Une élue juive au Congrès met en garde les démocrates contre la « shanda »
Rechercher

Une élue juive au Congrès met en garde les démocrates contre la « shanda »

Elissa Slotkin explique que la division du parti serait un cadeau fait aux forces anti-démocratiques ; l'usage du mot yiddish désignant la "profonde honte"

Elissa Slotkin, candidate démocrate dans le 8ème district du Michigan au congrès, lors d'une fête de soirée électorale à Clarkston, le 7 novembre 2018 (Crédit : AP Photo/Paul Sancya)
Elissa Slotkin, candidate démocrate dans le 8ème district du Michigan au congrès, lors d'une fête de soirée électorale à Clarkston, le 7 novembre 2018 (Crédit : AP Photo/Paul Sancya)

JTA — Elissa Slotkin, l’une des rares démocrates à avoir été réélue dans un district où le président Donald Trump a néanmoins obtenu la majorité, a vivement recommandé à ses camarades démocrates : Prenez garde à la shanda face aux républicains.

« Il y a des gens, à l’intérieur comme à l’extérieur du parti, qui cherchent à le briser en deux », a déclaré Slotkin à Politico dans un article publié vendredi – le dernier d’une série qui raconte sa tentative de réélection dans ce district du Michigan qui chevauche la banlieue de Détroit et Lansing.

« Et c’est précisément ce qui serait le moins intéressant en termes de stratégie – à savoir offrir un cadeau à ces forces anti-démocratiques dont je m’inquiète tellement », a-t-elle continué. « Si je suis en désaccord avec beaucoup de gens dans mon parti, j’ai néanmoins toujours beaucoup de choses en commun avec eux. Et il s’agirait de ce que nous appelons en yiddish une shanda, une honte, une profonde honte, si nos politiques internes entraînaient une ouverture pour ces forces qui sont complètement anti-démocratiques ».

Slotkin et plusieurs autres qui s’étaient saisis, en 2018, de sièges jusqu’alors occupés par les républicains sont parvenus à conserver leur district mais beaucoup l’ont néanmoins cédé. Les républicains ont remporté au moins quinze sièges lors du scrutin même si les démocrates ont conservé la majorité.

Slotkin, une modérée élue après une longue carrière dans le secteur de la sécurité nationale, a ultérieurement déclaré au JDCA (Jewish Democratic Council of America) qu’elle avait été fière d’utiliser ce mot yiddish.

« Un article a été publié dans Politico aujourd’hui », a-t-elle déclaré dans un entretien sur Zoom. « On a fait une série d’articles pour Politico et, dans mon district, il y a moins de 4 000 Juifs, nous avons une très modeste communauté juive, mais j’ai placé ce mot de ‘shanda’ dans l’article et j’ai dû ensuite l’expliquer – notamment au journaliste qui ne l’avait jamais entendu. Et j’ai donc le sentiment de poursuivre la culture du peuple juif », a-t-elle déclaré.

Tim Alberta, le journaliste en question, a confirmé son ignorance préalable sur Twitter. « Mon yiddish est rouillé », a-t-il écrit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...