Rechercher

Une écriture mêlant l’arabe et l’hébreu présentée à l’expo de Dubaï

Le système révolutionnaire de lettrage moitié-moitié "Aravrit" a été créé pour permettre aux Juifs et aux Palestiniens de se comprendre dans leur langue respective

Des visiteurs sont photographiés dans le pavillon d'Israël lors d'une visite médiatique avant l'ouverture de l'Expo 2020 de Dubaï dans l'émirat du Golfe, le 27 septembre 2021. (Crédit : AFP via Getty Images)
Des visiteurs sont photographiés dans le pavillon d'Israël lors d'une visite médiatique avant l'ouverture de l'Expo 2020 de Dubaï dans l'émirat du Golfe, le 27 septembre 2021. (Crédit : AFP via Getty Images)

JTA – Quand Liron Lavi Turkenich a conçu un système d’écriture combinant des caractères hébraïques et arabes dans le cadre d’un projet de fin d’études universitaires, elle ne pouvait probablement pas imaginer que son écriture deviendrait le point central du pavillon d’Israël à l’Exposition universelle de 2020 à Dubaï.

Mais après les accords d’Abraham, dans lesquels Israël a signé des accords diplomatiques pour normaliser ses relations avec les Émirats arabes unis, et les accords de paix avec d’autres pays arabes qui ont suivi, le besoin d’Aravrit, l’écriture de Turkenich qui permet de lire à la fois l’hébreu et l’arabe dans un même texte, s’est accru.

Le ciel est désormais la limite du projet de Turkenich.

« J’aimerais me rendre au Musée d’art moderne de New York. C’est une sorte de rêve. Je serais heureuse que quelqu’un adopte ‘El Mahar’. Une sculpture en plein air demande de l’attention, tout comme une langue crée de l’attention », a déclaré Turkenich au Haaretz, en faisant référence à la sculpture présentée dans le pavillon israélien. « El Mahar » signifie « vers demain ».

Turkenich a d’abord été inspirée pour créer le système d’écriture par son éducation à Haïfa, l’une des villes les plus intégrées d’Israël où Juifs et Palestiniens se mélangent fréquemment et où l’arabe est omniprésent. Mais Turkenich a réalisé qu’elle avait tendance à ignorer cette langue, qu’elle ne comprenait pas, et à prêter automatiquement attention à l’hébreu, qu’elle comprenait.

Lorsqu’elle a lu un article d’un ophtalmologiste français du 19e siècle qui écrivait que seule la moitié supérieure des lettres latines était nécessaire pour comprendre ce qu’elles disaient, elle a décidé de tester cette théorie sur l’hébreu. Elle a découvert que seule la moitié inférieure des lettres était nécessaire en hébreu. En arabe, heureusement, ce sont les moitiés supérieures qui sont nécessaires.

En combinant les moitiés supérieures des caractères arabes et les moitiés inférieures des caractères hébraïques, Turkenich a créé l’Aravrit. Bien que cette écriture ne soit pas largement disponible sous forme de police téléchargeable, Turkenich l’a utilisée pour concevoir des bijoux et des plats en céramique. Et maintenant, la sculpture massive – plus de 12 mètres de long et environ 4 mètres de haut – qui constitue la pièce maîtresse du pavillon d’Israël.

Pouvez-vous lire ces mots ? Aravrit de la page Facebook de Liron Lavi Turkenich

« L’hébreu et l’arabe ont tous deux une histoire incroyable. Nous ne devons pas les effacer. C’est la même chose que pour la situation politique : Nous ne pouvons pas repartir de zéro », a déclaré Turkenich en 2017, ajoutant qu’elle espérait que l’Aravrit conduirait à une plus grande coexistence entre les Israéliens et les Palestiniens chez eux et entre les Israéliens et les peuples du monde arabe.

« Je crois qu’Aravrit envoie le message que nous sommes tous les deux ici, et que nous pourrions aussi bien nous reconnaître les uns les autres », a déclaré Turkenich.

« Cela s’applique aux Juifs et aux Arabes israéliens, mais aussi à Israël et aux Palestiniens et à Israël et au monde arabe », a-t-elle ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...