Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Une bat mitzvah collective organisée à Jérusalem pour 70 familles en deuil

La famille de Ruth Werthenschlag, 12 ans, de New York, parraine un événement pour celles qui ont perdu des membres de leur famille à cause du terrorisme, d'accidents ou de maladies

Des jeunes filles issues de familles en deuil célébrant leur bat mitzvah lors d'un événement collectif à Jérusalem, le 4 mars 2024. (Crédit : Rebecca Kowalsky)
Des jeunes filles issues de familles en deuil célébrant leur bat mitzvah lors d'un événement collectif à Jérusalem, le 4 mars 2024. (Crédit : Rebecca Kowalsky)

Des jeunes filles issues de soixante-dix familles en deuil en Israël ont eu droit à une soirée festive pour célébrer leur passage à l’âge adulte lors d’un événement de groupe organisé à Jérusalem la semaine dernière.

Organisé par la Fondation Koby Mandell, l’événement était parrainé par la famille Werthenschlag de New York en l’honneur de la bat mitzvah de leur fille Ruth. Il a été produit par Adena Mark, organisatrice de l’événement.

Les jeunes filles présentes avaient perdu des membres de leur famille proche dans des attaques terroristes avant ou pendant le massacre du 7 octobre, ou pour d’autres raisons, telles que des accidents de voiture ou des maladies.

Adena Mark a expliqué que l’idée de cet événement est née lorsque Ruth et sa famille se préparaient à célébrer sa bat mitzvah. « Elle avait l’impression qu’il lui manquait quelque chose en célébrant l’événement à New York, tout en sachant qu’il y avait beaucoup de tristesse en Israël », à la suite du massacre terroriste du 7 octobre perpétré par le Hamas, au cours duquel 1 200 personnes ont été sauvagement assassinées et 253 autres enlevées.

Les Werthenschlag, qui ont déjà travaillé avec Mark dans le passé, lui ont demandé de les aider à réfléchir à la manière dont ils pourraient apporter un peu de joie aux gens en Israël en l’honneur de la bat mitzvah de Ruth.

« Ruth a estimé qu’elle ne pouvait pas célébrer sa bat mitzvah sans donner en retour à Israël », a déclaré Eliana Braner (née Mandell), directrice exécutive de la Fondation Koby Mandell, au Times of Israel.

Des jeunes filles issues de familles en deuil célébrant leur bat mitzvah lors d’un événement collectif à Jérusalem, le 4 mars 2024. (Crédit : Rebecca Kowalsky)

Après avoir été contactée par les Werthenschlag, Mark a pris contact avec la Fondation Koby Mandell et lui a demandé de l’aider à localiser les familles endeuillées dont les filles célébraient leur bat mitzvah cette année et de les convier à l’événement.

« Ils voulaient que les filles se sentent heureuses et spéciales », a expliqué Mark.

À cette fin, les filles ont été accueillies par des bénévoles de la fondation à l’entrée de la salle avec des sucreries et du gloss, et ont été conduites vers des ateliers qui comprenaient la décoration d’albums photos, la fabrication d’accessoires ornés de fleurs fraîches, et l’artisanat de la laine.

Mark a indiqué que les Werthenschlag et les organisateurs de l’événement s’étaient mis d’accord sur le fait qu’ils ne souhaitaient pas que les prestataires se portent volontaires ou fassent don de matériel et de services pour l’événement, car ils voulaient profiter de l’occasion pour soutenir les entreprises locales.

« J’ai surtout essayé de trouver des prestataires dont les fils ou les époux servaient [dans l’armée israélienne], étaient réservistes, ou avaient un lien avec ce qui se passe dans notre pays, de sorte que nous aidons vraiment les gens qui en ont besoin », a déclaré Mark.

Après la réception, les jeunes filles ont été accueillies par Braner et ont regardé un message vidéo de Ruth, qu’elle s’était efforcée de prononcer en hébreu, bien qu’elle ne le parle pas couramment.

« Le choix de nous réunir ici et de vivre notre vie est l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres », a-t-elle déclaré aux jeunes filles.

Malgré la distance qui sépare New York d’Israël, a poursuivi Ruth, elle a le sentiment qu’elles peuvent toutes célébrer « et ressentir de la joie ensemble tant que nos cœurs sont ouverts », ajoutant que « notre pouvoir réside dans notre unité ».

Ruth Werthenschlag s’adressant dans un message vidéo à des jeunes filles issues de familles en deuil et célébrant leur bat mitzvah lors d’un événement collectif à Jérusalem, le 4 mars 2024. (Crédit : Rebecca Kowalsky)

Après le message vidéo de Ruth, Braner a pris les filles à part pour un cercle de discussion sur la façon dont elles pourraient célébrer leur bat mitzvah tout en ressentant du chagrin, et sur la façon d’inclure leurs parents ou frères et sœurs disparus dans l’événement.

Sa propre bat mitzvah, a expliqué Braner aux jeunes filles, a eu lieu un an et demi seulement après que son frère Koby – qui a donné son nom à la fondation – a été assassiné lors d’un attentat terroriste. Son autre frère avait célébré sa bar mitzvah six mois seulement avant la célébration de sa bat mitzvah, et les deux avaient choisi d’organiser des événements très différents. Alors que son frère avait choisi une célébration discrète et intime dans un café, Braner avait opté pour une grande fête avec de la musique et des danses.

« Mon message [aux filles] est que tout ce qu’elles choisissent de faire est légitime », a déclaré Braner. « Si elles veulent chanter et danser, c’est bien, mais si elles veulent quelque chose de plus discret et intime, c’est bien aussi. »

« Je veux juste qu’elles sachent qu’elles ont le droit d’être heureuses, de sourire et de vivre leur vie, et que cela ne signifie pas qu’elles ont oublié et qu’elles vont bien maintenant. Cela signifie qu’elles vivent. »

Eliana Braner animant un cercle de discussion avec des jeunes filles issues de familles endeuillées qui célèbrent leur bat mitzvah lors d’un événement de groupe, à Jérusalem, le 4 mars 2024. (Crédit : Rebecca Kowalsky)

Au cours du cercle de discussion, les jeunes filles ont été invitées à expliquer comment elles souhaitaient célébrer leur bat mitzvah et comment elles choisiraient d’honorer le parent ou le frère ou la sœur qu’elles avaient perdu.

Comme Braner, de nombreuses jeunes filles ont exprimé leur désir de se sentir joyeuses à l’occasion de cette étape importante de leur vie, malgré leur chagrin. La plupart d’entre elles ont indiqué qu’elles souhaitaient organiser de grandes fêtes avec de la musique et une soirée dansante. La majorité d’entre elles ont également dit qu’elles mentionneraient leur défunt parent, frère ou sœur décédé dans leur discours et leurs diaporamas.

Talia, qui a perdu son père dans un accident de voiture il y a quelques années, a raconté qu’elle avait célébré sa bat mitzvah le mois dernier.

« J’ai fait participer mon père à la célébration en l’invitant à la fête », a-t-elle expliqué. « Nous avons projeté une vidéo dans laquelle je me suis rendue sur sa tombe, j’y ai déposé une invitation et j’ai prié. »

Du maquillage mis à disposition lors d’une bat mitzvah collective pour des jeunes filles de familles endeuillées, à Jérusalem, le 4 mars 2024. (Crédit : Rebecca Kowalsky)

Le frère de Noa a été tué lors de la guerre à Gaza il y a trois mois. Elle a également célébré sa bat mitzvah le mois dernier.

« Je l’ai mentionné un peu, mais pas trop, parce que je sais qu’il était là avec moi d’une manière différente », a-t-elle déclaré.

Tzofia, qui a perdu sa mère, a déclaré qu’elle voulait que sa mère soit à l’honneur lors de sa bat mitzvah, mais qu’elle ne voulait pas que celle-ci « se transforme en une cérémonie commémorative ».

D’autres filles ont expliqué qu’elles voulaient célébrer leur bat mitzvah en voyageant, en organisant une fête au bord d’une piscine ou en mettant l’accent sur la famille.

Après le dîner, les jeunes filles et leurs familles ont assisté à un spectacle donné par le chanteur israélien Ishay Ribo, qui a commencé par interpréter une nouvelle chanson dont la sortie est prévue dans les semaines à venir.

Avant de commencer son spectacle, Ribo a rencontré l’une des familles qui avait perdu sa fille, la caporale Danit Cohen, lors de l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre.

La famille a expliqué à Ribo que Danit avait mis une de ses chansons la veille, alors que la famille se préparait pour le Shabbat, mais que sa mère lui avait demandé d’éteindre la chanson parce qu’elle était trop triste.

Danit a éteint la chanson, mais a fait promettre à son frère de continuer à la faire écouter à leur mère parce qu’elle disait que c’était une chanson sur l’espoir. Le lendemain, elle se trouvait à sa base de Nahal Oz lorsque le Hamas a lancé son assaut terroriste et elle a été tuée.

Ishay Ribo se produisant lors d’une bat mitzvah collective pour des jeunes filles issues de familles endeuillées, à Jérusalem, le 4 mars 2024. (Crédit : Rebecca Kowalsky)

Pendant la shiva, ou semaine de deuil traditionnel, la mère de Danit s’est souvenue de la chanson et a demandé à son frère ce qu’il en pensait.

« C’était comme si elle savait ce qui allait se passer », a-t-elle confié à Ribo.

La fondation Koby Mandell a été créée par les parents de Koby, Sherri et le rabbin Seth Mandell, après que celui-ci, à l’âge de 13 ans, et son ami Yossef Ishran, à 14 ans, ont été enlevés et lapidés à mort par des terroristes en 2001.

La fondation a pour but d’aider les familles endeuillées qui ont perdu un parent ou un frère ou une sœur à cause du terrorisme, ainsi que pour d’autres causes, comme les accidents et les maladies.

Les fondateurs de la Fondation Koby Mandell, le rabbin Seth et Sherri Mandell, et la directrice exécutive Eliana Braner, Jérusalem, 4 mars 2024. (Crédit : Rebecca Kowalsky)

« Elle a commencé par un camp d’été et propose aujourd’hui des activités pour toute la famille », a déclaré Braner.

Les services comprennent des colonies de vacances pour les enfants en été, à Hanoukka et à Pessah, ainsi que des excursions d’une journée pour les familles et des groupes de soutien. Certains des enfants qui participent aux colonies de vacances grandissent et deviennent des conseillers bénévoles, a expliqué Braner, ce qui crée une communauté pour les familles.

« Après le 7 octobre, nous avons doublé notre programme », a déclaré Eliana Braner. « Nous organisons des séminaires pour les personnes endeuillées et des groupes de soutien pour les mères et les veuves de la guerre. »

En général, a-t-elle ajouté, les activités destinées aux familles endeuillées après le 7 octobre ont été organisées séparément des autres activités jusqu’à présent, mais la fondation a estimé qu’il serait plus approprié de réunir tout le monde pour cette soirée de célébration.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.