Rechercher

Une artiste israélienne déguste, dessine et partage sa tasse de café quotidienne

Ilanit Shamia publie des nouvelles quotidiennes et des boissons chaudes sur son compte Instagram @koret_bacafe, telle une méditation matinale

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Une des illustrations de "Koret Bacafe" de l'artiste Ilanit Shamia, inspirée par @st.urban.jerusalem. (Crédit: Courtoisie Ilanit Shamia)
Une des illustrations de "Koret Bacafe" de l'artiste Ilanit Shamia, inspirée par @st.urban.jerusalem. (Crédit: Courtoisie Ilanit Shamia)

L’artiste de Tel Aviv, Ilanit Shamia quitte toujours son appartement de Florentin pour aller boire son Americano du matin dans un café local.

Cette habitude matinale fait désormais partie d’un projet quotidien, « Koret Bacafe » ou « Lire dans le café », un jeu de mots dans lequel café peut signifier à la fois la boisson et l’établissement qui le sert.

Shamia dessine la tasse de café du jour (sur son iPad), y ajoute une citation – en anglais – tirée de ce qu’elle lit le matin-même, et la publie sur son compte Instagram @koret_bacafe.

L’illustration de lundi matin représentait une tasse blanche irisée de la boulangerie autrichienne Stefan, située dans la rue Tchernikosvky à Tel Aviv, agrémentée d’une citation du magazine Smithsonian sur la technologie agro-alimentaire.

Quelques jours auparavant, c’était une tasse à emporter – qui n’est pas le type de tasse préféré de Shamia – de Way Cup Coffee, avec une citation tiré d’un reportage de la National Public Radio sur un mémorial de l’Oklahoma consacré à Bob Dylan.

L’habitude quotidienne de Shamia de prendre un café s’est transformée en une sorte de blog sur le café, avec une centaine de tasses et de citations esquissées au cours des derniers mois. Comme beaucoup de projets lancés par Shamia, qui a suivi une formation à Bezalel, elle ne sait jamais vraiment où cela va la mener.

Une des illustrations du « Koret Bacafe » de l’artiste Ilanit Shamia (Crédit: Courtoisie Koret Bacafe)

« C’est un peu comme une méditation matinale », dit Shamia.

Ou comme un journal intime matinal, mais avec son café et sa citation préférée du jour.

Comme beaucoup de projets artistiques du moment, Koret Bacafe a vu le jour dans le cadre du COVID-19, lorsque Shamia a enfin pu s’aventurer à nouveau dans ses cafés de quartier préférés après les confinements.

Pour son premier post, elle était assise à un café avec une tasse fleurie et le journal Haaretz du jour, quand elle a photographié la nature morte pour Instagram, en commentant : « Koret Bacafe. »

« Je n’arrivais pas à croire que personne d’autre n’avait inventé encore cette expression », a déclaré Shamia, qui n’a trouvé aucun hashtag ou compte associé à ce terme.

Ses amis l’ont incitée à faire quelque chose de cette idée, laissant les tasses illustrées l’emmener dans une sorte de voyage quotidien dans les différents cafés.

Elle passe désormais une à deux heures chaque matin – mais jamais le vendredi, son jour de congé sacré – à dessiner sa tasse de café et la citation du jour.

Alors que ses cafés se trouvent principalement à Tel Aviv, avec des escapades occasionnelles à Jérusalem et Haïfa, elle a découvert que publie son café du matin sur Instagram la relie au village planétaire, puisque des cafés de Hong Kong ou d’Italie la suivent et partagent son dessin, souvent en raison des articles qu’elle cite et tague dans sa publication Instagram.

« Il s’agit de dessiner avec émotion », a déclaré Shamia, en réfléchissant à ce qui rend ce projet si familier pour les autres. « Le café matinal est une cérémonie qui fait du bien. Tu trouves ta paix à ce moment-là, tu chopes ta vibration de la journée. Et au café, tu es entouré des gens tout en étant seul. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...