Une tentative d’incendie contre des Juifs pas encore qualifiée de crime de haine
Rechercher

Une tentative d’incendie contre des Juifs pas encore qualifiée de crime de haine

Walter Edward Stolper, 72 ans, arrêté en possession de 28 récipients de combustibles, voulait brûler un immeuble et "tuer tous les Juifs" qui y vivent

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Jonathan A. Greenblatt, directeur exécutif de la Ligue anti-diffamation (ADL), à Los Angeles, le 6 novembre 2014. (Crédit : ADL)
Jonathan A. Greenblatt, directeur exécutif de la Ligue anti-diffamation (ADL), à Los Angeles, le 6 novembre 2014. (Crédit : ADL)

NEW YORK — La Ligue Anti-Diffamation (ADL) a exhorté les autorités à enquêter sur une affaire qui s’est déroulée en Floride, au cours de laquelle un homme a tenté de brûler un immeuble et de ‘tuer tous les Juifs » qui y vivent.

La semaine dernière, les autorités ont arrêté Walter Edward Stolper, 72 ans, alors qu’il s’apprêtait à mettre le feu à son immeuble résidentiel de Miami.

« Nous appelons le bureau du procureur de Miami-Dade à enquêter sur cette affaire en tant que crime de haine », a tweeté dimanche soir le chef de l’ADL Jonathan Greenblatt.

Au moment de la publication de cet article, le suspect est accusé de tentative d’homicide et tentative d’incendie criminel.

Katherine Fernandez Rundle, la procureure d’Etat pour la Floride a tweeté dimanche qu’elle avait assigné un procureur expérimenté dans les crimes racistes à cette affaire.

Sur le point de se faire expulser, et apparemment plein de ressentiment contre ses voisins juifs, Stolper avait dit à un de ses associés qu’il allait mettre le feu à l’immeuble et « tuer tous les Juifs » qui y vivent, a indiqué la police de Miami vendredi.

Lors de son arrestation, il était en possession de 28 récipients contenant du carburant, du soufre en poudre et du nitrate de potassium.

Walter Edward Spolter. (Crédit : police du comté de Miami-Dade)

L’agent Ernesto Rodriguez, porte-parole de la police, a indiqué qu’avec ces matériaux, Stolper aurait pu causer une explosion en quelques minutes. L’immeuble compte 400 appartements.

« Cela aurait pu se produire n’importe quand », a explique Rodriguez au New York Times. « Si nos hommes n’avaient pas enquêté sur cette information aussi profondément qu’ils l’ont fait, nous aurions pu faire face [un incident] avec de nombreuses victimes. »

La police a souligné sur Twitter que « les motivations [de Stolper] semblent avoir été déclenchées par une expulsion imminente et une colère dirigée contre ses voisins juifs ».

La police a indiqué avoir trouvé dans son appartement des livres sur l’idéologie nazie et d’autres objets ornés de croix gammées.

Les motifs de l’expulsion de Tolper n’ont pas été communiqués. Il est actuellement détenu sans caution dans une prison du comté de Miami-Dade.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...