Un père transgenre “non reconnu” fait appel à la Cour suprême
Rechercher

Un père transgenre “non reconnu” fait appel à la Cour suprême

Le ministère de l’Intérieur aurait refusé de reconnaître Daniel et Yonatan Merom comme les pères de leur fils biologique

Daniel Mariuma Merom (à gauche) et Yonatan Marton Merom (droite) à l'hôpital après la naissance de leur fils Tomer. (Crédit : autorisation)
Daniel Mariuma Merom (à gauche) et Yonatan Marton Merom (droite) à l'hôpital après la naissance de leur fils Tomer. (Crédit : autorisation)

Un couple israélien a fait appel à la Cour suprême après le refus du ministère de l’Intérieur de les enregistrer comme les deux pères de leur fils biologique, parce que l’un d’entre eux est un homme transgenre.

Les parents, Daniel Mariuma Merom et Yonatan Marton Merom, demandent que l’Etat les enregistrent tous les deux comme les pères de Tomer, sept mois.

Yonatan, qui est né femme et a subi un traitement hormonal et une chirurgie pour devenir physiquement un homme, a néanmoins gardé la capacité de concevoir et porter un enfant. Il a été enregistré comme la mère de son fils.

Daniel, qui est le père biologique, n’a pas été enregistré du tout par le ministère, ce qui limite ses droits légaux en tant que parent.

« J’ai un fils qui est venu au monde il y a sept mois et je ne suis pas reconnu comme son père, a déclaré Daniel à la Deuxième chaîne. C’est absurde, ennuyeux, et blessant. »

On ne sait pas pourquoi le ministère de l’Intérieur ne reconnait ni Daniel, ni Yonatan, comme le père. Yonatan avait précédemment été reconnu comme un homme par le ministère, et les deux hommes sont reconnus comme un couple par l’Institut d’assurance nationale depuis 2014.

Et pourtant, suite à la naissance de leur fils, le Bureau de la population et de l’immigration du ministère de l’Intérieur a refusé d’enregistrer l’un d’entre eux comme parent de Tomer, a déclaré Yonatan à la Deuxième chaîne.

Quelques mois après la naissance, Yonatan a été convoqué au bureau pour déterminer le statut de son bébé. « C’était humiliant et invasif », a-t-il déclaré.

Après cette réunion, son genre a été réinstauré comme femme sans son consentement, et il a été enregistré comme la mère de l’enfant. Il lui a été dit qu’il devrait resoumettre un dossier s’il voulait à nouveau être reconnu comme un homme.

Le nom du père a été laissé vide.

Dans leur appel à la Cour suprême, le couple a écrit que selon la loi israélienne, si vous donnez naissance à un enfant, vous devez être reconnus comme parent. De plus, l’Etat doit reconnaitre un père biologique. « C’est la lettre de la loi », ont-ils écrit, selon Haaretz.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré qu’il répondrait totalement devant la cour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...