Une femme a détourné 10 millions de dollars de YES, une somme jamais retrouvée
Rechercher

Une femme a détourné 10 millions de dollars de YES, une somme jamais retrouvée

Pazit Vald a été libérée de prison l'année dernière après avoir purgé les deux tiers de sa peine de 7 ans, mais n'a pas rendu compte d'une large partie des fonds volés

Pazit Vald (Facebook)
Pazit Vald (Facebook)

Une femme qui a détourné 34 millions de shekels au fournisseur de télévision YES il y a plusieurs années est sortie de prison depuis plus d’un an maintenant, mais les enquêteurs ne savent toujours pas où a disparu tout l’argent, a rapporté cette semaine la Douzième chaîne.

Pazit Vald, ancienne comptable de YES, a été arrêtée en 2014 pour ce vol de grande ampleur, après avoir fait des centaines de chèques sur une période de 14 ans pour le compte d’une société fictive qui aurait fourni des services à YES, avant de retirer ensuite les fonds pour ses propres besoins.

Des amis à elle ont rapporté qu’elle dépensait sans compter, parfois des dizaines de milliers de shekels par jour, achetant des vêtements de grandes marques, voyageant en première classe à l’étranger, et faisant emménager sa famille dans un appartement luxueux à Herzliya. Ses amis croyaient que l’argent était celui de son mari. Sa famille immédiate n’était apparemment pas au courant de ses méfaits, bien qu’on ne sache pas exactement d’où ils pensaient que les fonds provenaient.

Personne ne la soupçonnait de fraude.

« Elle est du genre tranquille, timide, agréable, très généreuse », a déclaré un ami à la Douzième chaîne. « C’est la personne la plus honnête que j’ai jamais rencontrée. Tout le monde lui faisait confiance, y compris les cadres supérieurs qui la supervisaient. »

Cependant, des examens internes ont finalement révélé que des fonds manquaient, et l’enquête a rapidement mené à Pazit Vald. Elle a été arrêtée et finalement condamnée à sept ans de prison, mais la police n’a pas pu retrouver la grande majorité des fonds : ils n’avaient pas été placés dans des comptes en banque, et sa maison, ses voitures, ses vêtements et bijoux coûteux s’élevaient à un total de quelques millions de shekels, loin de la somme qu’elle avait volée.

Photo illustrative de billets de 100 shekels israéliens, 31 décembre 2017. (Nati Shohat/Flash90)

Les enquêtes n’ont pas non plus permis de localiser de propriétés, et les recherches sur d’autres proches n’ont rien donné.

La comptable aurait coopéré aux enquêtes, mais ses explications sur la disparition de l’argent n’ont pas été rapportées. Selon la Douzième chaîne, elle a dit à la police qu’elle était « accro au shopping » et qu’elle s’était « laissée entraîner ».

En prison, Pazit Vald a été décrite comme une prisonnière modèle qui s’est rapidement adaptée à la vie derrière les barreaux et qui est devenue la chouchou des autres prisonniers et du personnel.

Pazit Vald a été libérée de prison en 2019 après la réduction d’un tiers de sa peine pour bonne conduite. L’administration fiscale lui réclame 7,5 millions de shekels pour évasion fiscale, tandis que YES a intenté une action civile en dommages et intérêts, également de plusieurs millions.

Elle continue de clamer qu’elle ne dispose pas de l’argent. Selon la Douzième chaîne, elle et son mari ont entamé une procédure de faillite, car ils disent n’avoir aucun espoir de rembourser les sommes réclamées.

Elle travaille maintenant pour une grande entreprise de restauration, où elle serait à nouveau très appréciée.

« C’est une très bonne employée. Ses supérieurs lui accordent beaucoup de crédit, ils sont très contents d’elle, ils lui font confiance, au point qu’elle est même chargée de payer les prestataires de services », a déclaré un associé anonyme.

« Elle travaille dur pour chaque shekel qu’elle gagne. Les jours de shopping sont terminés… Elle veut que le chapitre YES de sa vie se termine. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...