaque terroriste le 1er juillet 2016. (Crédit : Facebook)
Le rabbin Miki Mark, assassiné dans une attaque terroriste le 1er juillet 2016. (Crédit : Facebook)

L’homme a dit avoir extrait alors Pedaya, 15 ans, de la voiture, et tenté de le calmer.

« J’ai pris le garçon et l’ai étreint, je lui ai donné un peu d’eau et lui appliqué de l’iode, et juste continué à lui dire que tout allait bien », dit-il. « Cela n’a aucune importance pour moi si c’était un accident ou une attaque terroriste. Ce sont des gens, des enfants, qui ont besoin d’aide, et si je peux aider, je les aide. »

« La jeune fille m’a dit, ‘Dieu a envoyé un Arabe pour nous aider’, » a-t-il ajouté.

Vendredi matin, des terroristes palestiniens avaient ouvert le feu sur la famille Mark alors qu’ils roulaient sur la route 60, au sud de la ville d’Hébron en Cisjordanie. Les tirs ont causé la perte du contrôle du véhicule qui s’est renversé.

Miki Mark a été tué sur le coup, tandis que sa femme, Chavi, a subi de graves blessures. Dimanche, les médecins de l’hôpital Hadassah de Jérusalem ont annoncé que Chavi Mark était sorti d’un coma artificiel, et que son état s’était stabilisé. Les médecins ne lui ont pas parlé immédiatement de l’attaque.

Pedaya a été légèrement blessé et n’a pas été hospitalisé, et sa sœur Tehila, qui a subi des blessures modérées dans la fusillade, a pu sortir brièvement de l’hôpital pour assister dimanche après-midi aux funérailles de son père.

Dans les jours qui ont suivi l’attaque, certains membres de la famille Mark ont souligné dans les médias et aux amis venus présenter leurs condoléances qu’un couple palestinien a été le premier à leur prêter assistance.

Les enfants du rabbin Miki Mark pendant le service funéraire à la yeshiva d'Otniel, qui était dirigée par leur père, le 3 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Les enfants du rabbin Miki Mark pendant le service funéraire à la yeshiva d’Otniel, qui était dirigée par leur père, le 3 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

En réponse à un commentaire sur Facebook qui raillait les « ordures d’assassins arabes », Yisca, la sœur de Chavi Mark, n’a pas tardé à répliquer qu’un couple palestinien a aidé sa famille.

« Je dois vraiment vous dire que les premiers sur les lieux étaient un couple arabe qui a sauvé les membres de ma famille, leur a donné les premiers soins et a appelé l’ambulance, » a-t-elle réagi. « Je pense que nous devrions utiliser le terme ‘terroristes’ et non ‘Arabes’, parce que pas tous les Arabes ne sont pas des terroristes, et je dis cela par expérience. »

Lors des funérailles du rabbin Mark dimanche, ses enfants ont fait taire ceux qui criaient ‘vengeance’. « Celui qui veut crier quelque chose d’insensé devrait partir, » dit l’un d’eux. « Ce n’est pas ce que Abba [Papa] voulait. Nous nous concentrons sur sa mémoire et à faire le bien. Il avait des amis arabes. »

La famille du rabbin Miki Mark pleurant à son enterrement au cimetière de Givat Shaoul à Jérusalem le 3 juillet 2016. (Crédit photo: (Miriam Alster / Flash90)
La famille du rabbin Miki Mark pleurant à son enterrement au cimetière de Givat Shaoul à Jérusalem le 3 juillet 2016. (Crédit photo: (Miriam Alster / Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...