Rechercher

Une femme condamnée à 7 mois de TIG pour avoir soudoyé David Bitan

Lihi Sunak-Kuperly avait remis des chèques au maire-adjoint de Rishon Lezion de l'époque pour que le supermarché Hetzi Hinam bénéficie d'avantages de la part de la municipalité

Illustration : Des personnes font leurs courses devant la succursale du supermarché Hatzi Hinam à Rishon Lezion, le 29 décembre 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Illustration : Des personnes font leurs courses devant la succursale du supermarché Hatzi Hinam à Rishon Lezion, le 29 décembre 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Une femme a été condamnée mardi par le tribunal du district central de Lod à sept mois et demi de travaux d’intérêt général pour avoir soudoyé le député du Likud, David Bitan, en 2014.

Lihi Sunak-Kuperly était accusée d’avoir soudoyé Bitan alors qu’il était maire-adjoint de la ville du centre de Rishon Lezion, pour le compte de la chaîne des supermarchés Hetzi Hinam.

En plus des travaux d’intérêt général, Sunak-Kuperly a été condamnée à une amende de 30 000 shekels et à une saisie de 40 000 shekels, tandis que Hetzi Hinam a été condamné à une amende de 150 000 shekels pour la même accusation dans le cadre d’une négociation de peine acceptée par le tribunal.

Sunak-Kuperly, qui était gestionnaire des biens immobiliers de Hetzi Hinam, a été reconnue coupable d’avoir donné à Bitan – un ancien président de coalition du Likud et un confident de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu – un total de 40 000 shekels par le biais d’un intermédiaire en échange de son aide pour l’attribution d’aires de stationnement publiques à l’usage du supermarché et pour l’octroi d’avantages fiscaux à la société.

Les chèques étaient libellés au nom d’une association appelée Ping Pong Rishon Lezion School for Futsal and Soccer, et étaient ensuite échangés par l’homme de confiance de Bitan contre de l’argent liquide par l’intermédiaire de l’association. Bitan est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance dans cette affaire. Le député a nié les accusations formulées contre lui.

Sunak-Kuperly a déclaré lors de l’audience que faire face aux accusations était « une situation très difficile » pour elle et a admis avoir « fait une erreur » en ne consultant pas d’autres personnes à ce sujet.

« J’étais jeune et je ne comprenais pas vraiment ces situations et c’est une leçon de vie que je n’oublierai jamais », a-t-elle déclaré, qualifiant sa punition de « cadeau » qui lui permettra d’aider les personnes âgées par le biais de services communautaires.

Le député Likud David Bitan à la Knesset le 15 janvier 2020. (Olivier Fitoussil / Flash90)

Eran Shaham Shavit, l’avocat représentant Hetzi Hinam et Sunak-Kuperly, a déclaré que l’acceptation par le tribunal de la négociation de peine démontrait que les accusations contre son client étaient « gonflées ».

Bitan est également accusé d’avoir reçu des pots-de-vin de la part de son associé Moshe Yosef et de l’homme d’affaires Dror Glazer, alors qu’il était adjoint au maire, puis membre de la Knesset entre 2011 et 2017. Les deux hommes ont témoigné contre lui.

La police avait déclaré en 2020 avoir obtenu des informations détaillées sur la manière dont les pots-de-vin et les transferts d’argent présumés étaient gérés, après le témoignage de Yosef, qui possède un magasin de meubles où Bitan aurait reçu l’argent.

Les procureurs ont allégué que Bitan avait favorisé les intérêts de la société de construction Danya Cebus en approuvant des transactions immobilières à Rishon Lezion, en échange d’un paiement en espèces de 430 000 shekels. La somme versée à Bitan devait permettre à Danya Cebus de remporter un appel d’offres municipal pour la construction d’une station-service à la périphérie de la ville, ainsi que l’approbation d’un autre projet de construction à l’extérieur de Jérusalem, sur la route 38.

Ils ont également déclaré avoir découvert des preuves que Bitan et Giladi avaient accepté un pot-de-vin de 385 000 shekels pour obtenir des permis de construire pour trois projets immobiliers à Tel Aviv. La police a déclaré qu’une partie de l’argent du pot-de-vin avait été transféré à Bitan au moyen de fausses factures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...