Rechercher

Une députée déclare que Zemmour aggrave le problème de l’antisémitisme en France

Lors d'une conférence, la députée centriste Marion Lenne a déclaré que le potentiel candidat à la présidence "renforçait les clichés existants sur les Juifs puissants"

Eric Zemmour à son arrivée sur scène lors de la promotion de son dernier livre "La France n'a pas dit son dernier mot" à Versailles, à l'ouest de Paris, le 19 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Michel Euler)
Eric Zemmour à son arrivée sur scène lors de la promotion de son dernier livre "La France n'a pas dit son dernier mot" à Versailles, à l'ouest de Paris, le 19 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Michel Euler)

CRACOVIE, Pologne (JTA) – Lors d’un événement de commémoration de la Shoah, une députée française a déclaré que la rhétorique d’Eric Zemmour, le polémiste juif de droite et candidat potentiel à la présidence, ajoutait au problème d’antisémitisme de la France.

« Un candidat potentiel, le polémiste Eric Zemmour, fait de multiples déclarations choquantes sur Pétain et Dreyfus, renforçant les clichés existants sur les Juifs puissants et leur double allégeance », a déclaré Marion Lenne, une législatrice du parti La République En Marche, lors d’une conférence sur l’antisémitisme, à la veille de l’anniversaire des pogroms de la Nuit de Cristal de 1938.

Mme Lenne – qui est également secrétaire de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, faisait référence aux déclarations de M. Zemmour concernant la tristement célèbre affaire Albert Dreyfus et Philippe Pétain, le dirigeant de la France de Vichy, qui a collaboré avec l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

M. Zemmour, qui n’a pas encore annoncé sa candidature mais qui figure parmi les plus sérieux challengers du président Emmanuel Macron pour les élections du printemps, a déclaré plus tôt cette année que Dreyfus, le capitaine de l’armée français juif d’origine allemande dont les poursuites pour espionnage ont été largement condamnées comme antisémites, a peut-être été visé « parce qu’il était Allemand, pas parce qu’il était Juif ».

Il est également d’accord avec une théorie historique controversée selon laquelle le gouvernement de Vichy aurait sacrifié des Juifs étrangers pour sauver des Juifs locaux. Acceptée par certains historiens, elle est vivement contestée par d’autres, qui affirment que le gouvernement de Vichy a également trahi des Juifs ayant la citoyenneté française.

Le mois dernier, le Grand rabbin de France Haïm Korsia a publiquement qualifié Zemmour d’antisémite, suscitant des critiques, notamment dans un éditorial du journal juif français Tribune Juive.

Le Grand rabbin de France Haim Korsia prononce un discours lors d’un événement appelé « La nuit des survivants  » à Paris, le 23 décembre 2019. (Crédit : AP Photo/Kamil Zihnioglu)

Zemmour, fils de parents immigrés juifs algériens qui est connu pour sa rhétorique nationaliste et anti-immigrés acharnée, a divisé les Juifs français sur les questions de politique.

Lenne a fait sa déclaration lundi à Auschwitz 2021, une conférence à Cracovie qui était consacrée à la lutte contre l’antisémitisme et à laquelle ont participé des dizaines de responsables de l’Union européenne.

« L’Europe lutte contre l’antisémitisme, mais ne gagne pas encore », a déclaré le rabbin Menachem Margolin, président de l’EJA, lors de la conférence que son groupe a co-organisée avec le groupe de surveillance Action and Protection League.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...