Rechercher

Une « police de la pudeur » islamiste sur les campus de l’université Ben Gurion

Le professeur Daniel Chamovitz a indiqué que trois personnes avait photographié les étudiantes bédouines et envoyaient les photos à leur famille si leur tenue n'était pas conforme

Le doyen de l’Université Ben Gurion du Neguev a déclaré samedi qu’une cellule islamiste de « police de la pudeur » qui patrouille et menaçe les étudiants avait été découverte dans l’établissement de Beer Sheva.

Selon le professeur Daniel Chamovitz, le groupe était composé de trois personnes qui « photographiaient des étudiantes bédouines et envoyaient les photos à leur famille si leur tenue n’était pas jugée assez pudique ». Il a ajouté que le groupe avait également photographié des étudiants bédouins de sexe masculin.

Lorsque l’université s’est enquise de l’existence de la cellule, « nous avons été surpris, Juifs comme Arabes », a-t-il précisé.

« Comment avons-nous découvert cela ? Parce que des étudiants se sont plaints », a-t-il expliqué lors d’une allocution à Beer Sheva. « La situation est complexe socialement parce qu’ils n’ont pas le droit de se plaindre publiquement. »

Le phénomène de  « police de la pudeur » – une sorte de milice privée qui agit pour faire respecter des règles vestimentaires et sociales strictes sans implication des autorités civiles – est généralement connue en Israël au sein des communautés juives ultra-orthodoxes.

De tels groupes existent également dans des pays musulmans très conservateurs, comme l’Iran.

Chamovitz a comparé le groupe à « ces polices de la pudeur de Mea Shearim, qui menacent les ‘haredim qui ne se comportent pas correctement ».

« Ils menacent d’envoyer les photos si les personnes ne modifient pas leur comportement », a-t-il ajouté.

Chamovitz a déclaré que l’école « s’occupait » de la question, mais n’a pas souhaité dire si les membres de la cellule étudiaient toujours à l’université.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...