Une ado juive à Trump : « des élèves dessinaient des croix gammées sur moi »
Rechercher

Une ado juive à Trump : « des élèves dessinaient des croix gammées sur moi »

Ariana Hoblin a raconté l'incident lors d'une cérémonie au Bureau ovale pour la signature d'un décret sur la prière dans les écoles publiques

JTA — Une lycéenne juive américaine a raconté au président américain Donald Trump que ses camarades lui avaient dessiné des croix gammées sur les bras et l’avaient poussée dans les couloirs de l’école en raison de sa religion.

Ariana Hoblin, élève au Wellington High School (Floride), a évoqué ces incidents à la Maison Blanche jeudi, durant une cérémonie au Bureau ovale.

Trump y signait un décret protégeant la prière dans les écoles publiques, à l’occasion de la Journée nationale de la liberté religieuse, entre autres décisions administratives annoncées ce même jour, qui assouplissent la séparation entre l’Église et l’État et qui ont suscité la colère des groupes juifs de défense des droits civiques.

Des étudiants chrétiens et musulmans ont également raconté à Trump des incidents d’intolérance religieuse. Ils étaient accompagnés par la secrétaire à l’Éducation Betsy DeVos et du procureur adjoint Jeffrey Rosen.

« Au collège, j’étais la seule juive et j’étais très ouverte quant à ma religion », a-t-elle raconté à Trump. « Et quand nous avons entamé le chapitre sur la Shoah, tout le monde est devenu gentil avec moi parce que j’en parlais. Et je voulais informer les gens, les aider à apprendre. [C’est alors] que des élèves ont commencé à dessiner des croix gammées sur mes affaires, sur mes bras. J’étais poussée et bousculée dans les couloirs. »

On ne connait pas exactement le lien entre les agressions décrites par la jeune fille et la prière en milieu scolaire. Les élèves chrétiens et musulmans présents ont décrit comment leurs tentatives de prières avaient été freinées par les politiques de l’école.

Le président des États-Unis, Donald Trump, lors d’une cérémonie à la Maison Blanche, le 17 janvier 2020, à Washington. (AP/Steve Helber)

Ariana Hoblin a ajouté que ses camarades « ont été jusqu’à prendre mon visage et le coller sur le corps d’Anne Frank. Et cela a été diffusé dans trois écoles. J’étais terrifiée de dire que j’étais juive. Et cela ne devrait arriver à personne ».

Elle a fait savoir au président Trump que la direction de son école avait été très à l’écoute et l’avait aidée à « être leader de la communauté juive ». Elle a également remercié Trump « pour tout ce que vous avez fait, et pour Israël et pour tout ce que vous avez fait pour nous tous. »

Les règles introduites jeudi dans neuf agences gouvernementales apportent des changements radicaux aux restrictions sur le financement gouvernemental des activités religieuses, par exemple, en supprimant une exigence en vertu de laquelle les groupes religieux financés par le gouvernement qui administrent des programmes d’aide doivent informer les bénéficiaires des alternatives de soutien disponibles. Un certain nombre de groupes juifs ont critiqué ces changements.

« Les propositions d’aujourd’hui visent à autoriser la discrimination et à faire du tort aux nombreuses personnes vulnérables qui dépendent des services financés par le gouvernement », a déclaré l’ADL. « Nous nous opposons à ces changements dans les termes les plus forts. »

Le Centre d’action religieuse du mouvement réformé dénonce, lui, de nouvelles règles qui « déforment le sens de la liberté religieuse pour faire reculer les droits civiques ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...