Un soldat qui a violé une camarade est condamné à 5 ans et demi de prison
Rechercher

Un soldat qui a violé une camarade est condamné à 5 ans et demi de prison

Le tribunal militaire de Jaffa ordonne également au soldat d'indemniser sa victime, qu'il a agressée sexuellement dans sa maison de Tel Aviv

(YakobchukOlena/iStock, par Getty Images)
(YakobchukOlena/iStock, par Getty Images)

Un soldat de l’armée israélienne qui a été reconnu coupable de viol et d’agression sexuelle contre une soldate ayant servi dans son unité de combat a été condamné mercredi à cinq ans et demi de prison, selon l’armée.

Dans un communiqué, l’armée a déclaré que les crimes avaient été commis au domicile de la victime en juin 2017.

En plus de sa peine de prison, le militaire a également été condamné à une peine non spécifiée avec sursis et a été rétrogradé au rang de soldat, le plus bas de l’armée israélienne.

Il a également été condamné à verser une indemnité de 15 000 shekels à sa victime.

Le soldat a été inculpé en juillet dernier par le tribunal militaire de l’armée israélienne à Jaffa et condamné le mois dernier.

Selon l’acte d’accusation, le délit s’est produit après qu’un groupe de soldats de l’unité se soit trouvé à Tel Aviv lors d’une soirée en juin.

Conformément aux règles de l’armée, bien que le viol présumé ait eu lieu dans des «circonstances civiles», l’affaire a été jugée par un tribunal militaire de l’armée israélienne.

Les deux individus s’étaient embrassés au cour de la soirée, mais la soldate avait fait comprendre à l’accusé qu’elle n’était pas intéressée par une relation avec lui.

A la nuit tombée, la soldate a invité ceux qui n’avaient pas d’endroit pour dormir chez elle, y compris son violeur présumé.

À un moment donné, le soldat aurait pénétré dans la chambre de la victime et l’aurait embrassée malgré son opposition. Elle lui a dit de partir, mais lui a ensuite dit qu’il pourrait revenir en tant qu' »ami et rien de plus », selon l’acte d’accusation.

Il est revenu dans la pièce et, selon l’accusation, au milieu de la nuit, la victime s’est réveillée avec le soldat au-dessus d’elle, qui tentait un rapport forcé.

Selon l’acte d’accusation, elle a lutté et lui a demandé d’arrêter, mais il l’a violée, lui disant qu’il « l’aimait ».

Une fois terminé, la victime l’a expulsé de la maison, a indiqué l’accusation.

L’identité du soldat, ainsi que l’unité dans laquelle ils servent, est soumise à embargo par le tribunal.

Il avait été arrêté le 28 juin, lorsque la soldate avait déposé une plainte contre lui. Il est en détention depuis son arrestation.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...