Rechercher

Une Israélienne arrêtée en Biélorussie pour possession de cannabis enfin libérée

Elle était détenue pour 2,5 grammes de marijuana à usage médical ; le président, les ministres des Affaires étrangères et des Finances israéliens avaient demandé sa libération

L'Israélienne Maya Reiten et son frère après sa libération de prison en Biélorussie, le 30 décembre 2021 (courtoisie).
L'Israélienne Maya Reiten et son frère après sa libération de prison en Biélorussie, le 30 décembre 2021 (courtoisie).

Une Israélienne arrêtée le 4 novembre dernier pour possession de cannabis a été libérée de sa détention en Biélorussie et est en route pour Israël, ont déclaré jeudi dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et le ministre des Finances Avigdor Liberman.

La femme, Maya Reiten, avait été arrêtée à l’aéroport de Minsk avec 2,5 grammes de cannabis dans son sac.

Avocate de profession, elle a l’autorisation de consommer du cannabis médical en Israël. Selon ses proches, la drogue avait dû se trouver dans son sac par erreur.

Afin de la faire libérer, le président Isaac Herzog, Yair Lapid et Avidgor Liberman avaient personnellement appelé des dirigeants biélorusses.

Dans une déclaration, Yair Lapid a remercié Isaac Herzog, Avigdor Liberman et tous ceux qui, au sein du ministère des Affaires étrangères, ont participé aux efforts visant à ramener Maya Reiten en Israël.

Il a dit avoir discuté avec Maya Reiten et sa famille.

« Maya Reiten a été libérée de prison en Biélorussie et est en route pour Israël avec son frère. Un remerciement spécial au président pour ses efforts et ses actions pour ramener Maya en Israël », a déclaré Yair Lapid.

En novembre, les proches de Maya Reiten avaient déclaré qu’elle était détenue dans des conditions très difficiles. Dans une lettre adressée à sa famille, Maya Reiten a déclaré qu’elle ne savait pas combien de temps elle resterait en détention et avait imploré les autorités israéliennes d’intervenir en sa faveur.

Détenue dans la tristement célèbre prison du château de Pishchalauski, connue comme le principal centre de détention provisoire du pays et où sont détenus les militants politiques arrêtés, Maya Reiten a écrit dans sa lettre que sa cellule ne faisait que 12 mètres carrés et qu’elle la partageait avec trois autres femmes qui ne parlaient que le russe. Elle n’était pas autorisée à sortir de sa cellule, sauf pour une heure et demie dans le froid, à l’extérieur.

Lors de son arrestation, elle aurait insisté auprès des autorités biélorusses sur le fait que la marijuana en sa possession bénéficiait d’une autorisation par le ministère de la Santé israélien, et aurait tenté de montrer des documents pour prouver son affirmation – mais elle a été ignorée. Elle souffre de plusieurs maladies non précisées, selon une lettre que des collègues avocats ont envoyée en son nom aux autorités israéliennes.

En vertu de la loi biélorusse, elle aurait pu être condamnée à trois à cinq ans de prison.

En janvier 2020, les autorités russes ont accepté de libérer une voyageuse israélo-américaine qui avait été surprise avec neuf grammes de marijuana dans ses bagages alors qu’elle attendait une correspondance, à la suite d’une intense campagne diplomatique et médiatique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...